Les informations des malades de la COVID-19 communiquées au Shin Bet à leur insu
Rechercher

Les informations des malades de la COVID-19 communiquées au Shin Bet à leur insu

Les données de localisation téléphonique de plus de 144 000 personnes envoyées sans préavis à cause d'une “erreur technique” ; la vaccination augmente avec les deuxièmes doses

Un homme parle au téléphone au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 23 décembre 2020. (Crédit : Maya Alleruzzo / AP)
Un homme parle au téléphone au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 23 décembre 2020. (Crédit : Maya Alleruzzo / AP)

Les services de renseignement du Shin Bet ont reçu les données de localisation téléphonique de 144 870 Israéliens infectés par le COVID-19 en décembre et janvier, sans leur consentement et sans qu’ils soient informés de leur traçage.

En vertu d’un accord entre les deux institutions, le ministère de la Santé envoie au Shin Bet les noms, numéros de carte d’identité et coordonnées des personnes diagnostiquées à la COVID-19. L’agence de renseignement peut ensuite parcourir les données des deux semaines passées pour déterminer quels autres téléphones portables se sont trouvés dans un rayon de deux mètres de la personne infectée pendant plus de 15 minutes. Ces gens sont ensuite alertés et ordonnés de se mettre en quarantaine.

La loi permettant au Shin Bet de tracer les téléphones des malades du coronavirus oblige le ministère de la Santé à en informer les patients.

Le ministère de la Santé a annoncé qu’il n’avait pas notifié les personnes suivies entre le 13 décembre et le 12 janvier en raison d’une « erreur technique », et a déclaré qu’il commencerait à divulguer rétroactivement les informations à ceux qui n’avaient pas reçu de notification.

« Le dysfonctionnement n’a pas eu de conséquences épidémiologiques et il ne concerne que les notifications qui informent les patients du transfert de leurs données pour examen technique », a déclaré vendredi un porte-parole du ministère de la Santé au site d’information Ynet.

Le Shin Bet cessera d’utiliser ses mesures controversées de surveillance téléphonique pour retrouver les porteurs potentiels du coronavirus à partir du 20 janvier, selon la radio publique Kan, alors qu’Israël continue d’intensifier sa campagne de vaccination pour juguler l’épidémie de COVID-19.

Le dernier chiffre communiqué par les fonctionnaires de la santé pour la première dose de vaccin était de 1 992 806 – environ 22  % de la population – dont 169 707 ayant déjà reçu la deuxième dose – soit environ 2 %.

Les Israéliens âgés de 50 ans et plus ont commencé à recevoir le vaccin contre le coronavirus mercredi par l’intermédiaire de leur service de sécurité sociale, propulsant le pays en tête de la course mondiale à la vaccination, avec le taux de vaccination de loin le plus élevé au monde, selon le site Web Our World In Data.

Graphique présentant le nombre de vaccins COVID-19 par habitant dans les principaux pays, selon le site Web Our World In Data, le 15 janvier 2021. (Capture d’écran)

Les chiffres actualisés publiés vendredi matin par le ministère de la Santé indiquent que 9 192 nouveaux cas ont été confirmés jeudi, ce qui confirme la tendance d’environ 9 000 par jour depuis la semaine dernière. Cependant, le taux de tests positifs, 7,7 %, représente environ la moitié du record atteint en septembre dernier. Le nombre de tests quotidiens a considérablement augmenté ; il était de 123 111 tests ce jeudi.

Les premiers chiffres de vendredi ont montré un taux de positivité similaire de 7,2 % – 1 807 cas sur 25 230 tests effectués avant 10 heures.

Le nombre total de cas depuis le début de la pandémie, qui a dépassé un demi-million lundi, a atteint 533 026, dont 79 084 cas actifs – un nouveau record absolu. Parmi eux, 1 141 personnes étaient dans un état grave, dont 351 répertoriées comme critiques et 291 sous respirateur.

Le nombre de morts a bondi à 3 892, soit 49 morts supplémentaires depuis jeudi matin.

Fin mars, Israël aura vacciné 5,2 millions de citoyens contre le coronavirus, selon un plan élaboré par le ministère de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...