Rechercher

Les membres de la coalition attaquent Stern pour ses propos sur le harcèlement

Le ministre du Renseignement a déclenché un tollé en suggérant qu'il avait rejeté des plaintes anonymes ; Merav Michaeli doute de la capacité de Stern à diriger l'Agence juive

Elazar Stern, membre de la Knesset. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Elazar Stern, membre de la Knesset. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les membres de la coalition ont publié des déclarations tièdes lundi sur le tollé provoqué par le ministre du Renseignement Elazar Stern, lorsqu’il a déclaré qu’il avait « déchiré de nombreuses plaintes anonymes » pendant qu’il était à la tête de la Direction des ressources humaines au sein de Tsahal et a indiqué qu’il faisait également référence aux plaintes pour agression sexuelle.

Stern, du parti de coalition Yesh Atid, a été critiqué par les chefs des partis libéraux Meretz et travailliste.

La dirigeante du parti travailliste, Merav Michaeli, qui a consacré une grande partie de sa carrière à la défense de l’égalité des sexes, a été interrogée lors d’une réunion de faction sur la candidature de Stern au poste de directeur de l’Agence juive.

« Je dois y réfléchir », a-t-elle répondu.

Dimanche soir, Michaeli a tweeté que Stern « pense probablement véritablement qu’une plainte anonyme est destinée à diffamer ou à contrarier, mais il ne comprend pas que, malgré tout, c’est la femme qui choisit de se plaindre qui risque d’être diffamée. Malheureusement, même une personne comme lui, qui connaît l’importance de l’égalité des sexes, ne comprend pas que nous sommes toujours vulnérables aux préjudices et aux attaques après avoir exposé les préjudices qui nous ont été causés. »

Le leader de Meretz, Nitzan Horowitz, a déclaré lors de la réunion de sa propre faction : « Nous avons une tolérance zéro pour le harcèlement sexuel. Il y a effectivement des difficultés à traiter les plaintes anonymes, mais elles doivent également faire l’objet d’une enquête. »

« Les propos de Stern étaient inacceptables, et j’espère que chaque plainte au sein de Tsahal a été examinée », a-t-il ajouté.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, la ministre des Transports Merav Michaeli, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz et le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev écoutent le Premier ministre Naftali Bennett à l’aéroport international Ben-Gourion, le 22 juin 2021. (Crédit : Flash90)

La ministre de la Justice Ayelet Shaked, du parti de droite Yamina du Premier ministre Naftali Bennett, a déclaré lors d’une conférence sur le plateau du Golan que « dans l’armée, lorsqu’un commandant reçoit une plainte, même anonyme, il faut l’examiner. »

Cependant, Shaked a ajouté qu’elle ne veut pas « porter un jugement sur lui alors qu’il est en train de passer par un processus de sélection pour l’Agence juive. »

Lors d’une interview radiophonique dimanche, et alors que la conversation était clairement axée sur les allégations d’agression sexuelle, Stern a répondu plusieurs fois « oui » à la question de savoir s’il avait déchiré des plaintes anonymes. Lorsqu’on lui a demandé s’il faisait référence aux plaintes des femmes en particulier, Stern a répondu qu’il ne se « souvenait pas exactement si elles avaient été déposées par des femmes ».

Stern était autrefois le commandant de l’école des officiers de Tsahal, l’institution éducative la plus importante de l’armée, et a ensuite été à la tête du Corps de l’éducation et de la jeunesse et de la Direction de la main-d’œuvre, avant d’entrer à la Knesset en 2013. Il occupe le poste de ministre du Renseignement depuis juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...