Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Les parents des deux frères tués dans un attentat terroriste appellent à l’unité

"Au lieu d'amener nos enfants sous le dais nuptial, nous devons les inhumer", a dit Esti Yaniv avant les funérailles de Hallel, 21 ans, et de Yagel, 19 ans

Esti Yaniv, au centre gauche, et son époux Shalom, au centre à droite, parlent de la mort de leurs deux fils aînés dans un attentat terroriste à Huwara au site Ynet, le 27 février 2023. (Capture d'écran : Ynet. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Esti Yaniv, au centre gauche, et son époux Shalom, au centre à droite, parlent de la mort de leurs deux fils aînés dans un attentat terroriste à Huwara au site Ynet, le 27 février 2023. (Capture d'écran : Ynet. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Les parents de deux frères qui ont été tués dans un attentat terroriste, dimanche, ont évoqué lundi leur chagrin de devoir dire adieu à leurs enfants et ils ont appelé à l’unité dans un contexte de divisions croissantes entre les Israéliens.

Hallel Yaniv, 21 ans et Yagel Yaniv, 19 ans, ont été tués alors qu’ils traversaient en voiture la ville palestinienne de Huwara, dimanche. Leurs funérailles ont commencé à 14 heures au sein de l’implantation de Har Bracha, où ils vivaient. Ils devraient être enterrés au cimetière du mont Herzl à Jérusalem.

« Aucun mot n’est assez fort pour décrire cette catastrophe », a déclaré leur mère, Esti Yaniv, lors d’une conférence de presse organisée avant la cérémonie de funérailles. « Au lieu d’amener nos enfants jusqu’au dais nuptial, nous devons les inhumer ».

Elle a réclamé l’unité parmi les Israéliens qui sont actuellement profondément divisés sur les politiques gouvernementales.

« Nous sommes frères », a-t-elle dit.

« Nous aimons le pays, nous aimons l’armée et nous voulons tous vivre en sécurité », a-t-elle continué. « L’armée appartient à chacun d’entre nous et nous ne devons pas l’utiliser à des fins politiques ».

Le père des deux jeunes assassinés, Shalom, a ajouté que « j’implore le ciel que cet incident soit le dernier. Que tous les enfants puissent se marier, avoir des enfants et construire un foyer ».

« Nous nous efforçons d’accepter avec amour la dure épreuve qui nous a été envoyée par Dieu hier », a commenté Rachel Yaniv, la sœur des deux victimes. « C’est dur et ça fait mal. Nous allons traverser des moments qui ne seront pas simples. Mais nous sommes forts et le peuple juif a d’ores et déjà traversé tellement de difficultés. Je suis sûre que nous parviendrons à supporter cette épreuve ».

Le rabbin Shmuel Yaniv et son épouse Yona, les grands-parents des deux frères, ont de leur côté confié au site Ynet que les deux frères étaient « deux enfants en or pur, fidèles à leur patrie, au peuple juif et à la Torah ».

Shmuel Yaniv a précisé que Hallel venait tout juste de terminer son service militaire dans la marine où il était commandant-adjoint d’un bateau lance-missile et que son frère Yagel, le plus jeune, espérait rejoindre une unité d’élite lorsqu’il avait rejoint Tsahal comme tous les Israéliens de son âge.

L’armée israélienne a annoncé que Hallel serait inhumé au cimetière militaire et que son frère serait enterré près de lui.

Hallel était encore dans l’armée, participant au programme Hesder qui combine service militaire et études en yeshiva.

Shimon Naumberg, leur oncle, a confié au site Ynet que les deux jeunes étaient « le sel de la Terre ».

Ils avaient des personnalités différentes, avait-il expliqué ; Hallel ayant un caractère plus introverti que son frère Yagel, beaucoup plus vif, qui « bondissait d’un endroit à l’autre ».

« Ils étaient tous les deux pleins de bonté, faisant le bien auprès de leur entourage, chacun de la manière qui était la sienne », a continué Naumberg. « Si différents et pourtant si similaires ».

« Ils vivaient pour la terre d’Israël et pour le peuple juif », a-t-il poursuivi.

Les forces de sécurité israéliennes sécurisent la scène d’une fusillade à Huwara, en Cisjordanie, près de Naplouse, le 26 février 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Naumberg a aussi évoqué les violences qui avaient éclaté après l’attaque, quand des partisans du mouvement pro-implantation avaient saccagé Huwara suite aux coups de feu meurtiers, incendiant habitations et véhicules. Un Palestinien avait été tué lors de ces violences.

« Nous vous demandons de ne pas vous engager dans des choses comme celles-là », a dit Naumberg. « Dans la famille, nous tentons de faire le bien et les gens doivent faire le bien – ils doivent continuer ce que faisaient Hallel et Yagel. »

Il s’est souvenu que Hallel était réticent à l’idée de sortir, dimanche, mais que Yagel l’avait convaincu en offrant de prendre le volant.

Les deux frères se rendaient dans des yeshivot où ils prévoyaient d’aller étudier la Torah.

« Ils sont tous les deux morts alors qu’ils allaient apprendre la Torah, au service de Dieu », a noté Naumberg.

Dimanche dans la soirée, des membres de la famille sont venus sur les lieux où les deux frères avaient été tués pour lire des psaumes.

Shabtai Naumberg, grand-père maternel des deux frères, a déclaré que « ses deux petits-fils, des saints » sont « montés au ciel ».

« Dieu les vengera et de là-haut, ils prieront pour nous, pour le peuple juif, pour la Terre sainte et, avant tout, ils prieront pour la Torah du peuple juif », a-t-il dit.

Une photo non-datée de la famille Yariv – deux frères, Hillel (deuxième à gauche) et Yagel (deuxième à droite) ont été tués dans un attentat terroriste, le 26 février 2023. (Autorisation)

Esti Yaniv, la mère des deux défunts, a indiqué dimanche que rien ne pourrait combler le vide laissé par la mort de ses enfants.

« Dieu nous a mis une gifle énorme au visage », a-t-elle déclaré, des propos rapportés par les médias israéliens. « Nous cherchons à nous souvenir de tout ce qu’il y a eu de bien, la bonté, nos dîners de Shabbat tous ensemble, les bonnes discussions que nous avons pu avoir avec nos fils. »

« Nous ressentons un vide énorme dans nos cœurs », a-t-elle continué. « Rien ne pourra combler ce vide, ni les constructions dans les implantations, ni des manifestations – rien ».

« Ce vide restera et nous devons apprendre à vivre avec », avait-elle ajouté.

La famille a trois autres enfants.

Ynet a annoncé lundi que les parents des deux frères avaient accepté de donner les cornées de leurs fils pour une greffe. Les deux tant détenteurs d’une carte de don d’organes Adi.

Des images de l’attentat commis à Huwara montrent la voiture des victimes criblée de balles. Les troupes déployées sur les lieux ont trouvé des douilles de 12 millimètres, ce qui indique que le terroriste a utilisé une arme de poing ou une mitrailleuse artisanale.

Une enquête initiale laisse penser que le tireur a profité des embouteillages qui rendaient la circulation difficile sur l’autoroute pour commettre son attaque.

Tsahal a lancé une chasse à l’homme pour retrouver l’homme armé, en vain jusqu’à présent.

Des résidents d’implantations regardant des voitures et des maisons qu’ils ont incendiées dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Crédit : Twitter)

Huwara est depuis longtemps une ville sensible de Cisjordanie dans la mesure où c’est une ville que les Israéliens empruntent régulièrement pour se rendre dans les implantations du nord du territoire.

Il y a eu plusieurs attaque à l’arme à feu contre des voitures israéliennes à Huwara, sur la Route 60.

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont pris pour cible de manière répétée des postes militaires, des soldats déployés le long de la barrière de sécurité, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.