Les Premiers ministres australien et néo-zélandais célébreront le centenaire de la bataille de Beer Sheva
Rechercher

Les Premiers ministres australien et néo-zélandais célébreront le centenaire de la bataille de Beer Sheva

Malcolm Turnbull et Bill English se rendront en Israël pour marquer l'une des étapes capitales qui a permis à l'Empire britannique de s'emparer de la Palestine

Reconstitution par des Australiens de la bataille de Beer Sheva. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)
Reconstitution par des Australiens de la bataille de Beer Sheva. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)

Les Premiers ministres australien et néo-zélandais se rendront en Israël le mois prochain pour célébrer le centenaire de la bataille de Beer Sheva, a indiqué le ministre des Affaires étrangères jeudi.

L’attaque de 1917 sur les forces ottomanes dans la ville, qui était dirigée par le général britannique Edmund Allenby, a permis à l’Empire britannique de prendre contrôle du sud de la Palestine après des mois de luttes à Gaza, et de poursuivre sa progression vers Jérusalem.

Des unités de l’infanterie d’Australie et de Nouvelle Zélande ont joué un rôle clef dans la lutte pour la ville.

La cérémonie aura lieu le 31 octobre au Beersheba Commonwealth War Graves Cemetery, où sont enterrés plus d’un millier de soldats du Commonwealth, dont la centaine de soldats qui a péri durant la bataille de Beer Sheva.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que le Premier ministre australien Malcom Turnbill arrivera dans le pays le 28 octobre, tandis que Bill English, Premier ministre néo-zélandais atterrira en Israël le lendemain.

Aucune indication sur une éventuelle rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu ou d’autres responsables n’a été communiquée.

Netanyahu rencontrera Turnbull en février, lorsqu’il se rendra dans l’hémisphère sud.

La visite d’English s’inscrit dans le cadre du rétablissement des relations diplomatiques avec la Nouvelle-Zélande en juin, après que le pays d’Océanie a soutenu une résolution anti-implantations au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le Premier ministre néo-zélandais, dont le parti conservateur a remporté de peu la majorité des sièges lors des élections nationales la semaine dernière, est actuellement en pleines négociations « tendues » avec d’autres partis pour former une coalition.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...