‘Les renseignements israéliens ont mené l’Allemagne à annuler le match de foot’
Rechercher

‘Les renseignements israéliens ont mené l’Allemagne à annuler le match de foot’

Les détails spécifiques de la menace terroriste ont été relayés par Israël menant à l'annulation du match contre les Pays-Bas

L'équipe de France pendant le match France-Allemagne le 13 novembre (Crédit : Capture d'écran YouTube)
L'équipe de France pendant le match France-Allemagne le 13 novembre (Crédit : Capture d'écran YouTube)

C’est une alerte spécifique des renseignements israéliens qui a amené les autorités allemandes à annuler le match football entre l’Allemagne et les Pays-Bas le 17 novembre dernier, ont annoncé les médias allemands mercredi.

Selon le site d’actualités Stern, les services de sécurité allemands ont reçu des avertissements graves sur une menace terroriste le lundi, la veille où le match était prévu, le mardi, à Hanovre, et que l’information spécifique a été relayée pendant la journée de mardi.

Les détails étaient si concrets, a précisé Stern, que les autorités allemandes n’ont pas vu pas d’autre alternative que d’annuler le match, qui a été annulé 90 minutes avant le coup d’envoi.

Les membres du gouvernement allemand dont la chancelière Angela Merkel étaient à Hanovre en route pour assister à la rencontre avec l’intention d’envoyer un signal que l’Allemagne ne céderait pas au terrorisme dans le sillage de l’attaque mortelle de Paris qui a eu lieu le vendredi précédent.

Le match de football France-Allemagne au Stade de France faisait partie des cibles attaquées par des terroristes de l’Etat islamique le 13 novembre de l’attaque terroriste à cibles multiples qui a tué 130 personnes. Trois kamikazes se sont fait exploser près du stade, tuant un passant. Les terroristes avaient cherché en vain à entrer dans le stade.

Les avertissements israéliens incluaient les horaires et les objectifs, a affirmé Stern.

Selon la couverture d’un deuxième média allemand, non confirmé, cité par le site israélien hébreu Ynet, un engin explosif a été retrouvé dans un véhicule déguisé en ambulance à l’extérieur du stade.

Annonçant que le match avait été annulé, le chef de la police de Hanovre Volker Kluwe a déclaré sur la télé allemande : « Nous avons eu la preuve concrète que quelqu’un voulait déclencher un engin explosif dans le stade ».

Se référant à une autre menace à la bombe, qui, une heure plus tôt s’est avérée être une fausse alarme, Kluwe a poursuivi, « après que le premier objet s’est avéré être inoffensif, nous avons eu un câble qui devait être pris au sérieux qui [indiquait] qu’une attaque était planifiée ».

Le ministre fédéral de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a pris la responsabilité d’annuler le match de mardi.

Il a précisé que les indications d’une attaque planifiée sont devenues plus fortes à mesure que le match approchait, et la décision a été prise peu de temps après que Merkel et ses ministres aient atterri à Hanovre.

De Maizière avait ajouté qu’il ne pouvait que donner que quelques détails parce qu’il avait besoin de protéger leur source d’information et parce qu’ « une partie de ces réponses inquiéterait la population ».

Le ministre de l’Intérieur de Basse-Saxe, Boris Pistorius, lors de cette même conférence de presse le 17 novembre, a dit qu’on n’avait pas retrouvé d’explosifs au moment de la conférence et aucune arrestation n’a été faite.

Pistorius a ajouté qu’il n’y avait pas de confirmation des rumeurs selon lesquelles un engin explosif a été placé dans une ambulance ou tout autre véhicule à l’intérieur ou à l’extérieur du stade.

L’un des deux présidents en charge de la fédération allemande de football, Reinhard Rauball, a signalé que l’équipe allemande était présent dans un rayon d’environ cinq kilomètres du stade quand il l’a appelé et leur a dit de faire demi-tour.

Rauball a également prévenu les deux ministres néerlandais et l’ambassadeur de la menace et la décision d’annuler le match.

« C’est un jour triste pour le football allemand », a déclaré Rauball.

Rauball a ajouté que les joueurs allemands ont quitté Hanovre en fin de soirée par divers moyens, et que l’équipe néerlandaise avait pris l’avion.

« Mon impression est que le football en Allemagne a pris un tour différent dans chaque facette à partir d’aujourd’hui », a déclaré Rauball.

Une unité de déminage a neutralisé un paquet suspect dans un train à Hanovre et la police recherchait l’homme qui l’a laissé là.

Un autre passager a informé qu’il a laissé quelque chose derrière mais il n’a pas réussi à réagir et qu’il a quitté le train, a signalé la porte-parole de la police, Sandra Perlebach, à l’agence de presse DPA. Le train était sur le chemin de Brême en direction d’Oldenburg.

La police avait bouclé des parties de la gare principale de Hanovre et de plusieurs stations de métro tout en recherchant la zone autour du stade. Un concert de jazz auquel près de 900 spectateurs étaient attendus a également été annulé.

Les spectateurs avaient tout juste commencé à entrer dans le stade de Hanovre lorsque l’ordre d’évacuation a été donné, qui a affecté principalement le personnel du stade, les travailleurs, les invités VIP et les médias.

La sécurité dans le stade était très stricte, avec des policiers armés de mitrailleuses et le maintien d’une présence policière très évidente dans la ville. Les journalistes arrivant pour le match ont été fouillés, tandis qu’un chien a été déployé pour vérifier leurs sacs.

Ce même soir, un match amical entre l’Angleterre et la France à Londres a eu lieu comme prévu, en dépit d’importantes préoccupations concernant la sécurité à la suite des attentats meurtriers à Paris.

Mais un autre match prévu pour ce même soir, entre la Belgique et l’Espagne, a été annulé la veille suite à une recommandation du gouvernement belge. L’Association belge de football a déclaré qu’il était « dans le contexte d’une nouvelle alerte terroriste élevée et à la poursuite actuelle d’un suspect ».

L’entraîneur en chef de l’équipe allemande, Joachim Loew, avait appelé le match prévu pour mardi « un message clair et un symbole de la liberté et une manifestation de la compassion, ainsi que la douleur, pour nos amis français – non seulement en France, mais partout dans le monde ».

Les joueurs s’étaient entraînés à chanter l’hymne français « La Marseillaise », qu’ils devaient chanter avant le match en signe de solidarité avec la nation voisine ébranlée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...