Les Saoudiens affirment avoir demandé à Trump de régler la crise du mont du Temple
Rechercher

Les Saoudiens affirment avoir demandé à Trump de régler la crise du mont du Temple

Le roi Salmane a souligné au président américain l’importance de permettre une prière musulmane inconditionnelle, selon la cour royale

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le président américain Donald Trump et le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdel Aziz al-Saoud pendant une cérémonie à la Cour royale saoudienne à Riyad, le 20 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Donald Trump et le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdel Aziz al-Saoud pendant une cérémonie à la Cour royale saoudienne à Riyad, le 20 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a pris contact avec le président américain Donald Trump pour débattre de la crise du mont du Temple à Jérusalem, et a exhorté le chef d’État américain à s’assurer que les Musulmans puissent prier librement dans la mosquée d’Al-Aqsa, selon un communiqué de la cour saoudienne.

Cette annonce fait suite à une impasse tendue autour du mont du Temple, qui semblait avoir pris fin quand la police israélienne a retiré les mesures de sécurités qui avaient excédés musulmans et palestiniens.

Les musulmans ont refusé d’entrer sur le site depuis qu’Israël a installé des détecteurs de fumées et des caméras, deux jours après l’attentat du 14 juillet, au cours duquel trois terroristes arabes israéliens ont fait entrer en contrebande les armes qu’ils ont utilisées pour tuer deux policiers israéliens.

Des affrontements meurtriers ont éclaté après l’introduction de ces nouvelles mesures, autour de l’esplanade sacrée et en Cisjordanie, faisant 5 morts palestiniens. Un palestinien s’est également introduit chez la famille Salomon, dans une implantation de Cisjordanie, et a poignardé à mort 3 victimes.

Après que la police israélienne a annoncé mardi matin le retrait des mesures de sécurités, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a diffusé un communiqué encourageant les fidèles à revenir prier dans la mosquée d’Al-Aqsa. L’appel a trouvé un écho auprès des autorités religieuses musulmanes de Jérusalem, qui ont exhorté les fidèles à prier sur le mont du Temple plutôt que dans leurs mosquées locales.

Les forces de sécurité israéliennes se tiennent aux côtés des fidèles musulmans palestiniens qui prient à l'extérieur de la Porte des Lions, près d'une entrée principale du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 24 juillet 2017. (Crédit : AFP / Ahmad GHARABLI)
Les forces de sécurité israéliennes se tiennent aux côtés des fidèles musulmans palestiniens qui prient à l’extérieur de la Porte des Lions, près d’une entrée principale du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 24 juillet 2017. (Crédit : AFP / Ahmad GHARABLI)

La cour royale saoudienne a annoncé que Salmane a été en contact avec Trump et qu’il lui a demandé de s’assurer que les musulmans puissent prier à la mosquée d’Al-Aqsa, selon le site saoudien Al-Arabiya.

Le roi, qui est également gardien des mosquées de la Mecque et de Medina dans son royaume, a également demandé à Trump de s’assurer de l’abolition des restrictions sur l’accès à la mosquée d’Al-Aqsa.

Les efforts de Salmane ont payé et ont contribué au retour de la stabilité, à la préservation de la dignité et de la sécurité des fidèles, a continué la cour.

Le communiqué a également souligné que l’Arabie saoudite croit en l’importance d’atteindre une paix totale pour la cause palestinienne, comme il en a fait état dans l’Initiative de Paix arabe, un projet saoudien basé sur la solution à 2 États.

Au plus haut de la crise, Trump a dépêché son envoyé spécial Jason Greenblatt en Israël, où il a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des responsables palestiniens à Jérusalem. Il s’est également rendu en Jordanie pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères.

Ces deux semaines tendues entre Israël et les fidèles musulmans se poursuivent malgré le retrait des détecteurs de métaux mardi, ce qui laisse craindre le déroulement des prières de vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...