Les sociétés israéliennes essuient 1,2 MD NIS de pertes suite au conflit à Gaza
Rechercher

Les sociétés israéliennes essuient 1,2 MD NIS de pertes suite au conflit à Gaza

La plupart des pertes sont dues à une diminution de la production, en raison du fait que les employés ne sont pas venus travailler, selon le principal lobby industriel du pays

Une maison détruite par une roquette à Ashkelon, où une femme a été tuée, le 11 mai 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Une maison détruite par une roquette à Ashkelon, où une femme a été tuée, le 11 mai 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La récente escalade entre Israël et le groupe terroriste du Hamas a conduit les entreprises à subir des pertes estimés à 1,2 milliard de NIS (369 millions de dollars), selon l’Association des Fabricants d’Israël.

Le groupe demande au gouvernement d’indemniser les entreprises touchées de façon « rapide et efficace. »

La plupart des pertes ont été causées par une diminution de la production, due au fait que les gens ne sont pas venus travailler, a indiqué l’association.

Israël et le Hamas ont convenu d’un cessez-le-feu qui est entré en vigueur vendredi matin, mettant fin à 11 jours de combats au cours desquels le Hamas et d’autres groupes terroristes de Gaza ont lancé plus de 4 000 projectiles sur Israël depuis le 10 mai, et Israël a répondu en menant une vaste campagne de bombardements sur les positions des groupes terroristes dans la bande de Gaza.

Au cours de l’opération, quelque 35 % des travailleurs de la région sud d’Israël, région la plus visée par les roquettes, et environ 10 % des travailleurs du centre du pays, ont manqué le travail en raison de la menace des missiles, a indiqué l’association.

Cela a provoqué une « baisse significative » de la production des industries, une diminution des ventes et un impact direct sur les revenus, selon une déclaration publiée par l’association.

Dans la déclaration, le président de l’Association des Fabricants, Ron Tomer, a déclaré que le gouvernement israélien « doit garantir un cadre de compensation régulier pour les entreprises touchées par les combats », ce qui n’existe pas actuellement.

« Il n’est pas possible qu’à chaque cycle de combat, la question de la compensation des entreprises soit rouverte », a déclaré Tomer, ajoutant que cela crée « chaos et incertitude. »

L’association a déclaré avoir reçu des demandes d’aide de la part de quelque 1 500 fabricants qui ont cherché un soutien à la suite des combats.

L’association a demandé qu’une discussion spéciale sur la question ait lieu mardi au sein de la commission des Finances de la Knesset, dans le but de mettre en place un mécanisme de compensation pour les dommages indirects tels que la baisse des revenus et de la productivité, la réduction des ventes pendant les conflits et la compensation des salaires des travailleurs.

Le cadre d’indemnisation devrait être « fixe, rapide et efficace », a déclaré Mr Tomer.

« L’heure n’est pas à la bureaucratie et à la procrastination. »

M. Tomer a ajouté que les entreprises ont également subi des dommages indirects qui n’ont pas été inclus dans l’estimation, tels que l’atteinte à la réputation auprès des clients étrangers, les commandes ou les livraisons, et les transactions ayant été annulées ou retardées.

Une cinquantaine de complexes industriels ont été directement endommagés par des éclats de missiles, selon l’association.

Le gouvernement israélien n’a pas encore publié son estimation des dommages causés par l’opération « Gardien des murs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...