Les terroristes ayant tiré à Ofra, blessant 7 personnes, toujours en fuite
Rechercher

Les terroristes ayant tiré à Ofra, blessant 7 personnes, toujours en fuite

Tsahal fouille des villages palestiniens à la recherche des terroristes qui ont tiré sur des Israéliens ; la santé de la femme enceinte touchée s'améliore, celle du bébé empire

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens recherchent des hommes armés qui ont ouvert le feu sur un arrêt de bus à l'extérieur de l'implantation d'Ofra en Cisjordanie, blessant sept personnes, le 9 décembre 2018. (Armée israélienne)
Des soldats israéliens recherchent des hommes armés qui ont ouvert le feu sur un arrêt de bus à l'extérieur de l'implantation d'Ofra en Cisjordanie, blessant sept personnes, le 9 décembre 2018. (Armée israélienne)

La recherche par l’armée israélienne d’un groupe de terroristes qui a ouvert le feu sur un arrêt de bus à l’extérieur de l’implantation d’Ofra en Cisjordanie, blessant sept personnes dont une femme enceinte, est entrée lundi dans sa deuxième journée avec des soldats érigeant des barrages routiers et ratissant des villages palestiniens voisins.

Un peu avant 21h30 dimanche, des coups de feu ont été tirés d’une voiture qui passait sur un arrêt de bus près d’Ofra, qui était bondé de monde après un événement communautaire à l’occasion de Hanoukka.

Dans la vidéo de la caméra de vidéosurveillance montrant la fusillade, diffusée sur les réseaux sociaux, on voit une voiture blanche ralentir près de l’arrêt de bus, puis des coups de feu tirés sur les gens qui courent se mettre à l’abri. La voiture, qui s’arrête quelques instants pendant la fusillade, démarre à toute allure alors qu’on voit des soldats de Tsahal se précipiter vers l’arrêt de bus.

Il semblerait que la voiture blanche comptait au moins deux occupants.

Sept personnes ont été touchées par les tirs, dont une femme enceinte de sept mois grièvement blessée.

Les médecins ont pu pratiquer une césarienne d’urgence et mettre au monde le bébé dimanche soir. L’état de santé de la mère et de l’enfant était précaire lundi matin.

Après l’attaque, Tsahal s’est rapidement mis à la recherche des tireurs, bloquant les routes et établissant des points de contrôle temporaires sur les autoroutes environnantes, dimanche soir.

« Des soldats de Tsahal, des agents de la police des frontières et des forces de sécurité fouillent les villages de la région. Parallèlement, l’armée poursuit ses opérations en matière de renseignement », a déclaré lundi l’armée.

« Tsahal continuera son action jusqu’à ce que les terroristes soient capturés et que la sécurité des habitants revienne », a ajouté l’armée.

Des soldats israéliens recherchent des hommes armés qui ont ouvert le feu sur un arrêt de bus à l’extérieur de l’implantation d’Ofra en Cisjordanie, blessant sept personnes, le 9 décembre 2018. (Armée israélienne)

Au cours des perquisitions, les soldats israéliens sont entrés dans la ville de Silwad, près de Ramallah et juste au nord d’Ofra, tard dimanche soir, selon l’agence de presse Wafa, de l’Autorité palestinienne.

Les habitants de Silwad ont affronté les soldats israéliens en lançant des pierres et autres objets sur les véhicules militaires. En réponse, les soldats ont tiré des gaz lacrymogènes et d’autres moyens de dispersion moins meurtriers sur les émeutiers, d’après Wafa.

Des soldats israéliens recherchent des hommes armés qui ont ouvert le feu sur un arrêt de bus à l’extérieur de l’implantation d’Ofra en Cisjordanie, blessant sept personnes, le 9 décembre 2018. (Armée israélienne)

Aucun blessé palestinien n’a été signalé.

L’entrée nord d’Al-Bireh, une ville jouxtant Ramallah, a également été fermée dans les deux sens dimanche soir, a rapporté Wafa.

En plus des opérations de recherche, les soldats israéliens ont escorté quelque 7 500 fidèles juifs vers quatre lieux de pèlerinage en Cisjordanie à l’occasion de la dernière nuit des huit jours de la fête de Hanoukka.

La plupart des pèlerins se sont rendus au Tombeau des Patriarches à Hébron, tandis que d’autres ont visité le lieu saint de la Tombe de Joseph à Naplouse, l’ancienne ville de Beit Zur près de Halhul, dans la banlieue de Hébron et la vieille synagogue du village de Samu, située également près de Hébron.

Au cours des opérations de reconnaissance avant l’arrivée des fidèles, les soldats israéliens ont trouvé une bombe artisanale cachée à l’intérieur de la Tombe de Joseph, à Naplouse. Elle a été neutralisée par des démineurs de l’armée.

Des soldats israéliens escortent des milliers de fidèles juifs jusqu’au lieu saint du Tombeau des Patriarches à Hébron, le 10 décembre 2018. (Armée israélienne)

Des émeutes ont éclaté lorsque les soldats israéliens ont accompagné les fidèles à Naplouse, et les habitants locaux ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats. Aucun soldat israélien n’a été blessé et leurs véhicules n’ont subi aucun dommage.

Les soldats ont réagi avec des armes de dispersion anti-émeute moins meurtrières. Aucun Palestinien n’aurait été blessé.

Des soldats israéliens escortent des centaines de fidèles juifs jusqu’au lieu saint de la Tombe de Joseph à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, le 10 décembre 2018. (Armée israélienne)

Ailleurs en Cisjordanie, les forces de sécurité de Tsahal, de la police des frontières et des services de sécurité du Shin Bet ont procédé à des perquisitions et arrêté 16 suspects palestiniens.

Ils sont soupçonnés d’avoir participé à des activités terroristes, à des jets de pierres et à des émeutes, selon l’armée. Les suspects ont été remis au Shin Bet pour interrogatoire.

Il y a deux mois, un terroriste palestinien a abattu deux Israéliens dans le parc industriel de Barkan. Il est toujours en fuite.

Jacob Magid et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...