Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Les terroristes palestiniens ont levé 130 M de $ en crypto-monnaies depuis 2021

Bon nombre d'opérations terroristes ont été financées grâce à d'importants dons en contournant les restrictions bancaires ; les réseaux sociaux sur-sollicités depuis le 7 octobre

Une pièce de monnaie bitcoin dorée devant un graphique boursier. (Crédit : Getty Images) 
Une pièce de monnaie bitcoin dorée devant un graphique boursier. (Crédit : Getty Images) 

Le 10 octobre, trois jours après l’assaut sanglant du Hamas et d’autres groupes terroristes gazaouis contre Israël, la branche informatique de la police israélienne a gelé plusieurs comptes de crypto-monnaies appartenant au Hamas, après que le groupe terroriste palestinien a tenté de collecter des fonds sur les réseaux sociaux au lendemain de l’assaut.

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien tentent de collecter des fonds par le biais de crypto-monnaies depuis au moins 2019, à la recherche d’argent en dehors des canaux les plus courants pour les transferts financiers. Les groupes sont désignés comme des organisations terroristes en Israël, aux États-Unis et dans l’ensemble du monde occidental, et ont donc un accès restreint au système bancaire international.

Depuis 2021, on estime que les groupes terroristes de Gaza ont levé plus de 130 millions de dollars en crypto-monnaie – environ 41 millions de dollars pour le Hamas et 93 millions de dollars pour le Jihad islamique palestinien.
La majeure partie du financement international des groupes terroristes de Gaza provient de l’Iran, qui a parrainé le Hamas à hauteur de quelque 100 millions de dollars par an et le Jihad islamique palestinien à hauteur de dizaines de millions, selon le ministre de la Défense Yoav Gallant.

Le Hamas a également reçu plus de 1,5 milliard de dollars du Qatar au cours de la dernière décennie. Les fonds sont officiellement destinés à couvrir les salaires des fonctionnaires, les achats de carburant et les transferts aux familles pauvres, mais le groupe terroriste déduit une partie des paiements et la garde pour ses propres opérations.

Les crypto-monnaies telles que Bitcoin et Ethereum sont devenues un important canal de collecte de fonds pour les activités illicites et les groupes terroristes ces dernières années, car elles permettent le transfert rapide d’argent dans le monde entier, en contournant les banques par le biais de portefeuilles numériques.

La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a commencé à solliciter des dons en bitcoins en 2019, d’abord sur sa chaîne Telegram, puis directement sur ses sites web officiels, selon le ministère américain de la Justice. Le Hamas se vantait que les transferts de bitcoins étaient « intraçables » et seraient « utilisés pour des causes violentes », et ses sites web publiaient des instructions vidéo sur la façon de faire des dons anonymes.

Capture d’écran du site web désormais inactif des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, sollicitant des dons en bitcoins en 2019. (Crédit : Ministère américain de la Justice)

L’année suivante, le ministère américain de la Justice a annoncé qu’il avait réussi à repérer et à saisir 150 comptes de crypto-monnaies qui acheminaient de l’argent vers les Brigades Ezzedine al-Qassam. Les États-Unis ont également émis des mandats de perquisition contre des donateurs basés sur le territoire américain. Deux Turcs vivant aux États-Unis ont été poursuivis au pénal pour avoir agi en tant que blanchisseurs d’argent pour le groupe terroriste.

Les autorités israéliennes ont également été actives dans la traque des crypto-fonds acheminés vers le Hamas. Le Bureau national israélien de lutte contre le financement du terrorisme (NBCTF) a saisi des dizaines de portefeuilles de crypto-monnaies affiliés au Hamas au cours des dernières années, d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars, selon la société d’analyse financière TRM.

Les autorités israéliennes sont intervenues pour stopper le flux d’argent suite à un pic de dons de crypto-monnaies aux Brigades Ezzedine al-Qassam lors de l’Opération « Gardiens des murs » contre le Hamas en mai 2021.

Avant cela, le groupe terroriste n’avait collecté en crypto-monnaie qu’un total de quelques milliers de dollars, mais rien qu’en 2021, les autorités israéliennes ont bloqué 7,3 millions de dollars contenus dans des portefeuilles numériques liés au Hamas, détenant des fonds en Bitcoin, Tether, Ethereum, Tron et Dogecoin, selon Elliptic, une société d’analyse judiciaire de la blockchain.

Les efforts de collecte de fonds du Hamas ont gagné en sophistication et en complexité au fil du temps, alors que les autorités chargées de l’application de la loi ont intensifié leurs efforts de traque.

À la suite de nouvelles saisies par le gouvernement israélien, le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza ont cessé de publier l’adresse de leurs portefeuilles de dons en crypto-monnaie et se sont tournés vers des processeurs de paiement en ligne qui permettent aux sympathisants d’effectuer des paiements par le biais d’un lien et de masquer le véritable portefeuille de crypto-monnaie, selon le Wall Street Journal.

En se détournant du système de don direct, les Brigades Ezzedine al-Qassam ont annoncé en avril qu’elles cesseraient de collecter des fonds en utilisant Bitcoin, citant l’intensification des activités « hostiles » contre les donateurs.

Le groupe terroriste a collecté environ 41 millions de dollars entre 2021 et 2023, selon une estimation du logiciel d’analyse cryptographique BitOK citée par le Wall Street Journal.

En ce qui concerne les deux autres principaux groupes terroristes parrainés par l’Iran à la frontière israélienne, la NBCTF a annoncé en juillet qu’elle avait saisi des dizaines de portefeuilles liés au Jihad islamique palestinien et au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, dans ce que TRM a décrit comme la plus grande saisie de crypto-monnaie liée au terrorisme en Israël.

Les portefeuilles liés au Jihad islamique palestinien ont reçu jusqu’à 93 millions de dollars en crypto-monnaie entre août 2021 et juin de cette année.

Capture d’écran de la page web d’une campagne de collecte de fonds pour Gaza lancée par MAUSA – Muslim Aid USA, qui, selon le Bureau national israélien de lutte contre le financement du terrorisme, est dirigée par le Hamas, 25 octobre 2023. (Crédit : launchgood.com)

Au vu du soutien à Israël déclaré par tous les principaux pays occidentaux dans sa lutte contre le Hamas après l’assaut du 7 octobre, on peut s’attendre à ce que les efforts internationaux augmentent pour limiter l’utilisation des crypto-monnaies pour le financement du terrorisme, ont déclaré les analystes d’Elliptic. Le 18 octobre, l’administration Biden a annoncé de nouvelles sanctions visant dix membres du Hamas, ainsi qu’une bourse de crypto-monnaies basée à Gaza.

Les autorités israéliennes appellent également à la répression des campagnes de collecte de fonds pour Gaza à des fins prétendument humanitaires. Après le début de la guerre, la NBCTF a fait état d’une « augmentation significative de la portée des campagnes de crowdfunding en ligne » et a publié une liste de 11 campagnes de collecte de fonds en cours pour les Palestiniens qu’elle considère comme étant affiliées au Hamas.

Cette liste comprend des campagnes lancées par des organisations caritatives musulmanes basées au Qatar, au Koweït, en Turquie et en Occident, qui collectent des dons par carte de crédit, Google Pay et d’autres méthodes de paiement en ligne courantes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.