Rechercher

Les trois pères de famille victimes de l’attentat d’Elad laissent 16 orphelins

Yonatan Havakuk, Boaz Gol et Oren Ben Yiftah ont été tués par des terroristes armés de haches dans la ville ultra-orthodoxe ; trois autres victimes dans un état grave à l’hôpital

Les victimes de l'attaque terroriste d'Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite ; Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah (Crédit: courtoisie)
Les victimes de l'attaque terroriste d'Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite ; Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah (Crédit: courtoisie)

L’identité des trois victimes de l’attentat terroriste meurtrier à Elad a été révélée tôt, ce vendredi. Il s’agit de Yonatan Havakuk, Boaz Gol et Oren Ben Yiftah, tous trois jeunes pères de famille qui laissent derrière eux 16 orphelins.

Les trois hommes ont été tués dans l’attentat perpétré à la fin de la Journée de l’Indépendance d’Israël, qui prolonge la vague d’attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie des dernières semaines et les menaces répétées de groupes terroristes palestiniens sur le Mont du Temple, à Jérusalem.

Selon des témoins oculaires, deux terroristes auraient attaqué plusieurs personnes avec une hache et un couteau dans un parc du centre-ville et sur une route voisine de la ville en grande partie ultra-orthodoxe. Sept personnes auraient été blessées, dont une se trouverait dans un état critique.

Les voisins et amis de Yonatan Havakuk, âgé de 40 ans, disent de lui qu’il était affable et souriant. Père de cinq enfants, il travaillait comme mécanicien automobile dans la ville ultra-orthodoxe.

« C’était un homme merveilleux », s’est rappelé Yaakov Bar Noi, un voisin, au journal Haaretz. Pour nous tous, il était « un frère », car c’est ainsi qu’il s’adressait à tout le monde, en nous appelant « frère ». « Il avait toujours le sourire aux lèvres », a-t-il ajouté, indiquant qu’il lui arrivait de réparer gratuitement les véhicules des personnes en difficulté financière.

La police et les secours sur les lieux d’un attentat terroriste présumé à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Le voisin de Havakuk, Amir Mizrahi, a déclaré au site d’information Walla qu’il avait été tué alors qu’il sortait chercher son fils.

La deuxième victime de l’attentat terroriste d’Elad est Boaz Gol. Âgé de 40 ans, il était également père de cinq enfants.

La troisième victime de l’attentat d’Elad est Oren Ben Yiftah, âgé de 37 ans et père de 6 enfants. Selon le maire Yair Revivo, il vivait dans la ville de Lod, dans le centre du pays.

« Nos cœurs sont brisés », a écrit Revivo sur Facebook, confiant « qu’une grande tragédie avait frappé Lod ce soir ». « Nous sommes aux côtés de sa famille en cette période des plus difficiles. Que Dieu venge rapidement sa mort. »

À ce stade, le détail des dispositions funéraires prises pour les victimes n’a pas été rendu public.

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’une attaque terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Trois autres personnes auraient été grièvement blessées dans l’attentat. Deux victimes, l’une dans un état critique et l’autre grièvement blessée, ont été prises en charge à l’hôpital Beilinson de Petah Tikva pour des blessures à la tête. Une troisième victime dans un état grave a été transportée d’urgence à l’hôpital Sheba de Ramat Gan.

Le Dr. Tzion Zibli, chef du service de neurochirurgie à l’hôpital Sheba, a déclaré que la victime âgée de 20 ans se trouvait entre la vie et la mort, du fait d’une « grave blessure à la tête » et devait subir une intervention chirurgicale.

Dans un premier temps, la police a indiqué que des témoins avaient vu l’un des terroristes utiliser une arme à feu et l’autre, une hache ou un grand couteau. Mais les secouristes du Magen David Adom ont déclaré que les blessures ne semblaient pas avoir été provoquées par des coups de feu, mais plutôt par un « objet tranchant ». Les secouristes ont qualifié les lieux de l’attentat de « scène d’horreur ».

« Un homme d’une quarantaine d’années gisait sur le sol, à côté d’une voiture, dans la rue Ibn Gabirol, avec de nombreuses blessures à l’arme blanche. À ce moment-là, nous étions sûrs qu’il était mort », a déclaré Alon Rizkan, secouriste du Magen David Adom.

« J’ai continué à descendre les escaliers en direction du parc et j’ai trouvé deux autres victimes inconscientes, gisant à plusieurs mètres l’une de l’autre. Toutes deux ont été déclarées mortes », a ajouté Rizkan.

« Dans le parc, nous avons trouvé un homme de 75 ans allongé sur le sol, à moitié conscient, avec de graves blessures sur le haut du corps. Il ne pouvait pas parler et répondait par des gestes », a déclaré Idit Levy, secouriste du Magen David Adom.

« C’était une vision très difficile : les victimes gisaient sur la route et sur le trottoir entre la place et le parc. On entendait des appels au secours de toutes parts », a déclaré Aaron Zilberman, bénévole de Zaka.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...