Rechercher

Washington ne compte pas faire pression sur Israël au sujet de la réforme judiciaire

Les responsables de Biden sont conscients des implications des réformes, notamment sur la question palestinienne, mais veulent limiter les sujets sur lesquels ils s'expriment

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Un panel de neuf magistrats à la Haute cour de justice, présidée à l'époque par le juge Asher Grunis, pendant une audience consacrée à une plainte déposée par un groupe de défense des droits de l'Homme contre un amendement apporté à la Loi de prévention des infiltrations, le 1er avril 2014. (Crédit : Flash90)
Un panel de neuf magistrats à la Haute cour de justice, présidée à l'époque par le juge Asher Grunis, pendant une audience consacrée à une plainte déposée par un groupe de défense des droits de l'Homme contre un amendement apporté à la Loi de prévention des infiltrations, le 1er avril 2014. (Crédit : Flash90)

L’administration Biden ne prévoit pas, pour le moment, de faire pression sur le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour empêcher la concrétisation de la réforme du système judiciaire israélien récemment annoncée, ont indiqué au Times of Israel, cette semaine, deux responsables américains.

« Nous n’allons pas nous immiscer dans les problèmes internes de ce pays », a déclaré l’un des responsables, tout en reconnaissant que les réformes prévues pourraient avoir des répercussions considérables, étant donné que la Haute Cour de justice, à laquelle le nouveau gouvernement cherche à réduire le pouvoir, se prononce régulièrement sur la conduite d’Israël à l’égard des Palestiniens.

Le même responsable a par ailleurs indiqué que cette approche pourrait changer à mesure que davantage de détails sur les réformes judiciaires émergeraient, mais que, pour l’instant, l’administration préférait s’exprimer sur des questions plus directement liées à ses efforts visant à sauver les chances d’une solution à deux États et à maintenir le calme à Jérusalem.

Un deuxième responsable américain a confirmé cette approche mais a refusé de faire d’autres commentaires.

Une source au fait de la question a prédit que l’administration pourrait exprimer un vague soutien à l’importance d’un système judiciaire fort en réponse à une demande de commentaires de la part des journalistes, mais que cette politique ne s’étendrait pas beaucoup plus loin.

La Maison Blanche a décliné toute demande de commentaire à ce sujet.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.