Rechercher

Les ventes de téléphones basiques dopées en Israël sur fond de craintes de piratage

La hausse avoisine les 200 % ; le ministre des Finances s'affiche avec le sien sur Twitter

Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone « casher », à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)
Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone « casher », à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

L’importateur israélien de produits Nokia affirme avoir enregistré une augmentation de 200 % de ses ventes de téléphones « normaux » au cours de la dernière semaine.

Cette hausse serait liée aux inquiétudes de certains Israéliens face aux logiciels espions comme Pegasus (NSO Group), suite au présumé espionnage de civils par les forces de police.

Les téléphones autres que les smartphones ont une connectivité à Internet limitée, lorsqu’elle n’est pas nulle, et ne permettent pas davantage la navigation que l’accès aux plates-formes de messagerie telles WhatsApp, Telegram… en faisant des cibles plus difficiles à infiltrer.

Le journal financier Calcalist, sans citer aucune source ou preuve, a indiqué lundi que des logiciels espions avaient été déployés, sans les autorisations judiciaires requises, contre de hauts responsables du gouvernement, des maires, militants, journalistes, ainsi que des membres de la famille et des conseillers de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Selon les données fournies au media d’information Walla par le groupe H.Y., ce sont plus de 4 000 appareils Nokia de base qui ont été achetés au cours des trois derniers jours. Dans une semaine normale, il s’en vend entre 1 000 et 2 000 appareils.

Liav Ron, directeur de la marque Nokia au sein du groupe H.Y., a déclaré à Walla qu' »il y avait eu une augmentation fulgurante des ventes de ces téléphones d’ancienne génération … Ce sont des téléphones basiques « limités aux appels et SMS » qui ont connu une progression totalement inattendue de leurs ventes.

Interrogé sur la sécurité des appareils, il a déclaré : « Seuls les pirates informatiques et les forces de l’ordre peuvent répondre précisément à cette question, mais dans l’ensemble, les téléphones d’ancienne génération qui ne sont pas des smartphones sont dépourvus de contenus du type Facebook ou Instagram, ce qui limite d’emblée l’étendue du piratage. Vous pouvez acheter des téléphones de base qui permettent l’accès à WhatsApp, mais sur la plupart des appareils, il n’est possible de passer que des messages et des appels. »

Le téléphone le plus simple, ne permettant que de recevoir et passer des appels et envoyer/recevoir des SMS, coûte environ 100 shekels.

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a publié une photo de son téléphone d’ancienne génération sur Twitter lundi, déclarant : « Pendant des années, tout le monde s’est demandé comment je pouvais me débrouiller sans smartphone – maintenant tout le monde sait que je me débrouille très bien ! »

Les téléphones de base de la firme finlandaise Nokia – au succès autrefois planétaire – demeurent populaires au sein de certains milieux ultra-orthodoxes en Israël, car ils n’autorisent pas l’accès à Internet tout en permettant d’être joignable. Ils sont également parfois utilisés par les personnes âgées qui trouvent les smartphones difficiles à utiliser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...