Les voisins israéliens accueillent Shabbat ensemble à l’abri de leurs immeubles
Rechercher

Les voisins israéliens accueillent Shabbat ensemble à l’abri de leurs immeubles

Vendredi soir, des chants et des prières ont résonné dans les rues, alors que la population vivait un Shabbat de coronavirus sans synagogue

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des hommes prient à l'extérieur d'une synagogue à Bayit Vegan, Jérusalem, le 22 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash 90)
Des hommes prient à l'extérieur d'une synagogue à Bayit Vegan, Jérusalem, le 22 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash 90)

La distanciation sociale est difficile, en particulier le jour du Shabbat, lorsqu’un bon nombre de Juifs, y compris en Israël, se rendent habituellement dans les synagogues et les lieux de rassemblement communautaires.

Pour faire face à ce défi, vendredi soir dernier, de nombreux immeubles d’habitation en Israël ont ouvert leurs fenêtres et leurs balcons et ont prié ensemble, pour une sorte de prière commune en ces jours de crise de COVID-19.

Ce n’était pas nécessairement un effort coordonné dans chaque cas, bien qu’un tract ait été envoyé à de nombreux groupes WhatsApp, demandant aux habitants des différents quartiers de Jérusalem d’ouvrir leurs fenêtres et leurs portes et de chanter ensemble, afin d’ouvrir les portes du ciel mentionnées dans les prières du vendredi soir.

Dans une résidence du quartier de Talpiot à Jérusalem, les habitants de neuf appartements se sont rencontrés dans leur parking souterrain et ont prié ensemble, chaque personne se tenant debout sur sa place de parking.

Ils avaient préparé leur projet dans le cadre de leur groupe WhatsApp, généralement utilisé pour discuter de la rémunération du jardinier ou de l’entretien du garage.

Un tract publié sur WhatsApp à l’intention des habitants de Jérusalem, demandant aux gens de se mettre à leurs fenêtres et à leurs portes au début du Shabbat, afin d’accueillir le Shabbat en chantant et en priant (Autorisation)

Certains bâtiments demandaient aux habitants d’ouvrir leurs portes pour prier ensemble, et d’autres chantaient en direction de leurs cours communes. Certains groupes étaient dirigés par des cantors, ou par des personnes habituées à diriger les offices dans leurs propres synagogues. D’autres étaient dirigés par des résidents et des voisins qui chantaient ensemble, leur voix résonnant dans tout l’immeuble.

La comédienne Revital Vitelzon Jacobs, qui poste souvent des vidéos sur l’éducation des enfants, en a posté une sur sa mère, Sarah Vitelzon, qui, accordéon à la main, a chanté des chansons de Kabbalat Shabbat [acceuil du Shabbat] dans l’étroit hall de son immeuble de Tel Aviv.

יום שישי, בניין בתל אביבאמא שלי, סבתא שרה המלכהיורדת עם אקורדיון ומכניסה את השבתומכל הקומות כולם מצטרפים אליה בשירה מרגשת שרה ויטלזון ????

פורסם על ידי ‏‎Revital Vitelzon Jacobs‎‏ ב- יום שבת, 21 במרץ 2020

Chaya Kasse Valier, qui vit dans le quartier de Nachlaot à Jérusalem avec son mari et ses cinq enfants, chantait à l’intérieur avec sa famille vendredi soir quand elle a entendu des gens chanter à l’extérieur.

C’est un phénomène assez courant en été, lorsqu’une foule de jeunes d’une vingtaine d’années se rassemble souvent dans la ruelle en bas de chez eux, et chante la Kabbalat Shabbat ensemble, a déclaré Kasse Valier.

Mais cette fois, c’est un voisin, qu’ils ne connaissaient pas, qui chantait depuis son porche, et d’autres se joignaient à lui, a-t-elle expliqué.

Ils habitent Rechov HaMadregot, la rue de l’Escalier, familière de plusieurs films et émissions de télévision, dont « Shtisel ».

Rue de l’Escalier dans le quartier de Nachlaot à Jérusalem, où les voisins se sont rassemblés devant leur porte et leur porche pour accueillir ensemble le Shabbat, le vendredi 20 mars 2020. (Autorisation/Avishai Teicher)

Ils sont descendus et ont chanté avec environ huit autres personnes, toutes très écartées le long de la rue étroite.

La Kabbalat Shabbat, comme on appelle l’office du vendredi soir, s’articule autour de psaumes, de prières et de la liturgie kabbaliste qui accueillent le Shabbat, chantés ensemble.

« Grâce à l’acoustique de la rue, on a pu vraiment entendre tout le monde », a-t-elle déclaré. « La moitié des gens dans la rue promenaient des chiens, fumaient et fredonnaient. »

Allons mon bien-aimé à la rencontre de la fiancée !
A la rencontre du Shabbat, allons, allons ! Car il est source de bénédictions ; depuis longtemps, dès le début il a été sanctifié ; il existait dans la pensée (divine) dès le commencement pour être réalisé à la fin.

Pour Kasse Valier, ce fut un moment très émouvant.

« Je me suis mise à pleurer à chaudes larmes », a-t-elle dit. « Toute la tension a été libérée par cette constatation que les gens ont besoin les uns des autres et ont besoin de la prière et qu’ils doivent le faire dans les limites des consignes. Nous avons besoin les uns des autres et nous avons besoin de la communauté et de notre routine habituelle. La Kabbalat Shabbat est un repère hebdomadaire pour les gens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...