L’Espagne prête à fournir des vaccins aux Palestiniens
Rechercher

L’Espagne prête à fournir des vaccins aux Palestiniens

Le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi a aussi indiqué que l'Etat hébreu "n'écartait pas" d'offrir le vaccin aux Palestiniens

La ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya prononce un discours lors de l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des Droits de l'homme des Nations unies, le 24 février 2020 à Genève. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)
La ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya prononce un discours lors de l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des Droits de l'homme des Nations unies, le 24 février 2020 à Genève. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)

La cheffe de la diplomatie espagnole Arancha Gonzalez Laya, qui a entamé mercredi une visite de deux jours en Israël et dans les Territoires palestiniens, a ouvert la porte à fournir aux Palestiniens des vaccins achetés par l’Espagne et dédié à des contextes « humanitaires ».

Lors d’une visite mardi dans ce territoire densément peuplé et confronté à un manque de kits de dépistage, une délégation de l’Union européenne a souhaité « faciliter » l’accès au vaccin.

« Nous ferons tout ce que nous pouvons, en coordination avec l’ONU, pour faciliter son accès aux personnes les plus vulnérables », a dit Sven Kühn von Burgsdorff, représentant de l’Union européenne pour les Territoires palestiniens.

Le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi avait indiqué mercredi que l’Etat hébreu « n’écartait pas » d’offrir le vaccin aux Palestiniens « dès lors que les premiers répondants et le personnel médical et d’autres » seront vaccinés côté israélien.

A LIRE : Dans la ruée mondiale aux vaccins COVID, les Palestiniens comptent sur l’OMS

En Cisjordanie, les autorités ont officiellement recensé plus de 75 500 cas de personnes contaminées dont plus de 710 décès.

A Gaza, enclave contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas et sous blocus sécuritaire israélien et égyptien depuis plus de dix ans, près de 25 600 malades ont été enregistrés depuis le début de la pandémie, dont 155 décès.

Israël a reçu mercredi ses premières doses du vaccin anti-coronavirus du géant pharmaceutique américain Pfizer, le chef de gouvernement Benjamin Netanyahu affirmant vouloir être le « premier » du pays à se faire vacciner afin de donner « l’exemple ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant l’avion livrant les premières doses du vaccin contre le coronavirus, le 9 décembre 2020. (Crédit : Service de presse gouvernemental)

« C’est un jour de célébration pour Israël ! J’ai l’intention d’être le premier à me faire vacciner en Israël, afin de donner l’exemple au reste de la population », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « La fin (de la pandémie) est en vue ».

L’Etat hébreu a acheté en novembre huit millions de doses à Pfizer avec une livraison prévue à partir de janvier 2021 mais les premières doses de vaccin sont arrivées plus tôt et à la veille de Hanouka, la fête juive des Lumières célébrée à partir de jeudi.

Israël, qui planche sur son propre vaccin, a aussi commandé six millions de doses aux laboratoires Moderna.

Au totale, ces quatorze millions de doses peuvent protéger environ sept des neuf millions d’Israéliens, la vaccination impliquant deux doses par personne.

Les vaccins réceptionnés mercredi posent des défis car ils doivent être gardés à -70 degrés.

Sur le tarmac de l’aéroport, M. Netanyahu a vanté un « centre de stockage exceptionnel, situé à quelques minutes d’ici », respectant les normes médicales les plus strictes au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...