Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

L’ex-officier de l’unité élite Egoz inculpé pour l’incident mortel de tir ami en 2022

Le lieutenant a été condamné pour homicide involontaire par négligence lors de l'incident de janvier 2022 qui a coûté la vie aux majors Ofek Aharon et Itamar Elharar

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'état-major de Tsahal de l'époque, Aviv Kohavi, Ofer Winter et des officiers de l'armée israélienne inspectent la zone où deux officiers de l'unité de commando Egoz ont été tués dans un accident de tir ami à l'extérieur d'une base le 13 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef d'état-major de Tsahal de l'époque, Aviv Kohavi, Ofer Winter et des officiers de l'armée israélienne inspectent la zone où deux officiers de l'unité de commando Egoz ont été tués dans un accident de tir ami à l'extérieur d'une base le 13 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les procureurs militaires ont déposé mardi un acte d’accusation contre un ancien officier subalterne de l’unité d’élite Egoz qui a tué deux de ses camarades lors d’un incident de tir ami il y a un an et demi.

Identifié uniquement par son initiale hébraïque, le lieutenant « Nun » a été inculpé d’homicide involontaire par négligence pour avoir tiré et causé la mort du major Ofek Aharon, 28 ans, et du major Itamar Elharar, 26 ans, le 12 janvier 2022.

Les deux officiers tués et deux autres soldats avaient quitté leur base d’entraînement dans la vallée du Jourdain pour se lancer à la recherche de voleurs qui avaient dérobé du matériel de vision nocturne. « Nun » est parti seul de son côté et a identifié par erreur les autres soldats comme étant des hommes armés, ce qui a conduit à la confrontation mortelle.

Après l’incident, « Nun » a été transféré dans une autre unité et, en mai 2022, à sa demande, il a interrompu son service militaire.

Son avocat, Ram Jeanne, a déclaré que l’acte d’accusation était superflu. « C’est un véritable désastre pour lequel le lieutenant ‘Nun’ assume un fardeau insoutenable, et il partage l’énorme douleur des familles », a-t-il déclaré dans un communiqué.

L’armée israélienne a déclaré que l’acte d’accusation a été déposé à la suite d’une audience pour les accusés.

Photos non datées du Major Itamar Elharar, à gauche, et du Major Ofek Aharon, qui ont été tués par un tir ami à l’extérieur de leur base dans la vallée du Jourdain, le 12 janvier 2022. (Crédit : armée israélienne)

Une déclaration au nom des familles d’Aharon et d’Elharar a salué la décision de déposer l’acte d’accusation. « Il doit être établi que le lieutenant ‘Nun’, qui a causé la mort des garçons en enfreignant gravement les procédures et qui a outrepassé son autorité en mettant leur vie en danger, conduisant ainsi à ce résultat tragique, assumera la responsabilité de ses actes », a déclaré le communiqué.

Les résultats d’une enquête publiés l’année dernière ont révélé que le catalyseur de l’incident de tirs amis avait été le vol de matériel de vision nocturne du champ de tir de la base militaire de Nebi Musa, dans la vallée du Jourdain, une zone où des vols sont régulièrement commis, principalement par des résidents des communautés bédouines voisines.

Le lendemain du vol, deux patrouilles distinctes ont quitté le champ de tir. L’une de ces patrouilles était composée de « Nun », agissant seul, ce qui en soi, était une violation du protocole de l’armée selon lequel une patrouille doit être composée d’au moins deux personnes. Il est parti en patrouille sans en informer qui que ce soit, avec un chargeur dans son arme et une balle chargée dans la chambre.

Séparément, un groupe de quatre membres d’Egoz – trois officiers et un sergent – sont partis en patrouille. Cette patrouille était composée d’Aharon et d’Elharar, d’un autre commandant ayant le grade de major, qui ne peut être identifié que par sa première initiale, « Youd », et d’un sous-officier dont le nom n’a pas été divulgué. Ils se sont mis en route sans aucune stratégie et sans objectif précis, si ce n’est d’attraper le voleur présumé ou quelqu’un d’autre qui pourrait les mener au coupable. C’est « Youd », doté d’un équipement de vision nocturne, qui dirigeait la patrouille.

Les membres de l’unité d’élite Egoz participant à un exercice à Chypre, en juin 2017. (Crédit : unité des porte-parole de l’armée israélienne)

Peu avant 22 heures, le groupe de quatre commandos, utilisant des dispositifs de vision nocturne, a repéré l’officier seul et a cru qu’il s’agissait d’un voleur bédouin.

Alors qu’ils s’approchaient de lui, vers 23 heures, il les a remarqués et les a pris pour des « terroristes armés, menaçant sa vie », a déclaré le général de division (réserviste) Noam Tibon, qui a dirigé l’enquête.

On ignore toujours qui a tiré le premier. « Yod et le sergent ont déclaré aux enquêteurs que c’était Aharon et Elharar, tandis que Nun a maintenu que c’était lui qui avait déclenché la fusillade. Dans un cas comme dans l’autre, « Nun » a fini par tirer à trois reprises sur Aharon et Elharar. Ces derniers ont aussi tiré avec leurs armes – neuf douilles de balles ont été retrouvées sur les lieux – mais ont manqué leur cible.

Selon l’enquête, « Nun » n’a cessé de tirer que lorsque « Yod », réalisant ce qui s’était passé, a crié : « Halte ! Halte ! Tsahal ! TSAHAL ! »

Aharon et Elharar ont été touchés de plein fouet et leur décès a été constaté sur place.

Lors d’un autre incident survenu en août 2022, le sergent-chef Nathan Fitoussi, 20 ans, a été abattu après avoir quitté puis regagné un poste de garde près de la ville palestinienne de Tulkarem et avoir été identifié à tort comme une menace.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.