Rechercher

Enquête : le « tir ami » qui a tué 2 soldats serait dû à un « manque de coordination »

Les soldats sont partis en patrouille en deux groupes ; l'officier pensait apparemment avoir croisé des suspects armés lorsqu'il a ouvert le feu, selon un général de Tsahal

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La zone proche de la base où deux soldats de Tsahal ont été tués dans un incident dit de tir ami la nuit précédente, le 13 janvier 2022 (Yonathan Sindel/Flash90) ; le major Itamar Elharar, en haut à droite, et le major Ofek Aharon, en bas à droite (Forces de défense israéliennes).
La zone proche de la base où deux soldats de Tsahal ont été tués dans un incident dit de tir ami la nuit précédente, le 13 janvier 2022 (Yonathan Sindel/Flash90) ; le major Itamar Elharar, en haut à droite, et le major Ofek Aharon, en bas à droite (Forces de défense israéliennes).

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi a promis jeudi que la mort de deux officiers dans la nuit de mercredi à jeudi par des « tirs amis« , apparemment dus à un malentendu, ferait l’objet d’une enquête approfondie.

Le major général à la retraite Noam Tibon dirigera une enquête, parallèlement à une autre qui sera menée par la police militaire, qui est tenue d’ouvrir une enquête sur la mort de chaque soldat.

Kohavi a également demandé l’arrêt immédiat de toutes les activités non essentielles dans l’armée israélienne afin de discuter des récents événements.

Selon le chef du Commandement central de Tsahal, le Général de division Yehuda Fuchs, mercredi soir, deux patrouilles de l’unité d’élite Egoz ont quitté le champ de tir situé à côté de la base de Nabi Musa dans la vallée du Jourdain, séparément et à l’insu l’une de l’autre, afin de retrouver une personne qui avait volé du matériel de vision nocturne dans la base la veille et pour empêcher d’autres vols.

Une patrouille était composée de trois commandants et d’un soldat, tandis que la seconde était un officier agissant seul. Les autres officiers de la base ont été informés de l’existence des deux patrouilles, mais elles n’avaient pas connaissance l’une de l’autre, a expliqué Fuchs aux journalistes jeudi.

Peu avant 23 heures, le groupe de quatre commandos, utilisant des dispositifs de vision nocturne, a repéré l’officier seul et a cru qu’il s’agissait d’un suspect armé.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, fait partie d’un groupe sur les lieux où deux soldats de Tsahal ont été tués dans un soi-disant incident de tir ami, le 13 janvier 2022 (Yonathan Sindel/Flash90).

Ils se sont approchés de lui et lorsqu’ils se sont rapprochés, il les a également remarqués grâce à ses propres dispositifs de vision nocturne.

Croyant être tombé sur un groupe de suspects armés, l’officier a apparemment ouvert le feu en premier, tuant les deux officiers – le major Ofek Aharon et le major Itamar Elharar – avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’autres membres de Tsahal, selon l’enquête préliminaire.

Cela contredit le rapport initial de l’armée selon lequel le groupe d’Aharon et d’Elharar avait tiré des coups de semonce avant que l’officier ne leur tire dessus.

Fuchs a déclaré que de nombreux détails de l’incident étaient encore en cours d’examen. Il a également souligné qu’il s’agissait d’une première évaluation et que la question de savoir qui a tiré en premier ferait l’objet d’une enquête plus approfondie par la police militaire.

Photos non datées du Major Itamar Elharar, à gauche, et du Major Ofek Aharon, qui ont été tués par un tir ami à l’extérieur de leur base dans la vallée du Jourdain, le 12 janvier 2022. (Crédit : armée israélienne)

Interrogé pour savoir si cet accident était dû à un changement récent et controversé des protocoles de tir ouvert de Tsahal, qui permet aux soldats d’utiliser la force létale pour empêcher les vols fréquents dans les bases militaires, Fuchs a nié tout lien, puisque l’officier a vu que le groupe sur lequel il a tiré tenait des armes et a cru que sa vie était en danger.

« Peu importe que les règles d’engagement aient été plus strictes ou plus souples. C’était une décision prise en quelques secondes, en moins d’une seconde », a déclaré M. Fuchs.

Fuchs a déclaré que les deux groupes n’avaient pas de radios – ce qui peut avoir contribué à la confusion mortelle – et ont appelé à l’aide sur leurs téléphones portables.

Il a décrit les deux officiers décédés comme « d’incroyables commandants de compagnie », chacun d’entre eux étant appelé à faire une carrière militaire.

Elharar, 26 ans, devait commencer un programme universitaire à temps partiel tout en restant dans l’armée, tandis qu’Aharon, 28 ans, devait être promu l’été prochain, soit à un poste élevé au sein de l’unité Egoz, soit à la prestigieuse brigade Golani où il servirait en tant que commandant adjoint de bataillon, a déclaré Fuchs.

En visite sur la base de Nabi Musa, le chef d’état-major de Tsahal Kohavi a adressé ses condoléances aux familles des officiers et a promis d’enquêter sur l’incident « de manière rigoureuse et d’en tirer les leçons ».

« Ce qui s’est passé la nuit dernière était incroyablement grave et profondément bouleversant. La préservation de la vie humaine est en tête de nos priorités », a déclaré Kohavi. « Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir des incidents de ce genre », a-t-il ajouté.

Plus tôt jeudi, le porte-parole de Tsahal, Ran Kochav, avait déclaré qu’en plus de consoler les familles des officiers tués, les militaires feraient preuve de compassion envers l’officier qui les a tués par erreur.

« Nous devrons entourer l’officier, prendre soin de lui, montrer que nous le protégeons. Il a, bien sûr, fait cela accidentellement, entraînant la mort de ses amis », a déclaré M. Kochav.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a exprimé ses condoléances aux familles des officiers décédés, promettant une enquête approfondie.

« Tsahal est au milieu d’une enquête complète, et nous ferons tout pour qu’une telle tragédie ne se répète pas », a déclaré Gantz dans un communiqué.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz assistent à une réunion de la Commission de la Défense et des Affaires étrangères à la Knesset, le 19 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a également consolé les familles, affirmant que leurs proches avaient « consacré les meilleures années de leur vie à la sécurité d’Israël et à la défense de la patrie. » « Le peuple israélien tout entier pleure leur disparition », a-t-il ajouté.

Ces décès surviennent une semaine après que deux pilotes de l’armée de l’air ont été tués dans un accident d’hélicoptère en mer au large de Haïfa.

Elharar devait être enterré jeudi à 14h30 au cimetière militaire de Kiryat Malachi, et les funérailles d’Aharon étaient prévues à 16h15 au terrain militaire de Gan Yavne, a indiqué l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...