L’hôpital de Haïfa hissera finalement le drapeau israélien pour Yom HaAtsmaout
Rechercher

L’hôpital de Haïfa hissera finalement le drapeau israélien pour Yom HaAtsmaout

Le directeur du centre médical Carmel annule une directive qui interdisait les drapeaux israéliens et publie des excuses

Le centre hospitalier Carmel de Haïfa. (Autorisation)
Le centre hospitalier Carmel de Haïfa. (Autorisation)

Le directeur du centre hospitalier de Haïfa a annulé, samedi, une mesure qui demandait le retrait des drapeaux israéliens de deux services de l’hôpital, assurant qu’ils resteraient pour les célébrations du souvenir et de l’indépendance d’Israël cette semaine.

Vendredi, des médias en hébreu avaient rapporté que l’administration de l’hôpital avait écrit aux chefs de service pour leur ordonner de retirer les drapeaux et décorations pour le Jour de l’Indépendance, qui commence mercredi soir, afin de ne pas blesser l’importante population arabe de la ville.

Ces révélations avaient déclenché une controverse, laquelle a poussé son directeur M. Goldberg à publier un communiqué sur Facebook affirmant que les drapeaux seraient bien hissés.

« Je voudrais dire avec fermeté que la directive ordonnant le retrait des drapeaux israéliens de deux services de l’hôpital est injustifiée et ne reflète pas mon opinion et mes consignes », a fait savoir Goldberg.

Il a expliqué qu’il était à l’étranger la semaine dernière lorsque cette décision avait été prise et qu’il avait ordonné le maintien des drapeaux dès qu’il en a été informé, la qualifiant de « malentendu que je ne peux que regretter et pour lequel je ne peux que m’excuser auprès de ceux qui ont été blessés ».

Il a souligné que l’hôpital se préparait à marquer l’événement et à hisser des drapeaux notamment « comme nous le faisons chaque année, et dans la meilleure des traditions ».

« Chacun de nous à l’hôpital respectons nos symboles nationaux et sommes fiers de notre drapeau », a-t-il précisé.

La directive initiale avait poussé, vendredi, le syndicat des employés de l’hôpital à prévenir de mesures si elle n’était pas annulée, a rapporté le site d’information Walla.

Le député Oded Forer du parti Yisrael Beytenu avait menacé de réduire le budget de l’hôpital en réaction, indiquant : « la direction doit prendre ses responsabilités et décider s’il dirige un hôpital israélien ou palestinien ».

Fondé en 1945, l’établissement de 500 lits sert la troisième plus grande ville du pays et ses 300 000 habitants, dont un cinquième sont arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...