Liberman : Les académies pré-militaires religieuses créent des milices privées
Rechercher

Liberman : Les académies pré-militaires religieuses créent des milices privées

Le dirigeant d'Yisrael Beytenu, critiqué par les politiciens de droite qui défendent les soldats religieux, disent que l'ancien ministre de la Défense devrait avoir "honte"

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman inspecte le viseur d'un fusil dans une usine d'armement à Sderot, le 14 décembre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman inspecte le viseur d'un fusil dans une usine d'armement à Sderot, le 14 décembre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)

Le chef d’Yisrael Beytenu, le député Avigdor Liberman, a publié mardi une nouvelle attaque contre la religion institutionnalisée, accusant les écoles religieuses pré-militaires israéliennes de former des milices privées qui vont obéir aux rabbins plutôt qu’aux chefs militaires.

Les propos de Liberman, qui fait campagne en tant que défenseur des valeurs laïques, ont été rapidement condamnés par le Premier ministre et les membres de la communauté religieuse nationale.

« Ils forment des soldats dont la subordination n’est pas au commandant militaire direct, mais à l’autorité spirituelle, au rabbin », a déclaré M. Liberman lors d’une interview accordée à la conférence annuelle d’Herzliya sur la politique.

Les enseignants de certaines académies religieuses ont été accusés de sexisme et d’homophobie en raison des cours donnés aux cadets, où les femmes ont été traitées de « faibles d’esprit » et les homosexuels de « déviants ».

Des soldats religieux ont également essuyé des tollés pour s’être opposés aux cérémonies de Tsahal et aux manifestations auxquelles participaient des femmes ou qui étaient mixtes, les critiques décrivant leurs revendications comme une forme de coercition religieuse.

Des soldats juifs religieux participent à une cérémonie de prestation de serment, le 26 mai 2012. (Miriam Alster/FLASH90)

Lors de la conférence, M. Liberman, ancien ministre de la Défense, a décrit l’objectif de son parti lors des élections du 17 septembre prochain : restaurer Israël « comme un pays normal » face à l’influence religieuse.

« Il y a un phénomène étonnant qui se produit et je suis très préoccupé par ce phénomène, et je parle des académies pré-militaires religieuses », a t-il dit.

« Les programmes préparatoires religieux ont formé certains des combattants les plus courageux au combat et j’espère qu’ils continueront à fonctionner, mais ce qui se passe aujourd’hui, c’est que les programmes préparatoires se transforment en milices religieuses privées. »

« Ils forment des soldats qui ne sont pas subordonnés au commandant militaire direct, mais à l’autorité spirituelle, au rabbin. »

Le ministre de l’Education Rafi Peretz à la cérémonie d’investiture au ministère de Jérusalem, le 26 juin 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

M. Liberman a appelé le prochain gouvernement à cesser de soutenir les académies pré-militaires, qui reçoivent des fonds des ministères de la Défense et de l’Éducation.

En tant que ministre de la Défense en 2017, Liberman a menacé de retirer le financement d’une académie pré-militaire dans l’implantation d’Eli en Cisjordanie après qu’un de ses dirigeants a déclaré que les soldates étaient « folles » et non plus juives.

Il a renoncé à cette menace après que le procureur général a déclaré qu’il n’avait pas le pouvoir de réduire le budget, mais le ministère de la Défense a annoncé son intention de restreindre le nombre d’étudiants à titre de mesure punitive à la place.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tweeté en réponse aux remarques de Liberman mardi que « le sionisme religieux est le sel de la terre et a apporté une énorme contribution à Tsahal et au pays ».

Parmi les diplômés des académies religieuses pré-militaires et du sionisme religieux, il y a « beaucoup de commandants et de combattants qui ont donné leur vie pour la sécurité d’Israël », écrit Netanyahu. « Quelqu’un qui se déchaîne contre des héros israéliens juste pour rassembler quelques votes devrait avoir honte. »

Liberman a ensuite riposté au Premier ministre, en disant dans un message posté sur les réseaux sociaux : « M. le Premier ministre, vous êtes le dernier à pouvoir m’apprendre et me prêcher le sionisme religieux. »

« C’est vous, Monsieur le Premier ministre, qui avez pris la décision de transférer Hébron aux Palestiniens. C’est vous, M. le Premier ministre, qui avez mené les négociations avec Arafat. C’est vous, Monsieur le Premier ministre, qui avez voté en faveur du désengagement à la Knesset. C’est vous qui payez une redevance à l’organisation terroriste du Hamas. Un peu de modestie ne vous ferait pas de mal ! » a accusé Liberman, énumérant les décisions prises par Netanyahu au cours des deux dernières décennies qui ont été largement combattues par la droite religieuse.

Le ministre de l’Education Rafi Peretz, qui a fondé l’académie pré-militaire d’Otzem à Yated près de la frontière avec Gaza, a accusé Liberman de provoquer de nouvelles divisions dans la société.

« Votre temps est révolu. Ce sont les affres de la mort d’une carrière. À une époque où la société a besoin d’unité et de guérir les fractures, vous ne faites que mettre de l’huile sur le feu et renforcer la polarisation », a-t-il dit.

Ayelet Shaked, ancienne ministre de la justice du parti sioniste religieux HaBayit HaYehudi, a qualifié les diplômés des académies pré-militaires religieuses de « pilier » de l’armée israélienne, « à la pointe de la société ».

Bezalel Smotrich, chef de l’Union nationale, a accusé Liberman d’avoir simplement essayé d’attirer l’attention par ses remarques.

« Bien joué, Avigdor chéri, tu as déjà eu ta dose quotidienne d’attention du matin. Tu peux continuer ta journée », a tweeté Smotrich.

Le député Likud Nir Barkat a tweeté, « Ce n’est pas ainsi qu’il faut se comporter. Le chemin à suivre doit être celui de la solidarité et de l’unité de la population, malgré la diversité qui caractérise le peuple d’Israël dans toutes ses nuances et ses opinions. »

En réponse à la vague de critiques, M. Liberman a déclaré que ses commentaires s’adressaient aux rabbins qui dirigent les académies et non aux cadets eux-mêmes.

« Les académies, dont certaines ont été créées grâce à ma participation, sont une entité éducative énorme et importante », a écrit Liberman sur sa page Facebook.

« Je rencontre les étudiants diplômés des académies et ils sont le sel de la terre, mais pour préserver cette formidable entreprise éducative, nous devons les couper des Smotrich et de leurs semblables », a-t-il dit en parlant du ministre des Transports qui a récemment suscité une controverse avec des remarques dans lesquelles il semblait placer la religion au-dessus des principes de la démocratie.

« Nous devons leur retirer les rabbins qui prêchent des valeurs qui contredisent l’héritage de l’armée israélienne », a écrit Liberman.

Liberman a été critiqué plus tôt cette semaine pour une publicité de campagne qui dépeignait Netanyahu comme un homme Haredi, avec un chapeau noir et des papillotes. Les critiques ont qualifié la publicité d’antisémite.

Netanyahu n’a pas réussi à former une coalition majoritaire après les élections d’avril en raison d’une impasse entre Liberman et les partis ultra-orthodoxes sur les quotas imposés aux hommes ultra-orthodoxes devant être incorporés à l’armée. Alors que Liberman ne voulait rien changer au texte d’un projet de loi existant, les partis ultra-orthodoxes, qui s’opposent au projet de l’armée, ont refusé de l’accepter.

Les partis ultra-orthodoxes sont des alliés naturels et des partenaires de coalition du parti au pouvoir, le Likud, mais leur influence au sein du gouvernement est ressentie par les Israéliens laïques comme étant trop envahissante dans leur vie quotidienne.

S’exprimant lors de la même conférence d’Herzliya, le n°2 du parti Kakhol lavan, le député Yair Lapid, a averti que si Netanyahu gagne les prochaines élections, Israël se dirigera vers un « État halakhique » – dirigé selon les lois religieuses traditionnelles juives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...