Likud : une victoire de Biden pourrait nuire à Netanyahu et à Israël à l’ONU
Rechercher

Likud : une victoire de Biden pourrait nuire à Netanyahu et à Israël à l’ONU

Les adversaires politiques du Premier ministre vont se moquer de son soutien manifeste à Donald Trump, selon une source

Shalom Yerushalmi est analyste politique pour Zman Israël, le site en hébreu du Times of Israël sur l'actualité israélienne.

L'ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à la présidence, s'exprime à Wilmington, dans le Delaware, le 4 novembre 2020. (Carolyn Kaster/AP)
L'ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à la présidence, s'exprime à Wilmington, dans le Delaware, le 4 novembre 2020. (Carolyn Kaster/AP)

Des responsables du parti du Likud s’inquiètent de la perspective, de plus en plus probable, d’une victoire du candidat démocrate à la présidence des États-Unis Joe Biden.

S’adressant jeudi à Zman Yisrael, le site jumeau du Times of Israel en hébreu, des responsables du Likud ont averti qu’une défaite de Donald Trump pourrait avoir de graves conséquences pour Benjamin Netanyahu, et rendre Washington plus prudent lorsqu’il s’agira d’Israël à l’ONU.

« Ils diront ensuite à Netanyahu : ‘ton ami est parti, contre toute attente, alors tu vas partir aussi' », a déclaré un haut responsable du Likud, en référence aux opposants du Premier ministre.

« Ils parleront alors de la façon dont Netanyahu a rompu les liens avec les Démocrates, du prix que nous allons tous payer et de la façon dont lui – qui connaît l’Amérique mieux que quiconque – a parié sur le mauvais cheval », a déclaré le responsable, sous couvert d’anonymat.

Le vice-président américain Joe Biden s’apprête à s’adresser à la presse à la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 9 mars 2010. (AP Photo/Debbie Hill, Pool)

Les retombées pourraient également affecter la politique locale, a déclaré un ministre du cabinet, disant à Zman qu’“une victoire de Trump serait un signe avant-coureur d’une élection [en Israël]. Désormais, Netanyahu aura beaucoup moins envie d’aller aux urnes en Israël”.

La reconnaissance par Trump de Jérusalem et du plateau du Golan, tous deux considérés comme des victoires pour Netanyahu, est intervenue à l’approche de la première des trois élections organisées en Israël au cours des deux dernières années, et la proposition de paix de l’administration pour le conflit israélo-palestinien, saluée par Netanyahu, est arrivée avant le troisième de ces votes en début d’année.

Chaque élection a été peu concluante et a finalement abouti à un gouvernement d’union chancelant.

L’ambassadeur israélien auprès des Nations unies, Gilad Erdan, dans son bureau de New York, le 13 octobre 2020. (Mission israélienne auprès de l’ONU)

Netanyahu, qui a une forte avance dans les sondages sur son partenaire au sein du gouvernement d’union, le parti Kakhol lavan, aurait, selon les critiques, l’intention d’organiser une crise de coalition pour forcer de nouvelles élections.

Un député du Likud a déclaré à Zman qu’Israël doit également se préparer à une nouvelle réalité sur la scène internationale.

« Nous avons pris un coup. Nikki Haley ne sera plus là pour nous », a déclaré le député à propos de l’ancienne ambassadrice américaine à l’ONU qui a pris des positions particulièrement pro-Israël, mais qui a quitté son poste en décembre 2018.

Les députés ont toutefois déclaré qu’ils pensent que M. Biden ne sera pas influencé par un sentiment anti-Israël.

A LIRE / « Le bon flic » : Joe Biden et Israël pendant les années Obama

« Le Parti démocrate a des courants extrémistes et radicaux, avec lesquels même un gouvernement de gauche en Israël ne peut pas s’entendre », a-t-il déclaré, mais il a ajouté que « Biden a une base de soutien solide, et il n’est pas du genre à être affecté par eux ».

Le président américain Donald Trump, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rendent à une réunion dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 27 janvier 2020. (AP Photo/ Evan Vucci)

L’avenir de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis serait également incertain, dans l’éventualité d’une administration Biden. L’actuel ambassadeur Ron Dermer entretient des liens très étroits avec le Parti républicain et l’administration Trump, mais les responsables du Likud doutent qu’il puisse être remplacé par l’actuel envoyé d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, un ancien ministre du gouvernement de Netanyahu qui devrait prendre la relève de Dermer lorsque la nouvelle administration sera investie.

Les responsables du Likud craignent également qu’une administration Biden n’abandonne le plan de paix Trump, qui s’écarte considérablement de la solution traditionnelle à deux États qui prévoit un retrait israélien de la Cisjordanie à ses lignes de 1967. Trump a proposé à la place qu’Israël exerce sa souveraineté sur ses implantations en Cisjordanie et sur des zones stratégiques clés, tandis que les Palestiniens obtiendraient finalement un État sur le territoire restant. Bien qu’adopté par le gouvernement Netanyahu, le plan a été catégoriquement rejeté par les Palestiniens.

Dimanche, Netanyahu a fait l’éloge de la politique de Trump au Moyen-Orient, même s’il a évité de prendre ouvertement parti à la veille de l’élection présidentielle américaine.

Le Premier ministre a déclaré aux journalistes que le soutien bipartite des États-Unis a été « l’un des fondements de l’alliance américano-israélienne ». Il a poursuivi en disant que « cette alliance n’a jamais été aussi forte » et a fait l’éloge d’une série de mesures prises par Trump en faveur d’Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) rencontre le vice-président des États-Unis Joe Biden à Jérusalem, 2010. (Avi Ohayun/GPO)

Malgré son engagement déclaré en faveur de liens bipartites avec les États-Unis, l’allié le plus proche et le plus important d’Israël, Netanyahu a souvent été considéré comme se rangeant du côté des Républicains.

M. Netanyahu a entretenu une relation tendue avec le président Barack Obama, a semblé favoriser le challenger républicain Mitt Romney en 2012, puis a prononcé un important discours au Congrès américain en 2015 pour s’opposer à l’accord nucléaire émergent d’Obama avec l’Iran.

Après son entrée en fonction, Trump, en 2018, a unilatéralement retiré les États-Unis de l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales, ce qui lui a valu les louanges de Netanyahu.

Puis, en août 2019, Israël a interdit aux députées démocrates nouvellement élues Rashida Tlaib du Michigan et Ilhan Omar du Minnesota de se rendre en Cisjordanie. En annonçant cette décision, Netanyahu a cité une loi de 2017 refusant l’entrée aux partisans du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Bien que Netanyahu ait souligné que l’interdiction n’était pas liée à l’affiliation au parti des femmes du Congrès mais qu’elle était plutôt une question de principe, cette mesure a été largement condamnée par les groupes juifs des États-Unis et les députés démocrates.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...