Rechercher

L’inflation en Israël atteint 5,3 % en novembre – le plus élevé depuis 2008

L'inflation annuelle pousse la Banque centrale à augmenter encore ses taux d'intérêt

Des travaux de construction pour de nouveaux logements à Modiin Illit, en Cisjordanie, le 11 janvier 2021. (Crédit : Flash90)
Des travaux de construction pour de nouveaux logements à Modiin Illit, en Cisjordanie, le 11 janvier 2021. (Crédit : Flash90)

L’inflation israélienne s’est accélérée et a atteint 5,3 % en novembre par rapport aux 12 mois précédents, atteignant un nouveau record depuis 2008 et mettant davantage de pression sur la Banque centrale d’Israël pour qu’elle augmente à nouveau les taux d’intérêt le mois prochain.

L’indice des prix à la consommation (IPC), une mesure de l’inflation qui suit le coût moyen des biens ménagers, a augmenté de 0,1 % en novembre, conformément aux attentes des analystes, portant l’inflation des 12 derniers mois à 5,3 %, contre 5,1 % en octobre. L’IPC annuel est le plus élevé depuis que l’inflation a atteint 5,5 % en octobre 2008 ; il avait auparavant atteint un sommet (depuis 14 ans) de 5,2 % en juillet.

Les augmentations rapides ont été observées dans le coût du logement, qui a augmenté de 0,6 % ; les prix des loyers, en hausse de 8,1 % ; l’entretien des logements, en hausse de 0,3 % ; et l’alimentation, en hausse de 0,2 %, qui ont été compensés par des baisses des prix des fruits et légumes frais, en baisse de 4,3 %, et des chaussures, en baisse de 1,5 %, selon le Bureau central des statistiques (CBS). Depuis le début de l’année, l’IPC a augmenté de 5 %, a indiqué le CBS.

Cela étant, l’inflation en Israël reste nettement inférieure à celle de la plupart des pays de l’OCDE. Aux États-Unis, les prix à la consommation ont augmenté de 7,1 % en novembre par rapport à l’année précédente, selon les chiffres du gouvernement publiés mardi, en baisse par rapport aux 7,7 % d’octobre et au pic de 9,1 % du mois de juin. L’inflation annuelle dans les 19 pays qui utilisent la monnaie européenne s’est établie à 10 % en novembre, contre 10,6 % en octobre, soit la première baisse depuis juin 2021.

Dans une autre tentative de maîtriser la hausse de l’inflation et de ramener le taux dans la fourchette cible annuelle de 1 % à 3 % du gouvernement, la Banque d’Israël a augmenté le mois dernier le taux d’intérêt de référence, passant de 2,75 % à 3,25 %. Cette hausse a marqué le sixième resserrement monétaire de la banque centrale depuis avril, lorsque les décideurs ont commencé à relever le taux à partir d’un plancher historique de 0,1 %, où il était resté pendant plus d’un an et tout au long de la pandémie de COVID-19.

La commission de politique monétaire de la Banque d’Israël annoncera sa prochaine décision sur les taux d’intérêt le 2 janvier et présentera des prévisions macroéconomiques. En octobre, les chercheurs de la Banque d’Israël ont prévu une croissance économique de 6 % pour 2022 et de 3 % pour 2023, ainsi qu’une baisse du taux d’inflation annuel à 4,6 % cette année et à 2,5 % l’année prochaine.

Selon les estimations de la Banque d’Israël et les analystes du marché des capitaux, l’inflation devrait commencer à baisser à la fin du premier trimestre de 2023, puis revenir au milieu de la fourchette cible en été.

Avant la publication des chiffres du CBS, l’économiste en chef de la Banque Hapoalim, Modi Shafrir, prévoyait que l’IPC de novembre resterait inchangé, tandis que la moyenne des analystes prévoyait une augmentation de 0,1 %. Pour l’avenir, la Banque Hapoalim s’attend à ce que l’inflation de décembre augmente de 0,25 % avant de commencer à diminuer progressivement l’année prochaine. Shafrir voit les prix à la consommation se modérer à 2,7 % au cours des 12 prochains mois, ce qui correspond au taux d’inflation de 2,7 % prévu par le ministère des Finances pour la fin de 2023.

« L’augmentation de l’inflation en glissement annuel à son plus haut niveau depuis 2008, et la poursuite d’une forte tendance à la hausse des prix des appartements (augmentation de 1,2 % supplémentaire le mois dernier), augmentent la probabilité que la Banque d’Israël augmente le taux d’intérêt lors de la prochaine réunion de 50 points de base (au-dessus des attentes du marché avant la publication de l’indice) », a écrit Shafrir dans une note suite aux données de l’IPC.

« Nous pensons qu’il y a une probabilité de 50 % d’une hausse des taux d’intérêt de 50 points de base ou de 25 points de base lors de la prochaine réunion de la commission monétaire, et que les coûts d’emprunt atteindront un pic au taux de 3,75 % à 4 % », a-t-il noté.

En début de semaine, le ministère des Finances a réduit ses prévisions de croissance pour l’économie israélienne en 2023 à 3 %, contre 3,5 % précédemment, invoquant une contraction des dépenses de consommation et un ralentissement de l’économie mondiale. Cette année, l’économie devrait avoir progressé à un taux de 6,3 %, selon les estimations du ministère, après une expansion encore plus rapide de 8,1 % en 2021, année de reprise après la pandémie de COVID-19.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.