Rechercher

L’Iran ordonne une enquête après une vidéo choquante de brutalités policières

Une douzaine de policiers ont été filmés dans une ruelle frappant un homme à coups de matraque, sous le regard d'autres agents à motos, avant de lui titrer dessus

Illustration : Une Iranienne manifestant contre la mort d’une femme de 22 ans, Mahsa Amini, suite à sa détention par la police des moeurs, à Téhéran, le 1er octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Images du Moyen Orient)
Illustration : Une Iranienne manifestant contre la mort d’une femme de 22 ans, Mahsa Amini, suite à sa détention par la police des moeurs, à Téhéran, le 1er octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Images du Moyen Orient)

Les autorités iraniennes ont ordonné mercredi l’ouverture d’une enquête sur une vidéo montrant des policiers en train de frapper sauvagement un manifestant. Selon les groupes de défense des droits de l’homme, cette vidéo met en évidence la grande brutalité de la répression policière contre les manifestations déclenchées par le décès de Mahsa Amini.

L’Iran a été secoué par plus de six semaines de manifestations à la suite de la mort de Mahsa Amini, qui avait été arrêtée par la police des mœurs à Téhéran, pour avoir porté son hijab de manière « inappropriée ». Le mouvement est désormais considéré comme le plus grand défi lancé au pouvoir de la République islamique depuis la révolution de 1979.

Selon les militants, des dizaines de personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont été arrêtées dans le cadre de la répression menée par les forces de l’ordre, accusées d’avoir tiré à bout portant sur des manifestants, d’en avoir matraqués et d’avoir commis d’autres abus.

Une vidéo publiée mardi sur les réseaux sociaux, filmée de nuit avec un téléphone portable, apparemment dans un quartier de Téhéran, montre une douzaine de policiers dans une ruelle en train de frapper un homme à coups de matraque, sous le regard d’autres agents à motos, avant de lui tirer dessus.

L’homme a d’abord tenté de se protéger la tête avec ses mains, avant que le bruit d’un coup de feu ne se fasse entendre et qu’un policier à moto ne lui roule dessus. Son corps immobile a ensuite été abandonné.

La police iranienne a annoncé dans un communiqué, publié par l’agence de presse étatique IRNA, qu’un ordre a été donné pour « enquêter sur les circonstances et le lieu exacts de l’incident et identifier les responsables ».

« La police n’approuve absolument pas les comportements violents et non-conventionnels et traitera les contrevenants conformément aux règles », lit-on dans le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...