Rechercher

L’Israélien StoreDot charge une batterie pour véhicule électrique en 10 minutes

Le fabricant de batteries à charge extrêmement rapide présente ses produits à la conférence annuelle EcoMotion à Tel Aviv

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Les nouvelles batteries cylindriques 4680 de StoreDot permettent une recharge des véhicules électriques en dix minutes seulement. (Crédit :  StoreDot)
Les nouvelles batteries cylindriques 4680 de StoreDot permettent une recharge des véhicules électriques en dix minutes seulement. (Crédit : StoreDot)

StoreDot, développeur israélien de batteries à charge ultra rapide (XFC) pour les véhicules électriques, a organisé mercredi une démonstration publique en direct de la charge d’une batterie de véhicule électrique en 10 minutes.

StoreDot a pour objectif de fournir, d’ici 2024, une technologie capable de recharger les véhicules électriques pour 160 km en cinq minutes, trois minutes d’ici 2028 et à deux minutes d’ici 2032.

La démonstration s’est faite avec une batterie de poche de 300 × 100 mm produite par le partenaire chinois de StoreDot, EVE Energy, chargée en 10 minutes, dépassant l’objectif de capacité de 0 % à 80 % fixé pour la démonstration, a déclaré la société. La batterie a maintenu un taux de charge susceptible d’ajouter 160 km d’autonomie toutes les 5 minutes de charge, a-t-il ajouté.

StoreDot, fondée en 2012, travaille avec des partenaires et investisseurs majeurs tels que Volvo, BP Ventures – la branche de capital-risque de la multinationale pétrolière et gazière britannique BP plc -, Daimler AG – fabricant des voitures Mercedes Benz – et Samsung Ventures en Corée du Sud. Ces partenariats ont vocation à trouver le moyen de généraliser l’adoption des véhicules électriques, en apportant une réponse aux préoccupations principales des conducteurs réticents, à savoir l’inquiétude liée à l’autonomie et le temps de charge.

Selon la base de données de Start-Up Nation Central, la société aurait levé quelque 190 millions de dollars.

Depuis une décennie, StoreDot développe des batteries au lithium-ion, utilisant des nanomatériaux et des composés organiques et inorganiques, permettant une charge ultra-rapide idéale pour les marchés mobiles et industriels.

La société affirme que sa technologie révolutionne la chimie des batteries lithium-ion conventionnelles, en réduisant le temps de charge des véhicules électriques de quelques heures à quelques minutes. Ces excellentes performances sont principalement obtenues en remplaçant le graphite dans l’anode de la cellule par des nanoparticules métalloïdes, telles que le silicium, pour régler les problèmes de sécurité, durée de vie du cycle et gonflement des cellules pendant le processus de charge.

La technologie, en développement depuis trois ans, est couverte par 12 brevets relatifs à la conception des cellules, au logiciel et au système d’auto-réparation permettant aux batteries de se régénérer pendant leur utilisation.

Le PDG de StoreDot, Doron Myersdorf. (Crédit : StoreDot)

En 2019, StoreDot utilisait sa technologie XFC pour démontrer la charge complète, en cinq minutes, d’un véhicule électrique à deux roues. Un an plus tard, il faisait la démonstration de la charge en cinq minutes d’un drone commercial. La société a également fait la démonstration de temps de charge ultra-rapides pour les téléphones et les scooters.

Myersdorf a déclaré dans un communiqué mercredi que « faire la démonstration, en direct et en public, de la charge extrêmement rapide StoreDot prouve la confiance totale que nous avons dans notre produit, vecteur d’un changement radical dans le monde de la mobilité électrique ».

Notre technologie, a-t-il ajouté, « est également en test auprès des principaux constructeurs automobiles, dans des conditions extrêmes, afin de garantir l’excellence à nos clients et reléguer les doutes envers les véhicules électriques dans les oubliettes de l’histoire ».

Mobilité intelligente à Tel Aviv

La démonstration de StoreDot a eu lieu mercredi lors de la conférence EcoMotion de Tel Aviv, sommet annuel qui rassemble entrepreneurs, investisseurs, startups, entreprises, sociétés et agences gouvernementales d’Israël et du monde entier, autour de la mobilité intelligente et des technologies automobiles et de transport.

Selon les organisateurs, l’événement a attiré quelque 3 000 participants originaires de 40 pays et présenté les technologies d’une centaine de startups et entreprises israéliennes du milieu automobile, parmi lesquels REE, développeur d’un châssis plat et modulaire pour véhicules électriques, Innoviz Technologies, fabricant de capteurs pour voitures autonomes et Upstream Security, qui offre une cybersécurité basée sur le cloud et des analyses de données pour les véhicules connectés et autonomes.

La ministre des Transports, Merav Michaeli, s’exprime à la conférence EcoMotion Mobilité Intelligente à Tel Aviv, le 11 mai 2022. (Crédit : Eviatar Nissan)

Parmi les conférenciers invités figuraient la ministre des Transports Merav Michaeli et la ministre de l’Économie et de l’Industrie Orna Barbivai, ainsi que des dirigeants de grands constructeurs automobiles tels que Ford, Hyundai et Renault Group.

Israël n’a pas d’industrie automobile à proprement parler – à la seule exception, fugace, des modèles Sussita dans les années 1960 – mais une forte présence dans la technologie automobile, dans des sous-secteurs tels que la cybersécurité, les systèmes de conduite autonome, les logiciels de service, services de mobilité, l’électrification et l’énergie.

Parmi les autres intervenants à l’événement EcoMotion figurait Trevor Pawl, directeur de la mobilité de l’État du Michigan, qui a récemment signé un accord avec la société israélienne Electreon pour tester la technologie de « route intelligente » sans fil permettant la charge des voitures électriques pendant leur déplacement.

ElectReon s’apprête à construire un système routier électrique (ERS) sur une route publique à Detroit, capitale automobile du pays, pour faire une démonstration de sa technologie.

Conférence sur la mobilité EcoMotion à Tel Aviv, le 11 mai 2022. (Crédit : Tomer Foltyn)

La plus connue, actuellement, des entreprises israéliennes de technologie automobile est sans doute Mobileye, filiale de conduite autonome d’Intel basée à Jérusalem que le géant des puces électroniques a achetée en 2017 pour plus de 15 milliards de dollars.

Un taxi autonome conduit par la technologie Mobileye couplée à l’application de covoiturage de Moovit, le long de la côte, à Tel Aviv-Jaffa, en septembre 2021. (Crédit : Mobileye/Intel)

Mobileye s’apprête à lancer des services de robotaxi en Israël et en Allemagne cette année, et a déployé des pilotes de conduite autonome à Munich, Detroit, New York, Tokyo et plus récemment Paris. La société a misé sur des services robotaxi commerciaux, ainsi que sur des navettes autonomes pour les transports publics à travers l’Europe et des véhicules de livraison aux États-Unis, en guise de toute première introduction de voitures autonomes sur les routes.

Mobileye, Electreon et d’autres sociétés font partie des 600 startups et entreprises à l’œuvre dans la communauté de la mobilité mise en place par EcoMotion, co-entreprise de l’Institut israélien de l’innovation, de l’Administration des carburants alternatifs et des transports intelligents du cabinet du Premier ministre et du ministère de l’Économie.

Les centres d’innovation et laboratoires gérés par des constructeurs automobiles mondiaux comme Renault-Nissan-Mitsubishi et Ford font également partie de l’écosystème. Et des entreprises comme Honda, GM, BMW et Volkswagen recherchent et investissent régulièrement dans la technologie israélienne dans ce secteur.

Le directeur exécutif d’EcoMotion, Eviatar Tron, a déclaré qu’il y a une dizaine d’années, les autorités de l’innovation « avaient identifié [une] opportunité pour Israël » car si « le pays ne possède pas d’avantage dans la production traditionnelle de véhicules ou de produits de transport », son « capital humain a le potentiel de faire d’Israël un leader mondial de l’industrie ».

« Dix ans plus tard, la communauté est riche de plus de 650 startups, des dizaines de sociétés mondiales ont des bureaux en Israël à l’écoute de nos innovations et les principaux investisseurs et accélérateurs se spécialisent dans la mobilité », a conclu Tron.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...