Rechercher

Au son des sirènes, les survivants de la Shoah restent fermes

Avec des abris souvent inaccessibles, beaucoup des habitants âgés du sud sous les tirs ont peur de rester, mais plus encore de partir.

Lorsque les sirènes résonnent sans fin dans la petit ville du sud de Mavkiim, Magda Feldmar n’essaie pas de se rendre à l’abri, parce que cette survivante de l’Holocauste d’origine hongroise n’a nulle part où aller.

Pour lire l’article, vous pouvez cliquer ici.

C’est vous qui le dites...