Le chef de campagne du Likud attribue les résultats à son application Elector
Rechercher

Le chef de campagne du Likud attribue les résultats à son application Elector

Mardi, le directeur de campagne du Likud a attribué les scores en hausse du parti lors du dernier tour des élections israéliennes à une application utilisée pour permettre d’identifier les électeurs potentiels et les amener aux urnes.

« L’augmentation du nombre de sièges entre cette fois-ci à la dernière, 4-5 sièges, est due à l’application Elector », a ainsi déclaré le maire de Lod, Yair Revivo, dans une interview avec la Douzième chaîne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait l’éloge de ce dernier en tant qu' »électeur » du Likud dans un discours post-électoral, car les sondages à la sortie des urnes indiquaient que le parti obtiendrait 36-37 sièges, bien devant son rival centriste Kakhol lavan.

« Le Likud n’avait pas cette base de données [nationale], donc c’était tout nouveau [cette fois-ci] », a commenté M. Revivo, qui a utilisé l’application lors de ses campagnes électorales réussies en 2013 et 2018.

Dans une interview, il a expliqué en détail comment l’application fonctionne. Une liste des quelque 6,5 millions d’électeurs israéliens est téléchargée sur l’application, et les partisans du Likud sont identifiés.

« Vous savez où il vit, quelle ville, et vous l’appelez. S’il vous soutient, vous le marquez. S’il a assisté à un événement [du parti], vous indiquez qu’il a assisté à un événement du Likud et qu’il est un partisan du Likud », a-t-il indiqué.

L’application est téléchargée par les militants du parti qui entrent des informations sur leurs connaissances, selon Yair Revivo, créant ainsi une pyramide de sympathisants du Likud.

Le maire du Lod a fait savoir que 20 000 militants du Likud à travers Israël ont utilisé l’application pendant les élections de lundi, ce qui leur a donné le sentiment que leur participation était significative.

« C’est ce qui a permis aux gens de se rendre dans les bureaux de vote », a-t-il estimé.

Yair Revivo, le maire de Lod, vote dans sa ville mixte judéo-arabe pendant les élections municipales de 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
C’est vous qui le dites...