Gantz : Nous ferons tout ce que la loi permet pour chasser Netanyahu du pouvoir
Rechercher

Gantz : Nous ferons tout ce que la loi permet pour chasser Netanyahu du pouvoir

Un changement de 59 à 58 sièges a été noté - avant de revenir à 59 pour la droite ; Le Likud conserve une mince avance mais demeure incapable de former une coalition

  • Photo montage, de gauche à droite : le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, le chef du parti Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, et le Premier ministre et chef du Likud, Benjamin Netanyahu. (Crédit : Yonatan Sindel, Noam Revkin Fenton/Flash90)
    Photo montage, de gauche à droite : le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, le chef du parti Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, et le Premier ministre et chef du Likud, Benjamin Netanyahu. (Crédit : Yonatan Sindel, Noam Revkin Fenton/Flash90)
  • La répartition des blocs après dépouillement de 90 % des bulletins de vote.
    La répartition des blocs après dépouillement de 90 % des bulletins de vote.
  • La répartition du nombres de sièges par parti, après dépouillement de 90 % des bulletins de vote.
    La répartition du nombres de sièges par parti, après dépouillement de 90 % des bulletins de vote.
  • Ayman Odeh, au centre, leader du parti Hadash qui fait partie de la Liste arabe unie, lors d'un discours avec les autres dirigeants de l'alliance au siège électoral de l'union à Shefa-Amr, le 2 mars 2020 (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
    Ayman Odeh, au centre, leader du parti Hadash qui fait partie de la Liste arabe unie, lors d'un discours avec les autres dirigeants de l'alliance au siège électoral de l'union à Shefa-Amr, le 2 mars 2020 (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
  • Le chef de Yamina Naftali Bennett fait le discours de la victoire devant ses partisans à Kfar Maccabiah après la diffusion des sondages de sortie des urnes, le 2 mars 2020 (Crédit :  Flash90)
    Le chef de Yamina Naftali Bennett fait le discours de la victoire devant ses partisans à Kfar Maccabiah après la diffusion des sondages de sortie des urnes, le 2 mars 2020 (Crédit : Flash90)
  • Les députés de Yamina saluent leurs partisans à Kfar Maccabiah après la diffusion des sondages de sortie des urnes, le 2 mars 2020 (Crédit : Flash90)
    Les députés de Yamina saluent leurs partisans à Kfar Maccabiah après la diffusion des sondages de sortie des urnes, le 2 mars 2020 (Crédit : Flash90)
  • Le dirigeant du parti Yisrael Beytenu Avidgor Liberman s'exprime au siège de son parti à Modiin, le soir des élections, le 2 mars 2020. (Crédit : Sraya Diamant/ Flash90)
    Le dirigeant du parti Yisrael Beytenu Avidgor Liberman s'exprime au siège de son parti à Modiin, le soir des élections, le 2 mars 2020. (Crédit : Sraya Diamant/ Flash90)
  • Le leader du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, s'exprime après la révélation des résultats des sondages de sortie des urnes au siège de son parti, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit :  AP/Sebastian Scheiner)
    Le leader du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, s'exprime après la révélation des résultats des sondages de sortie des urnes au siège de son parti, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : AP/Sebastian Scheiner)
  • Des partisans du Likud au siège électoral du parti à Tel-Aviv, le 2 mars 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des partisans du Likud au siège électoral du parti à Tel-Aviv, le 2 mars 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les Israéliens ont voté lundi pour mettre fin à la plus importante crise politique de l’histoire de l’Etat hébreu, après les scrutins d’avril et de septembre 2019 qui n’ont pas réussi à départager le Likud de Netanyahu, 70 ans, et Kakhol lavan de Gantz, 60 ans. Le Times of Israël en français suit pour vous les développements de cette journée, au fur et à mesure que les résultats se précisent.

Requête à la Haute cour pour interdire à Netanyahu de former une coalition

Le groupe Mouvement pour un Gouvernement de Qualité a déposé une requête auprès de la Haute-cour, dans laquelle il est stipulé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’est pas autorisé par la loi à former le prochain gouvernement, en raison des multiples mises en examens dont il fait l’objet.

« Le gouvernement ne peut pas être formé par un individu accusé de délits criminels », a déclaré le groupe dans un communiqué.

« Il est inconcevable qu’un Premier ministre puisse s’asseoir, le matin, sur le banc des accusés, et présider, en soirée, une réunion du cabinet de sécurité. La Cour suprême doit intervenir et déterminer des normes adéquates. »

En janvier, la Haute-cour a rejeté une pétition requérant de l’instance judiciaire qu’elle annonce que Netanyahu n’est pas autorisé à former un gouvernement à l’issue des élections du 1 mars, en raison de ses déboires judiciaires. A ce moment, la cour avait déclaré que toute décision serait « prématurée ».

Le panel de juges dirigé par la présidente de la Cour suprême Esther Haut avait statué qu’il était trop tôt pour se positionner, et avait déclaré que la requête serait plus pertinente si Netanyahu venait à être chargé de former un gouvernement à l’issue du scrutin.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, assiste à une réunion du comité à la Knesset, le 14 novembre 2017. (Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure (Likud) Gilad Erdan a réagi en qualifiant cette nouvelle requête de « honteuse ».

« C’est une requête honteuse contre la décision claire du peuple », a tweeté le ministre en charge de la police.

« Je suis sûr qu’il y aura plus que 60 membres de la Knesset pour former un gouvernement sous l’égide de Netanyahu et pour faire adopter une loi, s’il le faut, établissant clairement que de la même manière qu’un individu mis en examen peut exercer en tant que Premier ministre, il peut tout aussi bien former un gouvernement. »

Tibi : les résultats montrent plus l’échec de Gantz que la victoire de Netanyahu

Ahmad Tibi, le numéro 3 de la Liste arabe unie, a déclaré que les résultats provisoires témoignaient davantage des ratés du parti Kakhol lavan de Benny Gantz que de la victoire du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Plus que la victoire du Likud et de Netanyahu, c’est l’échec de Gantz et de Kakhol lavan », a déclaré Tibi au micro de Kan. « Le public de droite l’a préféré – Netanyahu est un meilleur incitateur contre le public arabe. »

Les sondages à la sortie des urnes prédisent que la formation politique majoritaire arabe renforcera sa présence à la Knesset à l’issue du vote du 2 mars.

Cependant, les chefs du parti se sont dits inquiets de la façon dont Netanyahu va rassembler un gouvernement de droite une fois les résultats définitifs publiés.

Le député Ahmad Tibi de la Liste arabe unie, lors d’une audience à la Cour suprême de Jérusalem sur les requêtes visant à disqualifier son parti pour les élections de septembre 2019, le 22 août 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Miki Zohar : les électeurs opposés aux poursuites judiciaires contre Netanyahu

Le député du Likud Miki Zohar a déclaré que son parti formera une coalition à l’issue du vote de lundi, même s’il doit s’agir d’un gouvernement minoritaire. Il a ajouté que les électeurs ont prouvé qu’ils étaient opposés à la poursuite des affaires juridiques contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Le public a déclaré que ce que le système juridique a infligé à Netanyahu était une grave erreur, emboîtant le pas à la gauche et aux médias en s’en prenant au Premier ministre », a-t-il déclaré à la radio de l’armée.

« Nous établirons un gouvernement même si nous avons 59 [sièges]. »

Miki Zohar, député du Likud, pendant le vote du budget de l’Etat en commission des Finances de la Knesset, le 19 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Zohar a mené une campagne visant à accorder l’immunité parlementaire à Netanyahu face aux mises en examen pour corruption au cours de l’année écoulée, alors que Netanyahu affirmait publiquement qu’il ne chercherait pas à obtenir l’immunité.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Liberman : nous ferons tout pour empêcher un quatrième scrutin

Avigdor Liberman a déclaré que son parti Yisrael Beytenu fera tout son possible pour empêcher que les Israéliens aient à se rendre, une quatrième fois, aux urnes.

« Nous ferons tout pour empêcher un quatrième scrutin. Nous déciderons d’aller ici ou là. »

En mai dernier, Liberman avait refusé de rejoindre un gouvernement Netanyahu en raison de divergences sur la loi portant sur le service militaire des ultras-orthodoxes.

Après le vote de septembre, il a déclaré qu’il ne rejoindra qu’un gouvernement d’unité réunissant le Likud et Kakhol lavan, mais les deux partis ne sont pas parvenus à conclure un accord.

Vendredi, Liberman a déclaré qu’il ne soutiendra probablement aucun Premier ministre, à moins qu’ils ne répondent à ses exigences pour un gouvernement sioniste libéral.

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, s’exprime au siège du parti à Modi’in, le soir des élections, le 2 mars 2020. (Crédit ; Sraya Diamant/ Flash90)

90 % des bulletins dépouillés, l’écart entre Likud et Kakhol lavan se resserre

Après près de 90 % des bulletins de vote dépouillés, l’écart entre Likud et Kakhol lavan semble se resserrer.

Le Likud a rassemblé 29,3 % des suffrages, contre 26,3 % pour Kakhol lavan, soit un écart de 100 000 voix.

Ces partis sont suivis par la Liste arabe unie, qui engrange 12,9 % des suffrages.

Le parti ultra-orthodoxe Shas totalise 7,8 % des voix, et Yahadout HaTorah 6,2 %.

Yisrael Beytenu a obtenu 5,9 % des votes et l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz 5,7 %. L’alliance de droite Yamina vient juste après, avec 5 % des voix.

Ces nouveaux résultats donnent au bloc de droite 59 sièges et 54 au bloc de centre-gauche. Le reste des 120 sièges est détenu par Yisrael Beytenu.

Cependant, ces résultats sont encore susceptibles d’évoluer dans les heures à venir, et n’incluent pas le votes des soldats et des diplomates en poste à l’étranger.

La Liste arabe unie ne veut « plus rien avoir à faire avec Kakhol lavan »

Le chef de la Liste arabe unie Ayman Odeh a remercié, dans un communiqué, les sympathisants du parti, après que les résultats initiaux montrent une hausse significative du nombre de sièges remportés par la faction majoritairement arabe.

« Je félicite le public arabe et le public juif qui ont soutenu la Liste arabe unie. Entre avril et aujourd’hui, nous sommes passés de 10 à 15 sièges, c’est une réussite folle », a clamé Odeh.

Il dit ne pas avoir été en contact avec Benny Gantz, mais que le chef de Kakhol lavan peut l’appeler.

« La dernière fois, nous avons recommandé Gantz, pas par amour pour Mordekhai, mais par haine de Haman », a déclaré Odeh, faisant une analogie avec les personnages principaux de l’histoire de Pourim. Nous ne voulons plus rien avoir à faire avec Kakhol lavan, au vu de leur campagne raciste. »

La plupart des membres de la Liste arabe unie, mais pas tous, ont recommandé Gantz comme Premier ministre après les élections de septembre, qui se sont soldées par une impasse.

Des membres de la Liste arabe unie Ayman Odeh, à gauche, et Ahmad Bibi discutent avec le président Reuven Rivlin pour savoir qui devrait former le prochain gouvernement, à la Résidence du président à Jérusalem, le 22 septembre 2019. (Menahem Kahana/Pool via AP)

Les votes des Israéliens en quarantaine vont être dépouillés

Selon le site d’information Ynet, les hauts responsables électoraux compteront les 4 076 bulletins de vote déposés par des Israéliens potentiellement porteurs du coronavirus.

La directrice de la commission centrale électorale, Orly Adas, fera partie de ceux qui dépouilleront les votes potentiellement contaminés.

Les urnes des 16 bureaux de vote spéciaux où les citoyens mis en quarantaine ont été autorisés à voter n’auraient pas été touchées, même si les responsables des élections ont continué à compter tous les autres votes.

Ynet a rapporté que les fonctionnaires porteront des masques et des gants dans une tente spéciale lors du décompte des bulletins de vote des personnes mises en quarantaine.

Des personnes arrivent pour voter dans un bureau de vote spécial pour les électeurs mis en quarantaine en raison d’une possible exposition au nouveau coronavirus à Jérusalem, le 2 mars 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le Likud bâtira bientôt une coalition avec des transfuges – porte-parole

Jonathan Urich, le porte-parole du Likud, a déclaré qu’il faudra « quelques jours » pour former une coalition, avec une majorité parlementaire qui sera renforcée par quelques transfuges venus de l’extérieur du bloc de droite.

Le Likud a déjà parlé à « six à huit » recrues potentielles, a déclaré Urich à la Treizième chaîne.

Il a déclaré au préalable à la radio militaire que « prochainement, nous remplirons les sièges manquants avec l’autre bloc ».

« Les gens de l’autre côté comprennent que c’est la bonne chose à faire », a assuré Urich.

Avec 90 % des votes dépouillés, le Likud et le bloc de droite totalisent 59 sièges. Il leur en manque deux pour obtenir la majorité.

L’ancien secrétaire de cabinet Zvi Hauser. (Yanai Yechiel)

Les députés Kakhol lavan Yoaz Hendel, ancien assistant de Netanyahu, et Zvi Hauser, ancien secrétaire du cabinet sous l’égide du Likud, se situent sur l’aile droite du parti de Gantz, et sont souvent évoqués comme potentiels transfuges. Ils auraient été accusés par le chef de Kakhol lavan Benny Gantz, l’an dernier, d’avoir contrecarré une tentative de formation de gouvernement minoritaire avec le soutien externe de la Liste arabe unie.

Zvi Hauser, ancien secrétaire du cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui figure désormais sur la liste rivale, a déclaré cette nuit au Times of Israel que les articles qui affirment que lui et son collègue Yoaz Hendel envisageaient de quitter le navire pour soutenir un gouvernement dirigé par Netanyahu sont des « détritus complets ».

« Il n’y a absolument aucune vérité », dit-il. « Nous sommes une alliance de trois partis qui se sont présentés comme une unité pour présenter une alternative [au Likud]. Nous continuerons de le faire. »

Commentant les résultats des élections, Hauser déclare : « Ce ne sont ni les meilleurs ni les pires. Ce qui est clair, c’est qu’il n’y a pas de décision décisive. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il préférerait un quatrième scrutin à l’adhésion à un gouvernement d’unité avec le Likud, il a répondu : « Nous ne voulons pas d’une quatrième élection, mais un pays qui fonctionne correctement ne peut pas être dirigé par quelqu’un qui est au tribunal le lundi et au cabinet de sécurité le mardi », une référence au prochain procès de Netanyahu prévu le 17 mars.

Yoaz Hendel (Autorisation de l’Institut pour les stratégies sionistes)

Gantz: nous respectons la décision des électeurs ; le Likud n’a pas la majorité

Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz s’est exprimé pour la première fois depuis l’annonce des résultats provisoires qui attribuent à son parti la deuxième place, après le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Les résultats des élections s’éclaircissent doucement – Netanyahu n’a pas la majorité. Attendons les résultats finaux. Nous étudierons notre trajectoire et respecterons la décision exprimée par les électeurs », a-t-il dit aux journalistes devant son domicile, à Rosh HaAyin

Avec près de 90 % des bulletins de vote dépouillés, le Likud a rassemblé 29,3 % des suffrages, soit 36 sièges (l’équivalent de 100 000 voix), ce qui pourrait être le meilleur résultat enregistré par le parti.

Le parti Kakhol lavan totalise 26,34 % des voix, soit 32 sièges, le pire résultat enregistré par le parti en trois scrutins.

Des députés Kakhol lavan disent ne pas avoir été contactés par le Likud

Le député Kakhol lavan Yoaz Hendel a déclaré que ni lui ni Zvi Hauser n’avaient été sollicités pour changer de bord politique et rejoindre le Likud, afin de permettre à ce dernier de former un gouvernement majoritaire.

« Ils ne nous ont pas contactés. Ils ne nous contacteront pas. Et ils savent pourquoi », a tweeté Hendel.

Hendel est un ancien assistant de Netanyahu et Hauser un ancien secrétaire du cabinet sous l’égide du Likud.

Ces déclarations surviennent après que Jonathan Urich, le porte-parole du Likud, a déclaré qu’il faudra « quelques jours » pour former une coalition, avec une majorité parlementaire qui sera renforcée par quelques transfuges venus de l’extérieur du bloc de droite.

La députée Orly Levy-Abekasis à la Knesset le 15 mars 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La députée Orly Levy-Abekasis, qui dirige le parti Gesher au sein de l’alliance Trarvaillsite-Gesher-Meretz, est pressentie comme potentielle transfuge, qui pourrait changer de bord en échange d’un portefeuille ministériel. Mais sa porte-parole a démenti un changement de cap.

Likud à Yankelevich : rejoins-nous ou nous diffusons un enregistrement gênant

Le parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu menacerait, selon Haaretz, une députée Kakhol lavan, de diffuser des enregistrements compromettants si elle refuse de changer de bord politique.

Selon le quotidien, Omer Yankelevich aurait été informée que si elle ne basculait pas vers le parti du Premier ministre, il y aura davantage de fuites d’un enregistrement dans lequel un haut-conseiller de Kakhol lavan cite des propos tenus par la députée ultra-orthodoxe.

Le quotidien a ajouté que le Likud se sert d’autres enregistrements comme monnaie d’échange et Yankelevich a indirectement dit au parti du Premier ministre qu’elle envisageait de changer de camp.

Dans des enregistrements diffusés la semaine dernière, le haut-conseiller de Gantz Israël Bachar relate des propos tenus par Yankelevich.

La députée Kakhol lavan Omer Yankelevich lors d’une commission à la Knesset, le 5 août 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Elle [Yankelevich] dit que [Gantz] est stupide, qu’il n’est personne et elle dit qu’il « ne peut pas être Premier ministre », affirme Bachar.

Netanyahu aurait personnellement rencontré le rabbin qui aurait enregistré Bachar. L’enregistrement est tombé entre les mains des médias le lendemain de cette rencontre. Gantz a limogé Bachar.

Ces déclarations surviennent après que Jonathan Urich, le porte-parole du Likud, a déclaré qu’il faudra « quelques jours » pour former une coalition, avec une majorité parlementaire qui sera renforcée par quelques transfuges venus de l’extérieur du bloc de droite.

Sans tous les résultats, Kurz salue déjà la « victoire électorale » de Netanyahu

Le jeune chancelier autrichien Sebastian Kurz est le premier dirigeant à avoir félicité le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa « nette victoire électorale », les résultats partiels montrant que le Premier ministre israélien n’est toujours pas en mesure de former une coalition majoritaire.

« Sincères félicitations au Premier ministre Netanyahu pour sa nette victoire électorale ! Je me réjouis de continuer à travailler avec vous afin de renforcer encore davantage nos excellentes relations bilatérales et de lutter contre l’antisémitisme et l’anti-sionisme », a tweeté M. Kurz.

L’année dernière, Netanyahu a accueilli Kurz à Jérusalem en tant que « grand ami de l’État d’Israël, champion de la lutte contre l’antisémitisme, grand leader pour l’Autriche ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le ministre autrichien de l’époque, Sebastian Kurz à Jérusalem, le 16 mai 2016. (Kobi Gideon/GPO)

Netanyahu rencontre Deri ; les partis de droite se réuniront à la Knesset

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le chef du parti Shas, Aryeh Deri, selon le site d’information Ynet.

Selon le reportage, ils ont évoqué la formation du prochain gouvernement et les différents scénarios possibles, au cours d’un entretien de 90 minutes à la résidence du Premier ministre.

Les partis du bloc de droite sont attendus pour une réunion à 15 heures à la Knesset.

La décision concernant le choix du prochain Premier ministre reviendra alors en dernier ressort au président Reuven Rivlin, qui rencontrera les dirigeants de tous les partis ayant franchi le seuil électoral, entendra qui chacun d’entre eux recommande comme Premier ministre et déterminera quel candidat a les meilleures chances de former une coalition d’au moins 61 des 120 membres élus de la Knesset.

Bennett: la composition de la coalition déterminera l’annexion de la Cisjordanie

Lors d’une réunion du parti de droite Yamina, le chef de la faction Naftali Bennett a déclaré que les résultats des élections sont positifs mais que la composition de la future coalition déterminera si Israël établira sa souveraineté sur la Cisjordanie.

« Les résultats des élections sont bons pour le bloc de droite, mais ce n’est pas terminé. Notre mission est de nous assurer que les politiques de la droite soient mises en oeuvre. La composition de la future coalition déterminera si Israël sera souverain [sur la Cisjordanie] », a déclaré Bennett.

« Si des personnes de gauche sont intégrées, il n’y aura pas de souveraineté », a-t-il ajouté.

Ayelet Shaked a déclaré, lors de cet entretien, que le résultats de l’élection de lundi montrent que le public est favorable à une coalition de droite.

« Il est évident, sur la base des résultats, qu’il y aura un gouvernement de droite. C’est un choix très clair », a-t-elle dit.

Ayelet Shaked (à gauche) et Naftali Bennett parlent avec des journalistes dans l’implantation d’Efrat, en Cisjordanie, le 22 juillet 2019. (Gershon Ellison/Flash90)

Netanyahu interdit aux députés du Likud de parler à la presse

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a interdit aux membres de son parti, le Likud, de donner des interviews aux médias.

C’est une pratique courante dans le parti du Premier ministre lors de situations de sécurité sensibles, mais il a également été employé par Netanyahu pour des raisons politiques.

Le Premier ministre semble essayer de garder ses cartes près de lui, alors que les résultats provisoires semblent indiquer que son bloc religieux de droite n’aura pas assez de sièges pour former une coalition majoritaire à lui seul.

Netanyahu a rencontré le bloc de droite, qui n’exclut pas Liberman

Le Premier ministrer Benjamin Netanyahu a conclu sa réunion avec les chefs des partis du bloc religieux de droite à la Knesset.

Les partis ont convenu de rester en contact, et selon Walla, de ne pas exclure l’idée que le part laïc Yisrael Beytenu intègre la coalition.

Cependant, le député Moshe Gafni, de Yahadout HaTorah, a déclaré aux journalistes après la réunion que le président d’Yisrael Beytenu Avigdor Liberman était « irresponsable ». Sur le ton de la moquerie, le député ultra-orthodoxe a déclaré : « qui est Liberman, de toutes façons ? »

Le site nationaliste religieux Srugim a rapporté que les chefs de partis partent du principe qu’ils auront un bloc de 60 sièges – un de plus que ce que prévoit le décompte actuel – et qu’il n’auront besoin de courtiser qu’un député pour avoir la majorité.

Le député Moshe Gafni du parti Yahadout HaTorah préside une réunion de la commission des finances de la Knesset, le 5 mars 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Rivlin commencera les consultations mardi prochain

Une fois qu’il aura reçu les résultats définitifs, le 10 mars, Rivlin entamera les consultations avec tous les partis élus au Parlement pour désigner la personne chargée de former un gouvernement, ont indiqué ses services dans un communiqué.

Sa décision devra être prise « au plus tard le 17 mars ». Ironie du calendrier, c’est ce jour-là que doit s’ouvrir le procès de Benjamin Netanyahu, inculpé pour corruption, abus de confiance et malversation dans plusieurs affaires.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

400 000 bulletins doivent encore être dépouillés

La Douzième chaîne a rapporté que 400 000 votes n’ont pas été dépouillés, ce qui correspond à 8 sièges au Parlement israélien.

Le résultat ne devrait pas radicalement changer des résultats obtenus après dépouillement de 90 % des bulletins.

Cet équivalent de 8 sièges en bulletins vient des urnes dont des irrégularités ont été constatées, et des doubles enveloppes – les votes des prisonniers, des soldats, des patients en quarantaine et des diplomates. Ils ne seront pas dépouillés avant demain.

Un porte-parole de la commission centrale électorale a indiqué que le décompte ne sera pas mis à jour avant mercredi 5 heures du matin.

Deri affirme avoir des « données » indiquant que le bloc de droite à 61 sièges

« Au vu des données que j’ai obtenues, nous sommes proches des 61 sièges », a déclaré le président du parti Shas Aryeh Deri, aux journalistes, à la sortie de la réunion des chefs de partis de la droite.

Avec 6 sièges, Yamina crie « victoire »

La journaliste de la Douzième chaîne Daphna Liel a souligné la réaction du parti Yamina, qui a envoyé ses députés parler à chaque chaîne de télévision pour expliquer comment le scrutin d’hier était synonyme de victoire pour leur parti et le bloc de droite, malgré l’obtention de seulement six sièges, selon les résultats provisoires après dépouillement de 90 % des bulletins de vote.

Liel a également partagé un tweet du député de l’alliance travailliste-Gesher-Meretz Itzik Shmuli qui appelait ses colistiers à « s’auto-évaluer » après que l’alliance de gauche a obtenu sept sièges.

Netanyahu doit sa victoire à la mobilisation des résidents d’implantations

Après dépouillement de 90 % des bulletins de vote, les chiffres indiquent que le Likud a connu un essor considérable par rapport aux élections de septembre dans les implantations.

Par exemple, dans les implantations d’Ariel et de Maale Adumim, on note une amélioration de 9 % et 10 % respectivement. Le Likud a obtenu respectivement 52 % et 59 % suffrages dans ces villes.

Le chef de campagne du Likud attribue les résultats à son application Elector

Mardi, le directeur de campagne du Likud a attribué les scores en hausse du parti lors du dernier tour des élections israéliennes à une application utilisée pour permettre d’identifier les électeurs potentiels et les amener aux urnes.

« L’augmentation du nombre de sièges entre cette fois-ci à la dernière, 4-5 sièges, est due à l’application Elector », a ainsi déclaré le maire de Lod, Yair Revivo, dans une interview avec la Douzième chaîne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait l’éloge de ce dernier en tant qu' »électeur » du Likud dans un discours post-électoral, car les sondages à la sortie des urnes indiquaient que le parti obtiendrait 36-37 sièges, bien devant son rival centriste Kakhol lavan.

« Le Likud n’avait pas cette base de données [nationale], donc c’était tout nouveau [cette fois-ci] », a commenté M. Revivo, qui a utilisé l’application lors de ses campagnes électorales réussies en 2013 et 2018.

Dans une interview, il a expliqué en détail comment l’application fonctionne. Une liste des quelque 6,5 millions d’électeurs israéliens est téléchargée sur l’application, et les partisans du Likud sont identifiés.

« Vous savez où il vit, quelle ville, et vous l’appelez. S’il vous soutient, vous le marquez. S’il a assisté à un événement [du parti], vous indiquez qu’il a assisté à un événement du Likud et qu’il est un partisan du Likud », a-t-il indiqué.

L’application est téléchargée par les militants du parti qui entrent des informations sur leurs connaissances, selon Yair Revivo, créant ainsi une pyramide de sympathisants du Likud.

Le maire du Lod a fait savoir que 20 000 militants du Likud à travers Israël ont utilisé l’application pendant les élections de lundi, ce qui leur a donné le sentiment que leur participation était significative.

« C’est ce qui a permis aux gens de se rendre dans les bureaux de vote », a-t-il estimé.

Yair Revivo, le maire de Lod, vote dans sa ville mixte judéo-arabe pendant les élections municipales de 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Lapid : personne chez nous ne rejoindra un gouvernement dirigé par Netanyahu

Entrant dans une réunion de faction de Kakhol lavan à Kfar Maccabiah, le député Yair Lapid a déclaré aux journalistes : « Je n’entrerai pas dans un gouvernement sous Netanyahu, et personne d’autre sur notre liste n’entrera dans un tel gouvernement. »

Un élu Balad dit que la ligne dure ne recommandera pas Gantz

Le président de la faction Balad, Mtanes Shihadeh, a déclaré au radiodiffuseur public Kan que sa liste ultra-nationaliste ne recommanderait pas au président Reuven Rivlin que le président du parti Kakhol lavan Benny Gantz soit chargé de former une coalition.

Balad n’avait pas non plus recommandé Gantz après les dernières élections, se séparant du reste de la Liste arabe unie.

Cependant, Gantz a également disqualifié la ligne dure de la faction.

« La dernière fois, nous avons recommandé Gantz, pas par amour pour Mordekhai, mais par haine de Haman », a déclaré plus tôt Ayman Odeh, le chef de la Liste arabe unie, faisant une analogie avec les personnages principaux de l’histoire de Pourim. Nous ne voulons plus rien avoir à faire avec Kakhol lavan, au vu de leur campagne raciste. »

Le bloc de droite dispose de 58 sièges après 92 % des votes dépouillés

Le bloc de droite a chuté d’un siège à 58 après avoir dépouillé 2 % supplémentaires des votes.

Avec 92 % des suffrages exprimés, ceux qui restent comprennent les doubles enveloppes, appartenant aux soldats, diplomates, prisonniers et aux patients à l’hôpital.

Le nouveau nombre de sièges est le suivant :

Likud : 35
Kakhol lavan : 32
Liste arabe unie : 16
Yamina : 6
Alliance travailiste-Gesher-Meretz : 7
Yisrael Beytenu : 7
Shas : 10
Yahadout HaTorah : 7

Bloc religieux de droite (Likud, Yamina, Shas, Yahadout HaTorah) : 58
Bloc centre gauche (Kakhol lavan, Alliance travailiste-Gesher-Meretz, Liste arabe unie) : 55
Yisrael Beytenu : 7

Gantz : Nous ferons tout ce que la loi permet pour éloigner Netanyahu

Le président du Parti Kakhol lavan, Benny Gantz, a déclaré aux journalistes qu’il ferait tout ce que les résultats des élections et la loi permettraient pour chasser le Premier ministre Netanyahu du pouvoir.

Il ajoute que son parti attend toujours les résultats définitifs avant de prendre toute décision.

La 12e chaîne met à jour : La droite dispose de 59 sièges

Le bloc de droite a chuté d’un siège à 59 après avoir dépouillé 2 % supplémentaires des votes.

Avec 92 % des suffrages exprimés, ceux qui restent comprennent les doubles enveloppes, appartenant aux soldats, diplomates, prisonniers et aux patients à l’hôpital.

Le nouveau nombre de sièges est le suivant :

Likud : 36
Kakhol lavan : 32
Liste arabe unie : 15
Yamina : 6
Alliance travailiste-Gesher-Meretz : 7
Yisrael Beytenu : 7
Shas : 10
Yahadout HaTorah : 7

Bloc religieux de droite (Likud, Yamina, Shas, Yahadout HaTorah) : 59
Bloc centre gauche (Kakhol lavan, Alliance travailiste-Gesher-Meretz, Liste arabe unie) : 54
Yisrael Beytenu : 7

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...