Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

L’ex-otage Aviva Siegel dénonce la gestion des otages par Netanyahu

L'otage libérée Aviva Siegel s'exprimant lors d'un rassemblement hebdomadaire sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 30 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
L'otage libérée Aviva Siegel s'exprimant lors d'un rassemblement hebdomadaire sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 30 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

L’otage libérée Aviva Siegel demande au Premier ministre Benjamin Netanyahu et aux autres membres du gouvernement de cesser de traiter les négociations sur les otages « comme s’il s’agissait d’un jeu d’enfants », lors du rassemblement organisé cette semaine à Tel Aviv par le Forum des familles des otages et disparus.

« Vous ne pouvez pas ramener la délégation du Qatar sans un accord », a-t-elle déclaré sur scène, faisant référence aux négociations en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Doha.

« Vous m’entendez, Bibi ? Je ne sais pas si mon époux est en vie. Arrêtez de parler de victoire, arrêtez de parler de pression militaire. Rien ne marchera. Rien n’a marché jusqu’à présent. Ils meurent là-bas tous les jours », poursuit-elle.

Son mari, Keith Siegel, est toujours aux mains du Hamas. Il fait partie des 130 otages qui sont retenus dans la bande de Gaza depuis 176 jours.

« Il n’y a pas de sentiment plus difficile que celui de ne pas pouvoir être là pour lui, pour Keith. Au moment où il a le plus besoin de moi, je ne suis pas là et je ne peux rien faire. Je me sens comme quelqu’un qui erre dans le monde, vide à l’intérieur, je suis brisée à l’intérieur. Je vous demande à tous comment je suis censée vivre comme ça », dit-elle à la foule.

Aviva, qui a été libérée dans le cadre d’un accord de trêve avec le Hamas qui a vu la libération de dizaines d’otages israéliens, se souvient de la période éprouvante qu’elle a passée en captivité dans les geôles du groupe terroriste palestinien.

« Lorsque j’étais à Gaza, il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser que j’étais une otage […] Au moment où ils m’ont attrapée par les cheveux et poussée sur le sol, j’ai compris que je n’avais pas le droit de décider quoi que ce soit », raconte-t-elle.

Le rassemblement a lieu quelques heures seulement après qu’un groupe de familles sous la bannière du Forum des familles des otages et disparus s’est adressé à la presse devant les quartiers généraux de l’armée de la Kirya, dénonçant publiquement la conduite de Netanyahu dans les négociations comme étant « criminelle » et demandant son éviction sans délai.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.