L’Union des partis de droite insistera pour la Justice et l’Éducation
Rechercher

L’Union des partis de droite insiste pour la Justice et l’Éducation

Kakhol lavan admet sa défaite ; Résultats définitifs devraient être connus jeudi soir ; Netanyahu arrive ex-aequo avec Gantz, mais peut former une coalition - pas Gantz

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, aux côtés de candidats du Likud et de députés, assiste à un événement alors que les résultats des élections législatives israéliennes sont annoncés au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019. (Crédit : Gili Yaari / FLASH90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, aux côtés de candidats du Likud et de députés, assiste à un événement alors que les résultats des élections législatives israéliennes sont annoncés au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019. (Crédit : Gili Yaari / FLASH90)

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu est donné vainqueur des élections législatives par les projections des médias, qui le montrent clairement mieux placé que son principal concurrent pour former une coalition de droite après comptage de 96 % des votes.

Ces projections en sièges établies à partir du comptage des bulletins montrent le parti de M. Netanyahu au coude à coude avec la liste Kakhol lavan (centre-droit) de Benny Gantz, mais avec une majorité potentielle de 65 ou 67 mandats sur les 120 de la prochaine Knesset.

Netanyahu, mieux placé pour former le gouvernement

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu est donné vainqueur des législatives et sur la voie d’un cinquième mandat après dépouillement de la presque totalité des votes qui le montre nettement le mieux placé pour former le prochain gouvernement selon les médias.

Les projections établies par les médias à partir du comptage de 97% des bulletins créditent le parti de M. Netanyahu d’autant de sièges (35) que la liste Bleu-blanc (centre-droit) de Benny Gantz. Mais elles anticipent autour de M. Netanyahu une majorité potentielle de droite de 65 mandats sur les 120 de la prochaine Knesset.

Dans une telle configuration, il semble hautement improbable que le président Reuven Rivlin confie dans les prochains jours à un autre que M. Netanyahu la tâche de former une coalition de gouvernement.

M. Netanyahu avait déjà proclamé sa victoire quelques heures auparavant.

Au quartier général de Kakhol lavan à Tel-Aviv, M. Gantz également revendiqué la victoire avant lui.

« C’est un jour historique, plus d’un million de personnes ont voté pour nous », a proclamé M. Gantz devant ses supporteurs. « Le président doit nous confier le soin de former le prochain gouvernement car nous sommes le parti le plus important », a-t-il déclaré avant de promettre d’être « le Premier ministre de tous ».

– avec AFP

Il y aurait moins de femmes dans la prochaine Knesset

Il semble que le nombre de femmes parlementaires serait inférieur lors de la prochaine session.

Si les résultats actuels – après 97 % des votes comptés – sont conservés, il y aura 28 femmes parmi les législateurs, contre 33 dans le cadre de la dernière Knesset.

Cela mettrait fin à une tendance à la hausse de la représentation féminine au cours des dernières années.

Un seul parti, Meretz, serait dirigé par une femme.

Comme Bennett, Feiglin attend après le vote des soldats

Moshe Feiglin, du parti Zehut, ne réussira pas à franchir le seuil électoral malgré de grands espoirs dans une publication Facebook, attribuant ses piètres résultats aux autres partis qui se seraient ligués contre lui.

« Quel est le lien entre Koulanou, Shas et YaHadout HaTorah ? Quel est le grief commun qu’ils ont ensemble contre Zehut, un problème bien plus important que les écarts démographiques et idéologiques qui les séparent », a-t-il écrit.

Il espère également que les votes des soldats qui n’ont pas encore été décomptés le propulseront au-dessus du seuil requis de 3,25 %.

Le parti pro-cannabis ne dépassant pas plus de 100 000 voix, cela signifierait qu’il aurait besoin du soutien de quelque 40 000 soldats pour réussir, une perspective extrêmement improbable.

Le député Moshe Feiglin (Likud) devant l’entrée barrée du Mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 30 octobre 2014. (Yonatan Sindel/Flash90)

Peu de gens à Gesher ont voté Gesher

Dans le petit kibboutz de Gesher, au sud de la mer de Galilée, le parti Gesher fait légèrement mieux que la moyenne nationale, obtenant 3,44 %, soit 9 voix. Une grande partie du kibboutz vote pour Kakhol lavan (38,5 %) et travailliste (35,8 %).

À l’échelle nationale, le parti socialiste n’a remporté que 1,74 %, bien en-deçà du seuil de 3,25 % fixé par la Knesset.

Orly Levy-Abekasis (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Likud gagne dans la ville de Gantz ; Kakhol lavan dans la ville de Netanyahu

Dans la ville natale de Benny Gantz, Rosh Ha’ayin, son parti est légèrement en retard par rapport au Likud, de 33,9 % à 34,8 %, soit environ 300 voix.

Dans la chic Césarée, que Netanyahu qualifie de chez lui quand il n’est pas Premier ministre, Kakhol lavan repousse le Likud en obtenant 52,6 % des voix contre 24 % pour le Likud.

Smotrich reproche à Bennett d’avoir mis le bloc en danger avec HaYamin HaHadash

Bezalel Smotrich a déclaré à la Douzième chaîne de télévision qu’il avait réussi à franchir le seuil, mais reprochait aux dirigeants d’autres partis d’avoir « mis en danger » le bloc de droite en danger.

« C’était une erreur » de leur part, dit-il, à propos de Naftali Bennett qui a quitté HaBayit HaYehudi pour créer HaYamin HaHadash aux côtés de Ayelet Shaked.

HaYamin HaHadash a besoin d’environ 4 300 des quelques voix restantes pour pouvoir entrer à la Knesset et espère trouver ce soutien parmi les soldats.

Smotrich dit qu’il légiférera pour permettre à l’extrémiste Itamar Ben Gvir, pourtant 7e de la liste, d’entrer à la Knesset, alors que le parti n’a remporté que cinq sièges.

Le chef du parti Ihoud Leoumi, le député Bezalel Smotrich, prend la parole lors d’un événement du Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, à Modiin, le 4 février 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Le nombre de sièges reste stable à plus de 97 %, avec 65 pour le bloc de droite

Avec 97,4 % des votes comptés, le nombre de sièges reste inchangé :

Likud : 35
Kakhol lavan : 35
Shas : 8
YaHadout HaTorah : 8
Avoda : 6
Hadash-Ta’al: 6
Union des partis de droite: 5
Yisrael Beytenu: 5
Koulanou : 4
Meretz : 4
Ra’am Balad : 4
HaYamin HaHadash : 0
Zehut : 0
Gesher : 0

Après le revers, Bennett dit qu’il ne cessera jamais de se battre pour l’État

Le coprésident de HaYamin HaHadash, Naftali Bennett, a quitté brièvement son domicile de Ra’anana mercredi matin pour faire une brève déclaration aux journalistes, en réponse aux résultats montrant qu’après 97 % du décompte, son parti n’est pas sensé entrer à la Knesset.

« Toute ma vie, j’ai tout donné pour ce bon pays. J’ai toujours été un soldat de l’État – dans [une unité d’élite) Sayeret Matkal, en tant qu’entrepreneur dans les hautes technologies, comme ministre de l’Éducation et dans le cabinet lors de l’opération Bordure protectrice [à Gaza en 2014] », a déclaré Bennett.

« Maintenant, les soldats décideront si je vais continuer à me battre pour eux », ajoute-t-il, anticipant que les bulletins de vote de Tsahal augmenteront les chances de son parti de 4 300 voix pour franchir le seuil électoral.

Liberman recommandera Netanyahu pour former le prochain gouvernement

Mettant fin aux brèves spéculations sur cette affaire, le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a déclaré au site d’information Ynet que son parti recommandera au président Reuven Rivlin que Netanyahu soit chargé de former le prochain gouvernement.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman lors d’un événement à Ganei Tikva, le 25 février 2019 (Crédit : Flash90)

Gantz veut rassurer ses partisans en se montrant optimiste

Dans une lettre adressée à ses partisans découvrant mercredi matin les résultats anéantissant toute possibilité qu’il devienne Premier ministre, le chef de Kakhol lavan Benny Gantz tente de conserver une touche prudente d’optimisme.

« Nous pourrions être en mesure de réaliser une manœuvre politique quelle qu’elle soit », a-t-il estimé,

« Bonjour, mes amis, oui, bonjour », commence-t-il. « Les médias font état d’une histoire inachevée. Il n’y a rien de final dans (ces résultats) ».

« Ils, nos électeurs, ont demandé de l’espoir et nous leur en avons donné. Ils voulaient autre chose et nous leur avons proposé » poursuit le candidat. « C’est pourquoi nous ne nous retirons pas de notre devoir, représenter plus d’un million de citoyens qui nous ont demandé quelque chose de différent. Voilà quelque chose dont nous pouvons être fiers. »

Benny Gantz, président du parti Kakhol lavan, rejoint les chefs de parti après la publication des premiers résultats lors des élections générales au siège du parti à Tel-Aviv, le 9 avril 2019 (Crédit : Gili Yaari / Flash90).

Liberman attend des « réponses claires » de Netanyahu

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman a exclu de recommander Benny Gantz comme prochain Premier ministre, mais que rejoindre un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu n’est pas une évidence.

« Les options que nous avons sont d’intégrer un gouvernement Netanyahu ou de rester dans l’opposition », dit Liberman, qui selon les résultats quasi-définitifs, aura cinq siège lors de la prochaine Knesset.

Si les votes des soldats, des diplomates et des prisonniers ne changent pas la donne, Yisrael Beytenu aura un rôle clé dans la prochaine coalition, parce que sans lui, le bloc de droite n’aura que 60 sièges sur les 120 que compte la Knesset, et ne pourra pas former un gouvernement.

Avigdor Liberman annonce sa démission du ministère de la Défense lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 14 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel / FLASH90)

Smotrich nie qu’un cadre aurait juré que Ben Gvir n’entrerait pas à la Knesset

Le numéro deux de l’Union des partis de droite, Bezalel Smotrich, a rejeté mardi une information selon laquelle un haut-responsable de sa formation aurait assuré aux critiques de sa fusion avec le mouvement Otzma Yehudit que le candidat de ce dernier, Itamar Ben-Gvir, n’entrerait pas à la Knesset.

Ben Gvir est septième sur la liste de l’alliance de droite, qui détiendrait à peine cinq sièges dans la prochaine Knesset alors que 97 % des votes ont été dépouillés.

Smotrich a néanmoins déclaré être attaché à la loi dite « norvégienne » qui permet au législateur d’un parti nommé à un poste du cabinet de renoncer à son siège au Parlement, permettant ainsi à une autre personne de la liste du parti d’y faire son entrée.

Smotrich a écrit sur Twitter rester fidèle à cette promesse, qu’il a faite à Ben Gvir lorsque les formations ont fusionné.

L’avocat Itamar Ben Gvir (Yonatan Sindel/Flash90)

L’Union des partis de droite réclame, comme prévu, la Justice et l’Éducation

Même si elle ne devrait recevoir que 5 sièges à la prochaine Knesset après la finalisation des votes demain, l’Union des partis de droite, dirigée par Rafi Peretz, annonce qu’elle demandera deux portefeuilles ministériels lors des négociations de coalition avec le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le chef du parti affirme, à la radio militaire, que son parti finira par avoir 6 sièges, et qu’il sera le plus apte à devenir ministre de l’Education, et que le numéro 2 du parti, Bezalel Smotrich, devrait être choisi pour le ministère de la Justice.

« C’est naturel que Bezalel soit chargé du droit, et j’ai des décennies d’expérience dans le domaine de l’éducation », dit-il.

Avec les 35 sièges accordés au Likud, après dépouillement de 97 % des bulletins de vote, le parti devrait conserver les autres postes pour ses propres membres.

Betzalel Smotrich (à gauche) et Rafi Peretz après avoir accepté de former une liste commune de candidats pour la Knesset, entre HaBayit HaYehudi et l’Union nationale, Ie 14 février 2019. (Autorisation)

Les membres du Labour demandent en coulisses le départ de Gabbay

Après que le parti Travailliste de gauche a accusé le choc de son pire résultat jamais remporté dans des élections israéliennes, les membres de la formation ont attribué mardi la responsabilité de cet échec à son leader Avi Gabbay, certains réclamant sa démission et d’autres suggérant la possibilité d’une union avec le Meretz, encore plus à gauche.

« Il faut que Gabbay s’en aille et il serait préférable qu’il le fasse de son plein gré », a déclaré un responsable Travailliste non-identifié, des propos repris par le site d’information Ynet.

Un autre officiel de la formation aurait déclaré que « la demande d’une réunion d’urgence du comité central travailliste pour démettre Gabbay de ses fonctions et déterminer une nouvelle date pour des primaires n’est qu’une question de temps ».

Un troisième membre a pour sa part estimé qu’il est impossible que « Gabbay reste à son poste un jour de plus ».

Le chef du parti du Labour Avi Gabbay lors d’un événement parrainé en partie par le Times of Israel, le 31 mars 2019 (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Le chancelier autrichien, premier dirigeant, à féliciter Netanyahu

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a été le premier leader du monde à féliciter le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa victoire électorale.

« Les résultats officiels doivent encore être publiés mais une chose est claire : vous avez – une nouvelle fois – recueilli la confiance du peuple d’Israël avec des nombres records », a-t-il indiqué sur son compte Twitter. « Félicitations au Premier ministre Netanyahu pour l’excellent résultat aux élections nationales d’hier ».

M. Kurz, qui comme le dirigeant israélien appartient au camp conservateur, gouverne l’Autriche depuis fin 2017 en coalition avec le parti d’extrême droite FPÖ, une formation créée par d’anciens nazis et dont les dirigeants sont boycottés par Israël.

Narendra Modi félicite Netanyahu pour sa victoire dans un tweet en hébreu

Rejoignant le chancelier australien Sebastian Kurz, le Premier ministre indien Narendra Modi est le deuxième dirigean à féliciter son homologue israélien pour sa victoire aux élections.

« Mon cher ami Bibi, félicitations ! Vous être un véritable ami de l’Inde et je souhaite continuer à travailler avec vous vous faire avancer notre partenariat », a tweeté Modi en hébreu.

Modi est aussi en campagne – l’Inde, où 900 millions d’électeurs sont appelés aux urnes à partir du 11 avril, est la démocratie la plus peuplée du monde.

Les chefs d’implantations prononcent la mort de l’État palestinien

Le conseil des implantations de Yesha annonce la mort de l’ère de l’État palestinien après la solide victoire de la droite et l’effondrement de la gauche aux élections d’hier.

« Ce matin, nous pouvons le dire avec certitude : face à ces campagnes et aux manipulations, le peuple d’Israël a choisi la droite. Le peuple a exprimé sa loyauté à la Terre d’Israël et a choisi l’application de la souveraineté israélienne sur la Judée, la Samarie et la Vallée du Jourdain », déclare le conseil de Yesha.

« Nous félicitons le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour son élections, et attendons avec impatience la formation d’un gouvernement de droite solide. A la prochaine Knesset, nous aussi, nous continuerons à construire, à agrandir, à légaliser et a développer conjointement les communautés israéliennes dans la région. »

Erekat : les résultats montrent qu’ « Israël dit non à la paix, oui à l’occupation »

Le haut-responsable de l’OLP Saeb Erekat déclare que l’élection de mardi montre que les Israéliens « ont dit non à la paix et oui à l’occupation ».

Résultats définitifs prévus jeudi soir

Au total, 67,9 % des électeurs ont pris part au vote, contre 71,8 % lors des législatives de 2015. Le décompte des voix ne devrait être final qu’après le dépouillement, d’ici jeudi soir, du vote des soldats, prisonniers et diplomates, mais les grands équilibres ne devraient guère être altérés.

– AFP

« Bravo, mon ami »: le ministre de l’Intérieur italien félicite Netanyahu

Le ministre italien d’extrême-droite Matteo Salvini félicite le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa victoire électorale décisive.

« Bravo à mon ami Bibi Netanyahu et bons baisers à la population israélienne », tweete Salvini.

Le message de M. Salvini a suscité de nombreuses critiques, des dizaines d’internautes dénonçant la politique israélienne, les déboires judiciaires de M. Netanyahu… et le choix de M. Salvini, ministre de l’Intérieur, de s’exprimer avant le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, ou le ministre des Affaires étrangères

– avec AFP

Les consultations du président avec les chefs de partis diffusées en direct

Le président Reuven Rivlin ordonne que les consultations qu’il va entamer à avoir avec les différents partis, la semaine prochaine, pour former le prochain gouvernement soient diffusées en direct pour tous les Israéliens sur des plateformes multiples.

Cette décision a été prise par souci de transparence, fait savoir le site d’information Walla.

Au cours de ces rencontres, les partis donneront au président leurs recommandations sur la personne la plus apte, à leurs yeux, à former la prochaine coalition.

Netanyahu devrait être le candidat le plus recommandé.

Le président chypriote félicite Netanyahu

Le président chypriote Nicos Anastasiades félicite le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa victoire électorales aux législatives.

Lapid : Kakhol lavan vise les élections de 2020

Pour ses premières déclarations publiques depuis la défaite du parti Kakhol lavan aux élections législatives, Yair Lapid, numéro 2 du parti déclare sur la Treizième chaîne que « la campagne 2020 a commencé aujourd’hui ».

Trump: la victoire de Netanyahu, un bon signe pour la paix

Dans ses premiers commentaires sur les élections israéliennes, le président américain Donald Trump déclare que la victoire de Netanyahu est un bon signe pour la paix, selon Reuters.

« Je pense que nous avons une meilleure chance d’aboutir maintenant que Bibi a gagné », a déclaré M. Trump, en évoquant le plan de paix sur lequel ses équipes travaillent depuis son arrivée au pouvoir et dont le contenu est à ce jour tenu secret.

« Je veux féliciter Bibi Netanyahu (…). Il est peut-être un peu tôt mais il a visiblement gagné », a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison Blanche au lendemain d’élections qui ont placé M. Netanyahu sur la voie d’un cinquième mandat de Premier ministre.

« C’est un grand allié et un ami. Je voudrais le féliciter, il s’est très bien battu, je peux vous le dire.  »

« Mais on dirait bien qu’il a gagné. »

« Le fait que Bibi l’ait emporté… Je pense que nous allons voir des choses se passer en termes de paix », a-t-il ajouté, laissant entendre que le présentation de son plan de paix pourrait intervenir rapidement.

« Je n’ai jamais fait de promesses, mais tout le monde disait qu’il était impossible d’aboutir à la paix au Proche-Orient entre Israël et les Palestiniens. Je pense que nous avons une chance », a-t-il encore dit.

– avec AFP

Kakhol lavan fera une déclaration à la presse à 19 heures

Les dirigeants de Kakhol lavan Benny Gantz et Yair Lapid tiendront une conférence de presse à 19 heures mercredi, au siège du parti à Tel Aviv. Il s’agira de leur première intervention publique depuis que Benny Gantz a crié victoire hier soir. Ils devraient concéder formellement leur défaite.

Un porte-parole du parti a indiqué qu’il n’y aurait pas de questions.

— Raoul Wootliff

Milos Zeman félicite Netanyahu, se dit impatient de déplacer son ambassade

Le président tchèque Milos Zeman félicite Benjamin Netanyahu dans un courrier où il se dit impatient de déplacer son ambassade à Jérusalem.

« J’espère que dans le futur nous aurons de nombreuses opportunités de continuer notre coopération fructueuse, sans oublier mon rêve, à savoir déplacer l’ambassade tchèque de Tel Aviv à Jérusalem », a-t-il écrit.

Ce déplacement a, jusqu’à présent, toujours été bloqué par le Premier ministre du pays Andrej Babis, qui a également félicité Benjamin Netanyahu et l’a invité à revenir à Prague.

Andrej Babis a fait savoir sur Twitter qu’il était impatient de coopérer avec Israël en matière de cybersécurité et de cannabis médical.

Il a qualifié le pays d’inspiration pour la République tchèque.

Rouhani pense que la décision sur les Gardiens de la Révolution a aidé Netanyahu

« Le Premier ministre israélien a clairement déclaré que cette action des États-Unis avait été prise à sa demande. En d’autres termes, tous les crimes et actions inappropriés de la part des États-Unis étaient censés aider (quelqu’un) à gagner les élections dans les territoires occupés », a déclaré le président iranien Hassan Rouhani, selon le journal iranien Tasnim.

Netanyahu a déclaré que Trump avait qualifié les Gardiens de la Révolution de groupe terroriste à sa demande, ce que des responsables iraniens ont saisi comme preuve que cette mesure visait à renforcer le Premier ministre israélien.

Dans un communiqué séparé, les Gardiens de la Révolution menacent de « donner aux ennemis des leçons inoubliables et regrettables », selon le site d’actualités IRNA du régime.

Le président Hassan Rouhani s’exprime devant le parlement à Téhéran, le 28 août 2018. (Crédit : AFP / ATTA KENARE)

L’Union des partis de droite insistera pour la Justice et l’Éducation

Le dirigeant de l’Union des partis de droite, Rafi Peretz, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il insisterait pour obtenir le portefeuille de l’Éducation et pour le ministère de la Justice pour Bezalel Smotrich, numéro 2, – cela constituerait une condition préalable à l’entrée dans la coalition gouvernementale.

HaBayit HaYehudi, l’une des factions qui compose l’alliance de droite, a occupé les deux postes du dernier gouvernement.

Les deux ministres qui occupaient ces postes, Naftali Bennett et Ayelet Shaked, ne devraient pas entrer à la Knesset pour le moment.

Le Likud a de son côté démenti toute intention de laisser l’Union des partis de droite occuper ces postes, ajoutant qu’il dépendra probablement du soutien du parti pour former une coalition.

Liberman dit qu’il siègera dans l’opposition s’il le faut

Le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il siègerait si besoin dans l’opposition, insistant sur le fait que le parti laïc « n’échangera pas ses valeurs contre des sièges ».

Liberman est le seul chef de parti de droite à refuser de dire s’il recommandera Netanyahu à la tête du prochain gouvernement. Il réclame au Premier ministre ce qu’il prétend être une tentative « d’affaiblissement de la droite », avec une campagne de onze heures destinée à espionner les votes d’alliés potentiels.

Il dit également qu’il n’est pas mécontent que Naftali Bennett n’entre probablement pas à la Knesset.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman (en haut) et celui de la formation HaBayit HaYehudi Naftali Bennett à la Knesset, le 11 mai 2015 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Nasrallah : les relations américano-israéliennes sont « sans précédent »

Hassan Nasrallah, dirigeant du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, a déclaré : « Netanyahu formera probablement un nouveau gouvernement de droite sioniste et nous sommes devant une nouvelle étape de coopération sans précédent entre l’Amérique et Israël représentés par Netanyahu et Trump », selon le nouveau site libanais Naharnet.

Il ajoute : « nous sommes devant un tournant majeur lié à notre frontière territoriale ».

Nasrallah dénonce également le classement du corps des Gardiens de la Révolution iranien par Washington, comme organisation terroriste qualifiant Washington d’humain « humiliant toute une nation pour le bien d’Israël ».

« C’est la quintessence de l’insolence et de la sottise », a-t-il déclaré, ajoutant que « les mesures américaines à notre encontre ne resteront pas sans réponse et que nous réagirons au bon moment ».

Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah fait une déclaration le 29 juin 2018 (capture d’écran YouTube)

Lapid : « Nous transformerons la Knesset en un champ de bataille de l’opposition »

Dans un discours à la presse, le co-dirigeant de Kakhol lavan, Yair Lapid, décrit les réalisations du parti, tout en admettant sa défaite aux élections.

« Nous n’allons pas seulement siéger dans l’opposition, nous allons nous préparer pour le prochain tour », dit-il. « Nous ne sommes pas venus ici pour mettre fin à la campagne 2019. Nous sommes venus ouvrir la campagne 2020.

Lapid a promis que, menant l’opposition, le parti « transformerait la Knesset en champ de bataille ».

Il indique en particulier que le parti exigera une enquête sur les soupçons concernant les liens de Netanyahu avec un accord sur l’achat de sous-marins auprès d’une entreprise de construction navale allemande.

Gantz : Nous acceptons la réalité, et le soutien « sans précédent »

S’exprimant après Yair Lapid, le chef de Kakhol lavan, Benny Gantz, a déclaré que le parti acceptait la volonté du peuple et la réalité des blocs qui enverraient son parti dans l’opposition, notant qu’avec plus d’un million de voix, ils ont créé une alternative au gouvernement.  »

« Ceci est sans précédent et cela nous dit à quel point il y a une attente parmi la population qui cherche une autre voie, une autre langue. »

« Nous respectons la décision du peuple », a affirmé le chef de la liste centriste.

Les chaises musicales ministérielles vont bientôt commencer

Avec les retombées des élections, les experts tentent d’évaluer qui obtiendra quel ministère.

La plupart supposent que les places seront à peu près les mêmes qu’avant les élections, et que peu de postes seront redistribués. Mais certains sont à la recherche de meilleures positions, laissant ouverte la possibilité d’un chamboulement.

La question se pose également de savoir si Avigdor Liberman reprendra son poste de ministre de la Défense, si Netanyahu cherchera à conserver le portefeuille du ministère des Affaires étrangères, si Yisraël Katz, ministre intérimaire des Affaires étrangères, continuera à exercer ses fonctions, ou si d’autres moyens seront mis en place pour réorganiser les fonctions du gouvernement.

Les négociations n’ont pas encore démarré officiellement, le président Reuven Rivlin ne devrait pas charger Netanyahu de former un gouvernement avant que les résultats définitifs soient connus et que les consultations avec toutes les parties aient eu lieu.

Netanyahu en « pourparlers avancés » après avoir obtenu un « mandat définitif »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est en « pourparlers avancés » pour former un gouvernement nationaliste de droite, selon une source du Likud.

La source affirme que le public a donné à Netanyahu « un soutien total et un mandat définitif pour continuer à diriger » et que la coalition durera quatre ans.

« Nous allons entamer un mandat complet », a dit la source.

Le parti au pouvoir, le Likud, devance Kakhol lavan par quelque 13 000 voix, soit moins d’un point de pourcentage, presque tous les bulletins étant pris en compte, mais la composition des petits partis signifie qu’il a une perspective claire de créer une coalition de droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

L’Union des partis de droite insistera pour la Justice et l’Éducation

Le dirigeant de l’Union des partis de droite, Rafi Peretz, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il insisterait pour obtenir le portefeuille de l’Éducation et pour le ministère de la Justice pour Bezalel Smotrich, numéro 2, – cela constituerait une condition préalable à l’entrée dans la coalition gouvernementale.

HaBayit HaYehudi, l’une des factions qui compose l’alliance de droite, a occupé les deux postes du dernier gouvernement.

Les deux ministres qui occupaient ces postes, Naftali Bennett et Ayelet Shaked, ne devraient pas entrer à la Knesset pour le moment.

Le Likud a de son côté démenti toute intention de laisser l’Union des partis de droite occuper ces postes, ajoutant qu’il dépendra probablement du soutien du parti pour former une coalition.