Netanyahu : « La dernière chose que je ferais, c’est de nuire à la démocratie »
Rechercher
En direct

433 cas du COVID-19 en Israël ; fermeture des frontières/écoles ultra-orthodoxes

Une école ultra-orthodoxe de 200 personnes fermée; 3 MDS de shekels de perte prévus pour les free-lancer ; 1er acte d’accusation déposé contre un homme qui a violé une quarantaine

  • Un secouriste du Magen David Adom portant une tenue de protection contre le coronavirus arrive pour tester un patient présentant des symptômes de Covid-19, à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Un secouriste du Magen David Adom portant une tenue de protection contre le coronavirus arrive pour tester un patient présentant des symptômes de Covid-19, à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des passagers dans le tramway de Jérusalem, le 17 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
    Des passagers dans le tramway de Jérusalem, le 17 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
  • Le kit de test pour les travailleurs de Magen David Adom pour un patient présentant des symptômes de COVID-19 (coronavirus), à Jérusalem le 17 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Le kit de test pour les travailleurs de Magen David Adom pour un patient présentant des symptômes de COVID-19 (coronavirus), à Jérusalem le 17 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Un travailleur de Magen David Adom portant des vêtements de protection contre le coronavirus arrive pour tester un patient présentant des symptômes de COVID-19 (coronavirus), à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : David Sindell/Flash90)
    Un travailleur de Magen David Adom portant des vêtements de protection contre le coronavirus arrive pour tester un patient présentant des symptômes de COVID-19 (coronavirus), à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : David Sindell/Flash90)
  • Un nouveau service au centre médical Assuta à Ashdod pour les personnes infectées par le Coronavirus, 16 mars 2020. (Crédit : Flash90)
    Un nouveau service au centre médical Assuta à Ashdod pour les personnes infectées par le Coronavirus, 16 mars 2020. (Crédit : Flash90)
  • Des secouristes du Magen David Adom portant une tenue de protection contre le nouveau coronavirus arrivent pour tester un patient présentant des symptômes de Covid-19, à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Des secouristes du Magen David Adom portant une tenue de protection contre le nouveau coronavirus arrivent pour tester un patient présentant des symptômes de Covid-19, à Jérusalem, le 16 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Times of Israël en français suit pour vous les événements liés au coronavirus en Israël et dans le monde :

Coronavirus : plus de 8 700 morts recensés dans le monde

Le nouveau coronavirus a fait au moins 8 784 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles, mercredi à 18h30 GMT.

Plus de 209 500 cas d’infection ont été détectés dans 150 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès en 24 heures sont l’Italie avec 475 nouveaux morts, l’Iran (147) et l’Espagne (107).

Deux premiers décès du coronavirus au Pakistan

Le Pakistan a enregistré mercredi ses deux premiers décès liés au nouveau coronavirus, un homme de 50 ans récemment revenu du pèlerinage de La Mecque et un trentenaire ayant séjourné à Dubaï, a annoncé le ministre de la Santé de la province où ils sont morts.

Le nombre de malades du Covid-19 a été quasiment multiplié par huit en quatre jours, pour passer à 241, a indiqué mercredi le ministère de la Santé.

La crainte d’une contamination massive est grande au Pakistan, pays frontalier de la Chine, qui a vu naître le nouveau coronavirus, et de l’Iran, qui faisait état mercredi de 1 192 morts et plus de 17 000 infectés.

Les répercussions s’annoncent dramatiques car le système de santé pakistanais est défaillant après des décennies de sous-investissement. Le Pakistan a notamment échoué dans sa lutte contre des maladies infectieuses telles que la poliomyélite, la tuberculose et l’hépatite.

La culture de la poignée de mains et de l’accolade et un fort taux d’illettrisme risquent en outre de favoriser la pandémie.

Le Premier ministre a déclaré mardi que le Pakistan, en difficultés économiques, ne pouvait se permettre de cloisonner ses villes.

Pandémie : plus de 500 millions de personnes appelées à rester chez elles

Plus d’un demi-milliard de personnes dans le monde sont appelées par leurs autorités à rester confinées chez elles, pour lutter contre la propagation de la maladie Covid-19, selon un décompte réalisé par l’AFP.

Certains pays ont pris des mesures coercitives, tandis que d’autres n’ont recours pour l’heure qu’à des recommandations appuyées.

Transavia annule tous ses vols du 21 mars au 19 avril

Transavia France, qui exploite 38 avions, « va arrêter ses vols dans les prochains jours », a affirmé un porte-parole à l’AFP.

Les clients ont été informés par courriel que les vols du 21 mars au 19 avril étaient annulés.

La compagnie participe actuellement au rapatriement de Français bloqués à l’étranger alors que nombre de pays (Sénégal, Maroc, Algérie, Turquie…) ont suspendu les liaisons aériennes vers l’Europe.

Depuis samedi, Transavia a effectué 70 vols pour rapatrier 13.200 passagers du Maroc et de Tunisie, selon le porte-parole.

Odeh fustige Netanyahu au sujet de ses propos sur les commissions de la Knesset

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, dénonce le Premier ministre par intérim Benjamin Netanyahu pour avoir déclaré que les membres de son parti qui a récolté 15 sièges sur 120 aux dernières législatives ne devraient pas être à la tête des commissions de la Knesset.

« Les chefs des services hospitaliers – oui. Les chefs des commissions de la Knesset – non », écrit Odeh dans un tweet.

« Au fait, les votes des ouvriers du bâtiment, des enseignants et des ingénieurs sont importants. Toutes sortes de travaux honorent la personne qui l’exécute – à l’exception du Premier ministre par intérim », dit-il.

Le président de la Liste arabe unie fait référence à un commentaire de Netanyahu selon lequel la raison pour laquelle son parti du Likud bloque la formation de la Knesset est que le parti Kakhol lavan ne promettrait pas de ne pas autoriser les membres du parti arabe à diriger ces commissions parlementaires.

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, arrive à une réunion de son parti à la Knesset, le 22 septembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Edelstein interdit officiellement les rassemblements de plus de 10 personnes

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, interdit officiellement les réunions de plus de 10 personnes dans le Parlement composé de 120 personnes, mais dit que le vote sera toujours possible, dans un geste qui, selon lui, est une réponse au coronavirus.

Edelstein, qui avait annoncé son intention de déployer une telle mesure plus tôt dans la journée, a déclaré que l’ordonnance serait en vigueur pendant 14 jours.

« Le sens de l’ordonnance sur la Knesset est que les rassemblements de plus de 10 personnes en plénière n’auront pas lieu et qu’une distance de 2 mètres doit être maintenue [entre les gens] », écrit-il.

Le président de la Knesset a déclaré que cette consigne n’empêcherait pas le vote, mais qu’il se déroulerait de la même manière que les récentes prestations de serment au Parlement, au cours desquelles les membres de la Knesset étaient entrés en plénière par groupes de trois.

Cette décision intervient après que deux ministres et deux membres de la Knesset ont été placés en quarantaine après avoir été en contact avec une personne testée positive pour le coronavirus.

Le conseiller juridique de la Knesset exhorte à la reprise parlementaire

Le conseiller juridique de la Knesset a indiqué que le président Yuli Edelstein ne serait pas en mesure de maintenir la fermeture de la plénière jusqu’à la semaine prochaine.

Plus tôt dans la journée, Edelstein a ordonné la fermeture de la Knesset après que le parti Kakhol lavan a refusé sa proposition d’avoir une représentation égale au sein de la « Commission des arrangements » de la Knesset, qui est chargée de superviser la formation et le fonctionnement du Parlement, la coalition dirigée par le Likud ayant obtenu 58 sièges lors de l’élection du 2 mars, contre 61 pour celle de Kakhol lavan.

Entre autres choses, la Commission des arrangements supervise la création des autres commissions de la Knesset, y compris ceux qui assureraient le contrôle parlementaire des efforts du gouvernement pour contenir la pandémie de coronavirus. La commission pourrait également permettre au parti Kakhol lavan de demander un vote sur le poste de président de la Knesset, ce qui entraînerait probablement l’éviction d’Edelstein du poste qu’il occupe depuis 2013, ce qui conduirait les critiques à l’accuser de subvertir la volonté de la majorité du pays.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein (G), et le conseiller juridique de la Knesset, Eyal Yinon, à la Knesset le 7 mai 2013. (Crédit : Flash)

Cette commission est généralement formée en vertu d’un accord entre les partis siégeant à la Knesset, mais le conseiller juridique du Parlement Eyal Yinon dit que si ce n’est pas le cas d’ici le début de la semaine prochaine, l’affaire devrait être portée devant la plénière pour un vote, que le Likud d’Edelstein perdra probablement.

« Formez la Commission des arrangements le plus rapidement possible. Si elle n’est pas habilitée d’ici le début de la semaine prochaine, il faudra inscrire sans plus tarder au registre de la Knesset le choix des membres du comité d’organisation », écrit M. Yanon dans un avis juridique.

Netanyahu : « La dernière chose que je ferais, c’est de nuire à la démocratie »

Le Premier ministre a déclaré qu’il espérait que la Knesset rouvrirait bientôt.

Interrogé spécifiquement sur un récent programme de surveillance de masse approuvé par le gouvernement sans aucun contrôle parlementaire, il a nié tout méfait, arguant qu’il avait voulu l’approbation d’une commission de la Knesset, mais qu’il avait été contraint d’agir rapidement.

« J’ai exigé un contrôle maximal sur ce point. Les préoccupations liées à la mauvaise utilisation de ces données ne se situent pas seulement d’un côté de la sphère politique », a-t-il assuré.

Netanyahu ajoute qu’il s’est abstenu d’utiliser la surveillance de masse contre les citoyens israéliens dans le passé « afin de défendre l’individu. Je les ai protégés ».

Le Premier ministre a également prétendu à tort que les efforts de Kakhol lavan pour former un gouvernement minoritaire étaient sans précédent dans le monde démocratique. Il y a eu des gouvernements minoritaires – dans lesquels la coalition au pouvoir a besoin du soutien de factions extérieures – en Irlande, au Canada, au Royaume-Uni, en Norvège, en Suède, au Danemark et dans d’autres pays.

Virus : de possibles amendes pour les violations des ordonnances officielles

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que, dans le but de contenir l’épidémie de coronavirus, le gouvernement pourrait commencer à infliger des amendes aux personnes ayant enfreint les directives du ministère de la Santé. Il a néanmoins ajouté qu’il ne voulait pas mettre en place un confinement total du pays.

Le gouvernement a appelé à une fermeture partielle, avec de sévères limites concernant les rassemblements publics, mais laissant les Israéliens libres de quitter leurs maisons et de voyager si nécessaire.

« Je préfère ces directives », a déclaré Netanyahu dans une interview à la Douzième chaine.

Le Premier ministre a déclaré qu’une grande partie des citoyens – mais pas tous – avaient suivi les instructions du ministère de la Santé.

« Certains membres de la communauté ultra-orthodoxe et certains membres de la communauté ‘minoritaire’ n’écoutent pas les directives », a-t-il dit, utilisant un euphémisme pour désigner les Arabes.

Interrogé sur l’éventuelle mise en place d’amendes contre ceux qui violeraient ces instructions, Netanyahu a répondu « qu’il était possible que nous le fassions ».

Le Premier ministre intérimaire a fait l’éloge de la réponse israélienne au virus, affirmant que les décisions avaient « dirigé [celles du reste du] monde », malgré les sévères critiques de ses opposants politiques, qui ont accusé Netanyahu et son gouvernement de réagir de manière excessive.

Italie : record de décès pour un pays sur un jour, avec 475 morts

La pandémie de coronavirus a tué 475 personnes en Italie dans les dernières 24 heures, le pire bilan enregistré dans un seul pays en une journée, a annoncé mercredi la protection civile.

Désormais, ce sont près de 3 000 personnes qui ont perdu la vie en Italie en raison de cette maladie, un bilan très proche de celui de la Chine (plus de 3 200 morts) d’où est partie la pandémie. Les services sanitaires italiens ont enregistré 4 207 nouveaux cas dans les dernières 24 heures, un chiffre là encore jamais atteint auparavant.

Détérioration de l’état de 2 patients gravement atteints du COVID-19 : hôpital

L’état de deux patients gravement atteints de coronavirus s’est détérioré, les deux étant inconscients et reliés à des respirateurs, selon les hôpitaux qui les traitent.

L’un des patients est une femme de 72 ans à l’hôpital Beilinson de Petah Tikva, a indiqué le centre médical.

Le second est un homme soigné au centre médical Sheba de Ramat Gan, près de Tel Aviv.

Il y a actuellement six patients gravement malades atteints de coronavirus en Israël – sur 431 cas confirmés – en date de ce soir, mercredi, selon le ministère de la Santé.

Vous pouvez aller bien, explique une enseignante qui a surmonté le coronavirus

Une femme israélienne qui a guéri après avoir contracté le coronavirus affirme que la maladie « n’était pas grave » et appelle le pays à relativiser.

« J’ai eu de la fièvre et des frissons, mais ça passe », explique Sharon Ganish, enseignante dans le centre d’Israël, qui était la 14e personne en Israël à avoir été diagnostiquée positive à la maladie.

« Je veux que les gens se calment. C’est désormais mon objectif. Ce n’est pas une maladie grave », a déclaré Ganish dans une interview aux informations de la Douzième chaine.

« Même si vous tombez malade, vous pouvez aller bien », dit-elle.

Ganish explique que l’état de sa famille n’est toujours pas « revenu à la normale » après sa convalescence, mais qu’ils y travaillent.

Elle recommande aux gens de contacter tous leurs amis ou proches qui ont contracté la maladie – par téléphone ou par SMS – afin de leur montrer qu’ils ne sont pas seuls.

Rivlin s’est entretenu avec Abbas, appelant à la coopération

Le président Reuven Rivlin s’est entretenu par téléphone avec le dirigeant de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, au sujet de l’épidémie de coronavirus, appelant les deux parties à coopérer afin de faire face à la maladie.

« Le monde est confronté à une crise qui ne fait aucune distinction entre les personnes ou leur lieu de résidence », a expliqué Rivlin, selon son bureau.

« La coopération entre nous est vitale afin de protéger la santé des Israéliens et des Palestiniens », a-t-il ajouté.

Rivlin a dit au dirigeant palestinien qu’il était prêt à aider à coordonner tous les efforts nécessaires afin de lutter contre la pandémie.

« Notre capacité à travailler ensemble en temps de crise témoigne également de notre capacité à travailler ensemble à l’avenir pour notre bien commun », a déclaré Rivlin à Abbas.

Liberman juge la gestion de l’épidémie par Netanyahu politiquement motivée

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, a critiqué mercredi la façon dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu gère la pandémie de coronavirus, affirmant que ses mesures draconiennes font plus de mal que de bien et sont motivées par des considérations politiques.

M. Liberman a ainsi cité un biochimiste lauréat du prix Nobel – Michael Levit – qui a déclaré plus tôt dans la journée qu’il ne pensait pas qu’un grand nombre de personnes mourraient du virus en Israël, ainsi que des estimations selon lesquelles la réponse du gouvernement à la pandémie coûterait au pays entre 2,75 et 6,6 milliards de shekels par mois.

« D’après ce que j’ai compris, les dégâts économiques causés à Israël par Netanyahu et le traitement du coronavirus par son gouvernement seront mortels. Son entêtement à baser sa réponse uniquement sur des évaluations apocalyptiques est censé le servir dans sa lutte pour s’attirer l’attention publique plutôt que dans la lutte contre le corona », dit Liberman.

Le leader d’Yisrael Beytenu accuse son rival du Likud d’essayer de « faire taire toute protestation politique et publique » afin d’éviter d’être jugé pour les trois mises en examen dont il fait l’objet « même si cela se fait au prix de graves dommages pour l’économie israélienne et d’un chômage de masse ».

Avidgor Liberman, le président d’Yisrael Beytenu, s’exprime lors d’un meeting du parti à Neve Ilan, à l’ouest de Jérusalem, le 22 septembre 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

L’entrée des ressortissants étrangers désormais interdite en Israël

Israël ferme complètement ses frontières aux étrangers dès aujourd’hui pour tenter de contenir la pandémie de coronavirus, selon l’Autorité de la population et de l’immigration.

Jusqu’à présent, Israël autorisait les touristes à entrer dans le pays s’ils pouvaient se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

« A partir d’aujourd’hui, l’entrée des étrangers ne sera plus autorisée en Israël, même s’ils peuvent prouver qu’ils pourraient rester en quarantaine », a déclaré l’autorité dans un communiqué.

Les citoyens et résidents israéliens pourront toujours entrer dans le pays, a précisé l’autorité.

L’agence indique que la décision, qui a été recommandée par le ministère de la Santé, entre en vigueur immédiatement, avec l’annonce.

Fermeture d’une école ultra-orthodoxe à Tel-Aviv où se trouvaient 200 personnes

La police israélienne a retiré mercredi plus de 200 personnes d’une école ultra-orthodoxe de Tel-Aviv restée ouverte malgré les directives du gouvernement visant à limiter les rassemblements publics pour arrêter la propagation du coronavirus.

« Un appel a été reçu au sujet d’un rassemblement illégal dans un établissement d’enseignement de Tel-Aviv. Les agents qui sont arrivés sur les lieux ont vu un rassemblement de plus de 200 personnes, en violation de la loi, et se sont efforcés de le disperser », a rapporté la police.

À la lumière de cet incident survenu à la yeshiva Chidushei Harim dans l’est de la ville blanche et d’autres membres de la communauté ultra-orthodoxe ces derniers jours, le ministère de la Santé a émis un ordre de fermeture de tous les établissements d’enseignement ultra-orthodoxe.

Kohavi visite le Commandement de la Défense passive

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, s’est rendu au quartier général du Commandement du la Défense passive aux abords de Ramle, inspectant l’unité militaire qui a jusqu’ici joué le plus grand rôle dans la lutte contre la propagation du coronavirus.

Le Commandement de la Défense passive, qui est chargé de la défense civile, a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements locaux et les services d’urgence afin de les aider à surmonter la crise et à se préparer à intervenir et à les remplacer si nécessaire.

Au cours de sa visite, le chef de l’armée a rendu visite aux troupes qui travaillent avec le service d’ambulance Magen David Adom, les hôpitaux, le système de santé et les gouvernements locaux, et qui préparent du matériel pédagogique pour le public.

« C’est une période d’urgence et Tsahal adapte ses fonctions à cette situation et aux besoins du pays, et vous en êtes un excellent exemple », déclare Kohavi aux soldats de la Défense passive.

« L’armée israélienne travaille déjà dans un certain nombre de domaines pour aider et pour préparer à continuer à travailler sur toute mission qui nous est demandée. Tous les soldats de l’armée doivent être préparés à tous les développements – comme toujours, nous sommes prêts pour n’importe quelle mission. Votre travail d’assistance sur le front civil influe directement sur la capacité de l’État d’Israël à faire face à l’épidémie de virus », déclare Kohavi.

Kohavi a été rejoint par le chef du commandement de la Défense passive, le général Tamir Yadai, le chef de la direction des ressources humaines de l’armée israélienne, le général Moti Almoz, et d’autres haut-gradés.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, lors d’une conférence à la mémoire de l’ancien chef d’État-major Amnon Lipkin-Shahak, au Centre interdisciplinaire d’Herzliya, le 25 décembre 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Le ministère de la Santé ordonne la fermeture des écoles ultra-orthodoxes

Le ministère de la Santé a ordonné la fermeture de toutes les écoles ultra-orthodoxes après qu’il s’est avéré que plusieurs institutions de la communauté bafouaient les directives en vigueur.

Le conseiller juridique du ministère, Uri Schwartz, a émis une ordonnance en vertu d’un arrêté sur la santé publique, signé plus tôt cette semaine.

L’ordonnance précise qu’elle s’applique à tous les jardins d’enfants, aux écoles élémentaires, à la chaîne d’écoles Beit Yaakov, aux écoles religieuses pour garçons (yeshiva) et pour filles (séminaires) et aux programmes d’études religieuses pour les jeunes hommes.

Coronavirus: le concours Eurovision du 12 au 16 mai annulé

Le concours Eurovision de la chanson, qui devait se dérouler en mai aux Pays-Bas, est annulé en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, ont annoncé mercredi les organisateurs.

« C’est avec un regret profond que nous annonçons l’annulation du concours Eurovision de la chanson 2020 à Rotterdam », a indiqué dans un communiqué l’organisation de cet évènement suivi chaque année par des millions de téléspectateurs dans le monde.

6 nouveaux cas de coronavirus confirmés en Israël, ce qui porte le total à 433

Le ministère de la Santé a confirmé six autres cas de coronavirus en Israël, ce qui porte le nombre total de diagnostics dans le pays à 433.

La grande majorité des patients – 404, soit 93,7 % – présentent des symptômes légers et 11 autres ne sont plus malades, selon le ministère.

Six personnes sont dans un état grave, et douze autres sont moyennement malades, selon les dernières statistiques du ministère.

De nouveaux chiffres montrent une hausse du nombre de tests en Israël

Le ministère de la Santé affirme avoir effectué près de 11 000 tests pour le COVID-19 à la date de ce mercredi matin, dont plus de 2 200 pour la seule journée d’hier.

Les autorités ont été critiquées ces derniers jours pour la lenteur des tests, Israël ne testant généralement que 500 à 700 personnes par jour.

Selon les chiffres, 10 440 tests sont revenus négatifs et 420 étaient positifs. Le ministère avait indiqué précédemment qu’il y avait 427 cas confirmés. L’écart constaté est difficile à résoudre dans l’immédiat.

Au total, 2 252 personnes ont été testées mardi, ce qui explique probablement au moins une partie de la hausse du nombre de cas, de 337 mardi à 427 mercredi matin.

Les chiffres compilés mardi sur la base de 303 cas, mais qui viennent d’être publiés, montrent que la plupart des cas continuent d’être des adultes âgés de 20 à 49 ans. Les 30-39 ans constituent le groupe d’âge le plus important, avec 66 cas. Il n’y a eu que 71 cas chez les personnes âgées de 60 ans ou plus.

Publication de nouveaux détails sur les parcours des porteurs de COVID-19

Le ministère de la Santé a publié des détails sur les lieux visités par des personnes dont la contamination au COVID-19 a été confirmée. La dernière vague de patients comprend des soeurs jumelles de 14 ans, qui fréquentaient des écoles à Jérusalem et à Kiryat Yearim.

D’autres cas concernent des personnes qui ont visité des synagogues et des écoles dans la capitale, à Bnei Brak et ailleurs. Les personnes parlant l’hébreu (ou les adeptes de Google Translate) peuvent consulter tous les détails ici.

Les détails manquent encore pour une centaine de patients.

La Bourse de Tel-Aviv s’effondre

La chute de la Bourse de Tel-Aviv se poursuit. L’indice de référence TA-35 a baissé de 5,3 % aujourd’hui, passant sous la barre des 1 200 points pour la première fois depuis 2013.

L’indice TA-125 est en baisse de 5,7 %.

Les baisses se poursuivent après une semaine d’importantes fluctuations, alors que la Bourse et le monde entier ont enregistré mardi de légers gains.

Les marchés boursiers du monde entier s’effondrent également.

Londres et Francfort ont ouvert en baisse de plus de 3 % et Shanghai, Tokyo et Hong Kong ont toutes baissé. L’indice principal d’Australie a chuté de 6,4 %.

Le virus a-t-il rapproché Netanyahu et Gantz ?

Le chef du Likud Benjamin Netanyahu et son homologue de Kakhol lavan Benny Gantz, sont-ils, sans accolades évidemment, en train d’enterrer la hache de guerre après une année de rivalité amère.

Après que Netanyahu a publié sur Facebook mardi les nouvelles directives enjoignant les Israéliens à rester chez eux, pour leur propre sécurité, Gantz a partagé sa publication et écrit : « quand il est question de la vie des gens, il n’y a pas de politique. Israël passe avant tout. Faites attention à vous et à vos familles et conformez-vous pleinement aux instructions. »

Netanyahu a relayé le « partage » de Gantz avec un simple : « très important, merci Benny ».

Profitant de cette effusion amicale, le président Reuven Rivlin a partagé les dernières publications et écrit « peut-être qu’on peut continuer ceci autour d’une table au cabinet, les amis ? »

אולי נמשיך עם זה על שולחן הממשלה חברים?Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו בני גנץ – Benny Gantz

פורסם על ידי ‏Reuven Ruvi Rivlin – ראובן רובי ריבלין‏ ב- יום רביעי, 18 במרץ 2020

Tsahal et la distanciation sociale, pas si simple

Dernière preuve en date que l’armée a du mal à appliquer les dispositions du ministère de la Santé en matière de distanciation sociale, Amir Buhbut de Walla a publié sur Twitter deux vidéos montrant des groupes de soldats en mission d’entraînement, collés serrés.

https://twitter.com/amirbohbot/status/1240218909497864192

Jusqu’à présent, l’armée a signalé neuf cas de contamination par le virus et a pris des mesures pour l’empêcher de se propager dans ses rangs, en demandant aux soldats de se préparer à rester sur la base pendant un mois ou plus et en interdisant les visites.

Cependant, des photos et des vidéos de l’armée ont montré des soldats en groupes importants comme en temps normal.

Sigal Sudetsky : pas de suivi des données cellulaires en cas de confinement total

Sigal Sudetsky, directrice de la santé publique au sein du ministère de la Santé, a déclaré à la Douzième chaîne que si un confinement complet était imposé, « nous n’utiliserions pas de méthodes technologiques pour vérifier qui le transgresse ».

Le gouvernement a donné mardi au Shin Bet et à la police des pouvoirs d’urgence pour collecter des données téléphoniques afin d’aider à endiguer l’épidémie de coronavirus », explique Sigal Sudetsky.

Selon la Douzième chaîne, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan s’est exprimé sur le caractère inévitable d’un confinement total et a demandé à la police de présenter un plan pour mettre en œuvre cette mesure.

Dans le cadre d’un confinement, il sera interdit aux Israéliens de quitter leur domicile, sauf s’ils ont une autorisation spéciale pour travailler, s’approvisionner ou bénéficier de soins médicaux, a indiqué la chaîne.

Sigal Sudetzky, directrice de la santé publique au ministère de la Santé, en conférence de presse en pleine pandémie de coronavirus, le 27 février 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Coronavirus : un premier mort en Turquie

La Turquie a annoncé mardi le premier décès lié au coronavirus dans le pays, où le nombre de personnes contaminées s’élève à 98.

« Aujourd’hui, j’ai perdu mon premier patient dans notre lutte contre le coronavirus », a déclaré le ministre de la Santé, Fahrettin Koca, lors d’une conférence de presse. Il s’agit d’un homme de 89 ans qui a contracté le virus après avoir été en contact avec un employé en lien avec la Chine.

Par ailleurs, le nombre de cas de contamination a augmenté de 47 à 98, a-t-il annoncé, précisant que « la grande majorité des personnes testées positives se rétablissent ».

La Turquie a pris une série de mesures pour endiguer la pandémie, dont la suspension de nombreuses liaisons aériennes, la fermeture des lieux culturels, restaurants, cafés ou encore salons de mariage, ainsi que des écoles et universités.

Les autorités ont également annoncé lundi la suspension des prières collectives dans les mosquées.

Coronavirus : un mort au Burkina Faso, le premier en Afrique subsaharienne

Le Burkina Faso a enregistré son premier décès lié au coronavirus, qui est aussi le premier en Afrique subsaharienne, a annoncé mercredi le coordonnateur national contre l’épidémie.

« Nous avons enregistré dans la nuit le décès d’une patiente de 62 ans, diabétique, qui était sous réanimation », a déclaré lors d’un point de presse le professeur Martial Ouédraogo, coordonnateur de la réponse à l’épidémie de coronavirus dans ce pays très pauvre du Sahel.

Sept nouveaux cas ont été enregistrés au Burkina, « ce qui porte le nombre de malades à 27, dont 15 femmes et 12 hommes », a-t-il poursuivi.

Un premier cas en dehors de la capitale Ouagadougou a été confirmé, à Bobo Dioulasso, la deuxième ville du pays, a précisé M. Ouédraogo.

Avec ces nouveaux cas au Burkina, le nombre total de cas de coronavirus s’élève à 576 dans toute l’Afrique (Afrique du nord et subsaharienne), dont 15 décès (6 en Egypte, 5 en Algérie, 2 au Maroc, 1 au Soudan et un au Burkina).

Le Burkina a décidé samedi la fermeture de tous les établissements scolaires et la suspension jusqu’à fin avril des manifestations et rassemblements publics et privés, pour tenter d’endiguer la progression de l’épidémie.

Acte d’accusation déposé contre un individu qui a enfreint une quarantaine

La police a pour la première fois déposé des actes d’accusation à l’encontre d’une personne qui a enfreint une quarantaine, selon un porte-parole.

Le suspect est accusé d’être sorti au moins à trois reprises malgré l’ordre de mise en auto-quarantaine.

La police cherche à mettre derrière les barreaux sans caution les personnes qui transgressent leur quarantaine.

Selon le porte-parole, 86 enquêtes ont été ouvertes contre des personnes soupçonnées d’avoir enfreint la quarantaine. 12 personnes font l’objet d’une enquête ou sont soupçonnées d’avoir diffusé de fausses informations.

L’air à Tel Aviv reste pollué, malgré le confinement partiel

Les niveaux de pollution dans certaines zones proches de Tel-Aviv sont encore élevés malgré le confinement d’une grande partie du pays, selon les données du ministère de la Protection de l’environnement et du site de l’Air Quality Index Project.

Des niveaux élevés d’oxyde d’azote (NOx) sont enregistrés à l’échangeur Hashalom, très fréquenté, dans le centre de Tel-Aviv et dans la région de Holon, au sud de Tel-Aviv.

Le NOx est un polluant courant dans les émissions des véhicules. Les Israéliens ont été invités à travailler depuis leur domicile et à éviter de sortir, sauf pour des raisons spécifiques, comme l’achat de provisions.

Moins d’Israéliens dehors, mais les rues ne sont pas vides

Une caméra de surveillance de la circulation placée au croisement Morasha, à l’est de Tel Aviv, généralement bondé, indiquent que la plupart des Israéliens semblent être effectivement chez eux, même si ce n’est pas le cas de la totalité des citoyens.

L’échangeur Morasha près de Tel Aviv, le 18 mars 2020. (Capture décran : CtConnect)

Une autre caméra qui filme en direct une plage de Tel Aviv montre certaines personnes en balade, même si c’est incomparable avec les foules d’hier.

Une plage de Tel Aviv le 18 mars 2020. (Capture décran : balticlivecam.com)

Des Israéliens cherchent des moyens pour faire accélérer les tests

Le centre médical Rambam et l’université Technion de Haïfa ont mis au point un moyen plus rapide et plus efficace de tester les gens pour le nouveau coronavirus, en mettant en commun les prélèvements.

Selon l’hôpital, en testant les prélèvements de 32 ou 64 patients à la fois, il peut rapidement exclure qui est porteur du virus. Ce n’est que dans les cas où le virus est détecté que les individus du groupe de patients subissent des tests pour déterminer qui est porteur du COVID-19.

Ils ont déclaré dans un communiqué que la méthode a permis de repérer un échantillon dans lequel il y avait un porteur sur 64.

La mise en commun est utilisée depuis la Seconde Guerre mondiale et a été proposée dans les années 1990 comme moyen de dépistage du VIH.

« Il y a en effet quelques difficultés logistiques à exploiter la méthode, mais nous espérons qu’elle pourra augmenter le nombre de tests et trouver même des porteurs sains, ceux qui ne présentent pas de symptômes. Cette possibilité peut réduire le risque d’infection et aplatir la courbe », a expliqué le professeur Roi Kishoni du Technion.

Gilad Erdan : le confinement total « est une décision inévitable »

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, aurait déclaré à la police et à d’autres agences de sécurité intérieure qu’un confinement total du pays était en cours.

« Nous devons nous préparer à la possibilité d’un arrêt complet, c’est une décision inévitable », dit-il, selon la radio de l’armée.

Israël s’apprête à verrouiller complètement le pays, mais le gouvernement a jusqu’à présent évité d’imposer un confinement, exhortant les Israéliens à rester chez eux, mais autorisant les gens à quitter leur domicile pour diverses raisons.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, s’exprime lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 13 septembre 2018. (Roy Alima/Flash90)

L’ouverture d’une station de dépistage COVID-19 à Tel Aviv retardée (média)

La cause du retard ? Une pénurie de kits de test et d’écouvillons, selon le rapport. Le centre ne dispose de kits que pour une seule journée, mais essaie d’en rassembler davantage dans divers hôpitaux, selon la chaîne.

Le service d’urgence du Magen David Adom qui devait ouvrir le centre mercredi matin, prévoit d’en déployer davantage dans d’autres grandes villes dans les prochains jours. Mais maintenant, on ne sait pas quand cela sera opérationnel.

Une fois en service, les personnes avec une note d’un médecin pourront visiter le centre et se faire tester sans avoir à quitter leur voiture.

Un employé de Shaare Zedek et son fils contaminés

L’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem dit qu’un manipulateur en électro-radiologie médicale (IRM) a contracté le coronavirus, ainsi que son bébé.

Leur état de santé n’a pas été précisé.

Les deux individus étaient présents dans l’unité de soins intermédiaires de l’hôpital, selon l’hôpital, et l’homme est maintenant isolé.

La nouvelle signifie que plusieurs membres du personnel de l’unité d’IRM des hôpitaux et de l’IMCU doivent entrer en quarantaine.

Le personnel médical s’est plaint du manque d’équipements de protection et les responsables craignent que les hôpitaux ne soient débordés car les médecins et autres personnes qui entrent en contact avec des Israéliens malades sont contraints de rester chez eux.

A LIRE – Covid-19: les soignants de plusieurs pays désemparés par le manque de protection

Le coronavirus a été « sous-estimé » par les responsables politiques (UE)

La présidente de la Commission européenne a admis que les responsables politiques avaient tous « sous-estimé » l’ampleur du danger représenté par l’épidémie du nouveau coronavirus, dans une interview publiée mercredi par le quotidien allemand Bild.

« Je pense que nous tous, qui ne sommes pas experts, avons sous-estimé au départ le coronavirus », a déclaré Ursula von der Leyen au journal.

« Mais entre-temps il devenu clair qu’il s’agit d’un virus qui va nous occuper encore longtemps », a ajouté la présidente de l’exécutif européen.

« Nous avons compris que toutes ces mesures, qui il y a encore deux ou trois semaines paraissaient drastiques et draconiennes, devaient être prises à présent », a estimé Mme von der Leyen, en rappelant que l’Europe était « en ce moment l’épicentre de la crise ».

Elle a néanmoins réfuté le terme de « guerre » contre le virus employé cette semaine par Emmanuel Macron.

« Personnellement, je n’utiliserais pas le terme de guerre mais je comprends la motivation du président français car le coronavirus est un adversaire inquiétant », a dit la présidente de la Commission.

Dans cette photo prise le 13 décembre 2019, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen observe la salle lors d’une conférence de presse au bâtiment Europa à Bruxelles. (Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Pour le ministre allemand de l’Economie, les Etats-Unis de Donald Trump ont pris eux encore plus à la légère le virus au départ qu’en Europe.

« Le déclenchement de la crise a été probablement encore plus sous-estimé aux Etats-Unis que dans certains pays européens », a dit mercredi Peter Altmaier au groupe de presse régional allemand Funke.

« C’est la raison pour laquelle nous espérons beaucoup que les Etats-Unis parviennent à contrôler la situation, aussi dans notre propre intérêt », a-t-il ajouté, soulignant que « personne ne peut souhaiter que cette économie tombe dans une récession incontrôlée ».

7 873 morts recensés, 194 000 porteurs dans 150 pays

Le nouveau coronavirus a fait au moins 7.873 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 9h00 GMT.

Plus de 194.000 cas d’infection ont été dénombrés dans 150 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’imparfaitement la réalité, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

Depuis le comptage réalisé la veille à 17h00 GMT, 60 nouveaux décès et 4.321 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l’épidémie s’est déclarée fin décembre, a dénombré au total 80.894 cas, dont 3.237 décès et 69.601 guérisons. 13 nouveaux cas et 11 nouveaux décès ont été annoncés entre mardi et mercredi.

Ailleurs dans le monde, on recensait mercredi à 9h00 GMT un total de 4.636 décès (49 nouveaux) pour 113.113 cas (4.308 nouveaux).

Les pays les plus touchés après la Chine sont l’Italie avec 2.503 morts pour 31.506 cas, l’Iran avec 988 morts (16.169 cas), l’Espagne avec 491 morts (11.178 cas) et la France avec 175 morts (7.730 cas).

Depuis mardi à 17h00 GMT, la Moldavie et la Turquie ont annoncé les premiers décès liés au virus sur leur sol. Le Kirghizistan, le Monténégro, Djibouti et la Gambie, ont eux annoncé le diagnostic de premiers cas.

L’Asie totalisait mercredi à 9h GMT 93.766 cas (3.383 décès), l’Europe 73.517 cas (3.353 décès), le Moyen-Orient 18.033 cas (1.004 décès), les Etats-Unis et le Canada 6.324 cas (104 décès), l’Amérique latine et les Caraïbes 1.222 cas (9 décès), l’Océanie 576 cas (6 décès) et l’Afrique 569 cas (14 décès).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Smotrich finalement « pas à l’aise » avec le suivi des portables

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich (Yamina), qui a contribué à la rédaction des mesures d’urgence permettant la collecte de données cellulaires des cas avérés de coronavirus et de ceux qui ont été à leur contact, a déclaré qu’il n’est pas totalement à l’aise avec ces règles.

« Je ne suis pas complètement à l’aise avec le modèle actuel de suivi cellulaire. Quelque chose manque dans la supervision », a-t-il dit à la radio de Kan.

Smotrich, connu pour ses critiques dirigées contre le Shin Bet, a néanmoins voté en faveur de cette mesure controversée pendant une réunion téléphonique nocturne sur le sujet.

Certains activistes et députés ont tiré la sonnette d’alarme sur l’élargissement des pouvoirs, les risques d’abus et le manque de surveillance et de transparence.

Bezalel Smotrich prend la parole lors d’une réunion de la Commission de l’Intérieur à la Knesset, le 1er janvier 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Bar Siman-Tov: les cas grimpent, les hôpitaux vont s’écrouler

Le directeur du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, a déclaré à la radio de l’armée qu’il craignait que les hôpitaux ne soient bientôt envahis de cas et que les professionnels ne puissent pas traiter tout le monde.

« Nous atteindrons la centaine de patients par jour, voire plus », a-t-il averti.

Il a ajouté que pour éviter la surpopulation, le ministère étudie l’immunité des patients guéris, qui ne seraient plus contagieux et pourraient rentrer chez eux.

Jusqu’à présent, 11 personnes ont guéri.

Selon le ministère, 236 personnes sont hospitalisées, 26 autres sont sur le point de l’être et aucune décision n’a été prise quant à la suite à donner à 83 autres cas.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, assiste à une conférence de presse sur le coronavirus, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 8 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Transavia et Hop! s’apprêtent à suspendre tous leurs vols

La filiale à bas coût d’Air France-KLM, Transavia France, et sa filiale régionale Hop! s’apprêtent à suspendre l’intégralité de leurs vols dans les prochains jours en raison de l’épidémie de coronavirus, a-t-on appris auprès du groupe.

Transavia France, qui exploite 38 avions, « va arrêter ses vols dans les prochains jours », a affirmé un porte-parole à l’AFP, sans être en mesure dans l’immédiat de préciser les dates d’arrêt et de reprise des vols envisagées.

La compagnie participe actuellement au rapatriement de Français bloqués à l’étranger alors que nombre de pays (Sénégal, Maroc, Algérie, Turquie…) ont suspendu les liaisons aériennes vers l’Europe.

Transavia a notamment effectué à ce stade 39 vols pour rapatrier plus de 7.000 personnes, essentiellement du Maroc, selon le porte-parole.

S’agissant de la filiale régionale Hop! (69 appareils), « les opérations seront temporairement suspendues d’ici la fin de semaine », a affirmé à l’AFP un porte-parole d’Air France, confirmant une information de La Tribune. La date de reprise envisagée n’a pas été précisée.

Ces décisions s’inscrivent dans le cadre de la réduction du programme de vols annoncé lundi par Air France-KLM. Le groupe franco-néerlandais prévoit de réduire son activité de 70 % à 90 % lors des deux prochains mois au moins, en raison des restrictions de déplacement et de l’effondrement de la demande face à la propagation du coronavirus.

Un Boeing 737 de la compagnie Transavia à l’aéroport de Paris-Orly. (Crédit : CC BY Mathieu Marquer/Flickr)

Lapid fustige les directives d’un « gouvernement illégal »

Yair Lapid, député du parti Kakhol lavan, a été critiqué pour avoir diffusé une vidéo dans laquelle il semble remettre en cause les directives du ministère de la Santé, enjoignant les Israéliens à rester cloîtrés chez eux.

« Demandes-vous dans quel genre de pays, un gouvernement non-élu dit à ses citoyens de ne pas sortir de chez eux », a-t-il dit dans une vidéo.

Il a ensuite précisé qu’il critiquait l’absence de mandat du gouvernement et non pas les directives.

« Les instructions de confinement ne sont pas le problème, le fait qu’elles soient données par un gouvernement illégitime est un problème, entre autres », a-t-il tweeté à Amit Segal l’un des chroniqueurs de la Douzième chaîne à droite de l’échiquier politique.

Kakhol lavan a été chargé lundi de former un gouvernement, mais tant que ce n’est pas pas fait, le gouvernement intérimaire dirigé par le Likud reste de facto au pouvoir.

Le député Yair Lapid à la Fondation des alliés d’Israël, le 9 décembre 2019 (Crédit : Avi Hayun)

Un couple de soldats contaminés – armée

L’armée israélienne a fait savoir que deux des nouveaux cas de coronavirus signalés sont des militaires de profession, un couple originaire du centre d’Israël.

L’armée a indiqué que leur état de santé était bon.

Ils sont respectivement les huitième et neuvième cas au sein de l’armée, et ont été en contact avec un autre cas confirmé, a indiqué l’armée.

L’augmentation du nombres de cas due à l’augmentation du nombre de tests

L’augmentation du nombre de cas confirmés de COVID-19 est notamment due à une augmentation du nombre de tests effectués, a expliqué le docteur Arnon Afek, de l’hôpital Sheba, à la Douzième chaîne.

La majeure partie des personnes contaminées, soit 401, sont dans un » « état léger » ce qui signifie qu’il ne présente pas ou peu de symptômes de la maladie.

La circulation réduite à Jérusalem mais la ville n’est pas déserte

Malgré les directives émises par le ministère de la Santé, enjoignant les Israéliens à reste chez eux à moins que ce ne soit absolument nécessaire, les rues de Jérusalem n’étaient pas désertes mercredi matin.

Un correspondant du Times of Israël à Jérusalem a signalé qu’il y avait de la circulation, même si les rues étaient moins prises d’assaut qu’à l’accoutumée, et des personnes marchaient sur les trottoirs ou attendaient les bus qui fonctionnent toujours.

Cela inclut les quartiers non-ultra-orthodoxes.

Les Israéliens ont reçu l’ordre de se confiner à moins qu’ils n’aient besoin d’aller travailler dans certaines conditions, ou d’aller chercher des provisions ou d’autres fournitures essentielles.

Arrestations lors d’un mariage à Beit Shemesh

Trois personnes ont été arrêtées après avec été impliquées dans un mariage ultra-orthodoxe dans la ville de Beit Shemesh, au centre d’Israël, selon des médias en hébreu.

La Douzième chaîne a décrit un mariage aux « multiples participants ».

Des photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des dizaines d’hommes agglutinés et dansant pendant la fête.

Les autorités israéliennes ont demandé l’annulation de tous les évènements et la police a été mobilisée pour s’assurer du respect des règles de distanciation sociale, visant à enrayer la propagation du nouveau coronavirus au sein de la population israélienne.

Les trois personnes arrêtées sont un résident de Beit Shemesh, un résident de Jérusalem-Est et un ressortissant étranger.

Par ailleurs, un individu a été arrêté au mariage pour avoir enfreint les conditions de sa quarantaine, en contaminant potentiellement les personnes présentes.

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 grimpe à 427

Le ministère de la Santé a annoncé que le nombre d’Israéliens infectés s’élève à 427 cas, dont 5 personnes dans un état grave et 11 qui se sont rétablies.

Cela représente une hausse de près de 90 cas depuis mardi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
En direct

Netanyahu : « La dernière chose que je ferais, c’est de nuire à la démocratie »

Le Premier ministre a déclaré qu’il espérait que la Knesset rouvrirait bientôt.

Interrogé spécifiquement sur un récent programme de surveillance de masse approuvé par le gouvernement sans aucun contrôle parlementaire, il a nié tout méfait, arguant qu’il avait voulu l’approbation d’une commission de la Knesset, mais qu’il avait été contraint d’agir rapidement.

« J’ai exigé un contrôle maximal sur ce point. Les préoccupations liées à la mauvaise utilisation de ces données ne se situent pas seulement d’un côté de la sphère politique », a-t-il assuré.

Netanyahu ajoute qu’il s’est abstenu d’utiliser la surveillance de masse contre les citoyens israéliens dans le passé « afin de défendre l’individu. Je les ai protégés ».

Le Premier ministre a également prétendu à tort que les efforts de Kakhol lavan pour former un gouvernement minoritaire étaient sans précédent dans le monde démocratique. Il y a eu des gouvernements minoritaires – dans lesquels la coalition au pouvoir a besoin du soutien de factions extérieures – en Irlande, au Canada, au Royaume-Uni, en Norvège, en Suède, au Danemark et dans d’autres pays.