« Non au nettoyage ethnique », scandé en Mauritanie
Rechercher

« Non au nettoyage ethnique », scandé en Mauritanie

Une marche, organisée à l’appel de partis du pouvoir et de l’opposition et d’organisations de la société civile, a eu lieu du centre-ville au siège du Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud) dans la capitale mauritanienne, sur une distance de 5 km.

Une rencontre en visioconférence des ministres des Affaires étrangères des cinq pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA : Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye) est par ailleurs prévue jeudi matin, pour « soutenir le peuple palestinien frère », selon un communiqué du gouvernement mauritanien publié mercredi.

« Massacre sans précédent », pouvait-on lire sur une pancarte brandie mercredi à Nouakchott, au nombre d’au moins 10 000 selon un journaliste de l’AFP et estimés à des dizaines de milliers par les organisateurs.

Dans un texte remis aux responsables du Pnud à Nouakchott à la fin de la marche, les organisateurs appellent l’ONU à « prendre (ses) responsabilités face à ce massacre d’enfants, de femmes et de vieillards sans défense et à sanctionner les criminels israéliens ».

« Halte aux massacres d’innocents », « Non au nettoyage ethnique », « Tous pour la défense de la Palestine », ont scandé les participants encadrés par la police.

La Mauritanie a rompu ses relations diplomatiques avec Israël en 2009.

C’est vous qui le dites...