Louis C.K, fustigé après des blagues sur Auschwitz et les rescapés de Parkland
Rechercher

Louis C.K, fustigé après des blagues sur Auschwitz et les rescapés de Parkland

Alors que le comédien discrédité tente de faire son retour, il s'attaque à des sujets d'une manière que le réalisateur Judd Apatow qualifie de "grotesque, peu drôle, superficiel"

Louis C.K., participant aux célébrations de FX et Vanity Fair Emmy à Craft à Century City, Californie, le 15 septembre 2017. (Crédit : AFP / GETTY IMAGES D'AMÉRIQUE DU NORD / Rich Fury / File)
Louis C.K., participant aux célébrations de FX et Vanity Fair Emmy à Craft à Century City, Californie, le 15 septembre 2017. (Crédit : AFP / GETTY IMAGES D'AMÉRIQUE DU NORD / Rich Fury / File)

JTA – Le comédien discrédité Louis C.K a divulgué quelques blagues sur Auschwitz et les Juifs, entre autres sur les survivants de fusillades dans les écoles, les personnes LGBTQ et les personnes handicapées, dans un numéro de stand-up.

Le spectacle, que C.K a présenté le 16 décembre, a été critiqué pour une série de blagues offensives.

En novembre 2017, il a avoué s’être masturbé devant plusieurs comédiennes. Il a discrètement planifié son come-back.

Au début du spectacle, C.K dit qu’à la suite du scandale #MeToo, il « préfère être à Auschwitz » qu’à New York City.

« Je veux dire Auschwitz maintenant, pas Auschwitz de l’époque », dit-il. « Il y a une boutique de cadeaux, un Starbucks. Les gens achètent des billets pour y aller. »

Le spectacle inclut également un long passage sur son médecin juif, qu’il traite de « pédé juif ».

« Il m’a dit : ‘Tu dois arrêter de manger de la glace’. Je lui ai dit : ‘Tu dois aller te faire f**e toi-même, et ne me touche plus jamais, vieille tapette, vieille tapette juive' », raconte C.K.

Le spectacle comprend une séquence de deux minutes au cours de laquelle C.K se moque des personnes de genre non binaire, ainsi que des survivants de la fusillade dans une école de Parkland, en Floride.

« Parce que tu fréquentais un lycée où des enfants se sont fait tirer dessus ? » a-t-il dit.  » Cela veut dire que je dois t’écouter ? Pourquoi ça te rend intéressant ? Tu ne t’es pas fait tirer dessus. Tu as emmené un gros gosse sur les lieux et maintenant je dois t’écouter parler ? »

Le spectacle a suscité un flot de réactions négatives sur Twitter. Le réalisateur Judd Apatow a tweeté que le spectacle était « grotesque, peu drôle, superficiel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...