Manifestation à Ashdod contre la fermeture des magasins le Shabbat
Rechercher

Manifestation à Ashdod contre la fermeture des magasins le Shabbat

La manifestation intervient alors que la municipalité a intensifié l'application du règlement municipal empêchant les entreprises de la ville d'ouvrir pendant le jour de repos juif

Des manifestants protestent devant la municipalité d'Ashdod contre la fermeture d'entreprises le jour du Shabbat, le 20 janvier 2018. (Flash90)
Des manifestants protestent devant la municipalité d'Ashdod contre la fermeture d'entreprises le jour du Shabbat, le 20 janvier 2018. (Flash90)

Des milliers de résidents de la ville d’Ashdod, dans le sud du pays, ont protesté samedi contre la fermeture des commerces de la ville le jour du Shabbat.

La manifestation intervient une semaine après l’adoption par la Knesset d’une loi accordant au ministre de l’Intérieur le pouvoir de déroger aux règlements municipaux permettant l’ouverture des épiceries pendant le jour de repos juif. Les détracteurs de la loi ont dénoncé un décret religieux, tandis que ses partisans ont déclaré qu’il était nécessaire de maintenir le statu quo de longue date en Israël concernant les entreprises travaillant pendant le Shabbat.

Coïncidant avec le vote de la loi, la ville a intensifié son application d’un règlement empêchant les entreprises d’ouvrir le Shabbat, la municipalité ayant publié une annonce d’aide pour les inspecteurs du Shabbat plus tôt cette semaine.

Les manifestants d’Ashdod ont accusé la municipalité de faire preuve de discrimination à l’encontre des résidents laïcs et de s’engager dans une « coercition religieuse ».

« Nous sommes venus pour rendre Ashdod aux Ashdodiens », ont scandé des manifestants, selon la chaîne d’information Hadashot. « Nous ne sommes pas contre les religieux, mais nous disons aux membres ultra-orthodoxes de la Knesset : « ne touchez pas à Ashdod. »

Les manifestants ont également appelé à la démission du maire d’Ashdod, Yehiel Lasri.

Des manifestants protestent à Ashdod contre la fermeture d’entreprises dans la ville le jour du Shabbat, le 20 janvier 2018. (Flash90)

Un grand nombre de manifestants se sont rassemblés devant l’hôtel de ville d’Ashdod. La radio israélienne a évalué à 2 500 le nombre total de manifestants.

Ashdod, qui compte un grand nombre de résidents de l’ex-Union soviétique, a connu une augmentation de sa population ultra-orthodoxe ces dernières années, ce qui a provoqué des tensions politiques entre les deux groupes sur les questions relatives à l’observance religieuse.

Le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, participe à une manifestation à Ashdod contre la fermeture des commerces dans la ville le Shabbat, le 20 janvier 2018. (Yesh Atid)

Yair Lapid, dont le parti Yesh Atid fait campagne depuis longtemps contre l’influence religieuse dans la sphère publique, s’est rendu sur les lieux de la manifestations pour apporter son soutien et a demandé à ce que la loi sur les magasins de proximité soit abrogée.

« Nous sommes venus ici à Ashdod parce que cette loi insultante sur les épiceries doit disparaître », a-t-il dit. « La coercition ultra-orthodoxe ne peut pas diriger l’Etat d’Israël. »

Lapid a également dit qu’il abrogerait la loi si son parti gagnait les prochaines élections. Des sondages récents ont mis Yesh Atid au coude à coude avec le Likud.

Plus tôt, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a visité une zone commerciale ouverte de la ville.

Son parti Yisrael Beytenu, dont les partisans comprennent un grand nombre d’Israéliens laïcs de l’ex-Union Soviétique, s’est opposé à la loi sur les épiceries, bien qu’il fasse partie de la coalition.

« Ceux qui disent que la loi sur les petits commerces ne changera rien ont tort et se trompent. Cette [loi] va créer une division encore plus grande dans la nation », a déclaré Liberman, cité par Hadashot.

« Tout comme je respecte ceux qui vont à la synagogue le jour du Shabbat, je m’attends à ce qu’ils respectent ceux qui vont se payer un café. »

Les médias religieux ont critiqué Liberman pour sa visite à Ashdod, et sa violation de la loi juive relative au Shabbat, ainsi que sa décision d’interdire au rabbin séfarade en chef d’Israël et à deux autres rabbins de participer à des événements militaires, après qu’ils se soient prononcés contre l’intégration des femmes soldats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...