Loi sur les commerces pendant Shabbat : l’opposition se mobilise
Rechercher

Loi sur les commerces pendant Shabbat : l’opposition se mobilise

Hasson a assuré que l'opposition "établira les paramètres du débat, la longueur et le moment du vote" ; Liberman a qualifié la loi d' "absurde"

Illustration d'un homme faisant ses courses au supermarché (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Illustration d'un homme faisant ses courses au supermarché (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le coordinateur de l’opposition Yoel Hasson a fait savoir lundi que l’opposition était parvenue à empêcher la coalition de mettre des limites au débat en plénière pour le vote final de la loi dite des magasins de proximité.

S’exprimant lors de la réunion hebdomadaire de son parti (Union sioniste), Hasson a assuré que l’opposition « établira les paramètres du débat, la longueur et le moment du vote ».

La coalition avait initialement cherché à limiter le débat à neuf heures tandis que l’opposition réclamait 14 heures au total.

« Nous prévoyons d’utiliser tous les outils à notre disposition », a commenté Hasson.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la réunion du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a qualifié lundi « d’absurde » la loi sur la fermeture des petits commerces lors du Shabbat.

Il a promis de « faire tout ce que nous pouvons pour arrêter cette loi », notant que son parti Yisrael Beytenu rompra alors avec la coalition. Quatre de ses cinq membres se prononceront contre cette législation et l’un d’eux – la ministre de l’Immigration Sofa Landver — ne prendra pas part au vote.

« Nous travaillerons avec nos représentants dans toutes les municipalités pour arrêter cela », a-t-il commenté.

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a raillé lundi la loi dite des petits commerces lors de la réunion hebdomadaire de sa formation politique.

« C’est une loi nuisible, plus que tout », a-t-il dit en commentant la mesure qui fermerait les commerces de proximité lors du Shabbat. « Elle dicte aux gens comment vivre leurs propres vies ».

Yair Lapid, leader du parti Yesh Atid, prend la parole lors d’une réunion à la Knesset le 25 décembre 2017. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Lapid a ajouté que la loi dessert davantage le caractère sacré du Shabbat qu’elle ne le préserve.

« Le Shabbat​​ est censé être fédérateur. Et là, c’est le contraire », a-t-il déclaré.

Le projet de législation, parrainé par Aryeh Deri, président du parti ultra-orthodoxe Shas, accorderait à son ministère de l’Intérieur la capacité de superviser et de rejeter des ordonnances locales relatives à l’ouverture des commerces le jour du Shabbat, qui dure du vendredi soir jusqu’à la nuit du samedi.

« On ne va pas nous apprendre ce qu’est le Shabbat. Nous allumons nous aussi des bougies pour Shabbat chez nous, mais on ne peut pas autoriser les gens à s’immiscer dans les foyers et à décider comment il faut vivre », a conclu Lapid.

Les deuxième et troisième votes sur le projet de loi, qui vise à donner au ministère de l’Intérieur la capacité de faire fermer les commerces le jour du Shabbat, devraient avoir lieu aujourd’hui en fin d’après-midi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...