Manifestation des enseignants qui dénoncent le non-paiement de leurs salaires à Tel-Aviv
Rechercher

Manifestation des enseignants qui dénoncent le non-paiement de leurs salaires à Tel-Aviv

Les manifestants s'en sont pris à Bennett lors d'un rassemblement devant le ministère, l'appelant à 'régler une injustice historique'

Des enseignants israéliens protestent devant le ministère de l'Education à Tel Aviv le 19 octobre 2016, (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Des enseignants israéliens protestent devant le ministère de l'Education à Tel Aviv le 19 octobre 2016, (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Des centaines d’enseignants ont manifesté mercredi matin devant le ministère de l’Education à Tel Aviv pour dénoncer le non-paiement de la totalité de leur salaire du mois de septembre.

Certains affirment avoir reçu jusqu’à 3 000 NIS de moins que leur salaire habituel.

Les personnels de l’Education ont directement fait part de leur frustration à leur ministre de tutelle Naftali Bennett, brandissant des pancartes sur lesquelles étaient écrit : « Bennett, pas la peine de t’excuser, contente-toi de payer ».

“C’est insultant, humiliant, et cela nous donne le sentiment d’être des travailleurs de seconde zone”, a déclaré un professeur, qui s’est présenté sous le nom de Shlomi d’Ashdod, au site d’information Ynet en amont de la manifestation.

« Le ministère de l’Intérieur demande que nous soyons les meilleurs et les plus remarquables des enseignants, et nous demandons donc au ministère de l’Education de faire preuve d’excellence dans son travail et qu’il nous paie en temps, en heure, et en totalité ».

Naftali Bennett à la frontière entre Israël et la bande de Gaza au deuxième jour de l'opération Bordure protectrice, le 9 juillet 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Naftali Bennett à la frontière entre Israël et la bande de Gaza au deuxième jour de l’opération Bordure protectrice, le 9 juillet 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

“Nous ne demandons pas plus que ce à quoi nous avons droit”, a expliqué Tal Kanias, l’un des leaders du mouvement, à Ynet. “Nous voulons notre salaire qui vient sanctionner un dur travail. C’est une opportunité pour le ministre de l’Education de mettre un terme à cette injustice historique.”

Selon le ministère incriminé, les salaires n’ont été payés que partiellement en raison d’une erreur comptable. Il a fait savoir dans un communiqué que “dans les quelques cas où les enseignants n’ont pas reçu leur salaire en entier, le ministère a entrepris une série d’initiatives : l’ouverture de centres d’information, l’établissement d’un comité de travail particulier avec la participation des personnels enseignants et des proviseurs, et le transfert des fonds quand ils sont nécessaires ».

Le mouvement de protestation a débuté sur Internet, avec une série de posts qui, sur Facebook, ont drainé un vaste soutien et mené à l’organisation de la manifestation.

Les professeurs ont reçu l’appui d’un grand nombre de politiciens, dont la membre de la Knesset Zehava Galon, leader du parti Meretz, qui, à l’occasion d’un post publié sur Facebook a accusé Bennett de passer son temps à “télécharger des vidéos didactiques sur Souccot” sur sa propre page et « à protester contre la destruction à venir de l’avant-poste d’Amona plutôt que de s’assurer que les enseignants recevront bien leur salaire exact ».

La parlementaire Ksenia Svetlova, de l’Union Sioniste, a également critiqué le ministre de l’Education, disant que “Bennett a beaucoup à se faire pardonner auprès des professeurs qui manifestent ici aujourd’hui. Il a oublié qu’il est ministre de l’Education et non des colonies”.

Svetlova a ajouté qu’ ”au lieu de régler l’injustice qui a frappé des milliers d’enseignants, qui sont les employés de ce ministère, Bennett préfère investir toute son énergie pour combattre la décision de l’Etat d’évacuer Amona. C’est probablement plus attractif et cela fait davantage les gros titres ».

Des enseignants israéliens protestent devant le ministère de l'Education à Tel Aviv le 19 octobre 2016, (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Des enseignants israéliens protestent devant le ministère de l’Education à Tel Aviv le 19 octobre 2016, (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Naftali Bennett a admis dans une vidéo en réponse au mouvement de protestation que “c’est un grave problème”. Le ministre a affirmé qu’il avait personnellement donné des instructions afin que les fonds dûs aux professeurs soient payés et il a promis des solutions à court-terme et à long-terme pour mettre au terme au problème.

Il a promis que cette question des paiements des salaires, qui est récurrente depuis 20 ans, sera résolue au cours de son mandat au ministère de l’Education. “Les principes d’orientation de mon action sont la justice et la transparence”, a affirmé Bennett.

« Les professeurs doivent savoir exactement ce qu’il se passe, ils doivent savoir pourquoi ils reçoivent ce montant et obtenir le salaire auquel ils ont droit ».

Dans une interview accordée à Ynet, il a indiqué que “la colère des professeurs est justifiée” et que les enseignants israéliens “recevront la totalité de leurs salaires en temps et en heure”.

Bennett et d’autres responsables ne se trouvaient pas dans leurs bureaux du ministère au moment de la manifestation en raison des congés de Souccot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...