Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Maoz a « honte » de voir un élu de la Knesset et son mari à un événement officiel

S’adressant à ses militants, le leader de Noam a dénoncé la présence du couple gay aux cérémonies officielles, "comme si c’était une norme juive authentique et acceptable"

Le chef de Noam, Avi Maoz, s'exprimant lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 28 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef de Noam, Avi Maoz, s'exprimant lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 28 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le député d’extrême droite Avi Maoz, chef et unique représentant du parti anti-LGBTQ Noam, a déclaré avoir été envahi par la « honte et la douleur » en raison de la présence du président de la Knesset ouvertement homosexuel Amir Ohana et de son conjoint lors des cérémonies officielles organisées par l’État pour Yom HaShoah, YomHaZikaron et Yom HaAtsmaout.

Dans une lettre adressée jeudi aux sympathisants du parti, Maoz s’est dit contrarié par le fait qu’Ohana et son mari Alon Hadad ont été présentés « aux yeux du monde entier » lors de ces événements comme « le président de la Knesset et son mari », comme s’il s’agissait d’une norme juive authentique et acceptable.

Le législateur fièrement homophobe a regretté son rôle dans la nomination du président de la Knesset lors de la formation du gouvernement.

« Certes, mon vote en faveur de sa nomination répondait à l’engagement de la coalition de soutenir l’orateur soutenu par le Likud, mais je n’ai pas réalisé que cette nomination deviendrait un symbole et un exemple de ce phénomène », a écrit Maoz, faisant apparemment référence aux couples unisexes.

Il a ajouté qu’il regrettait maintenant de ne pas avoir quitté la plénière de la Knesset pour protester contre le vote en faveur d’Ohana à la présidence de la Knesset.

« On ne peut accepter, fût-ce par le silence ou l’absence de protestation, un endoctrinement audacieux qui crée une nouvelle position publique célébrant un nouveau modèle familial et porte atteinte à nos valeurs fondamentales en tant que nation de Dieu et État juif », a déclaré Maoz, qui a promis qu’il interviendrait dorénavant sur ce sujet.

Ohana est la première personne ouvertement homosexuelle à occuper le poste clé de président de la Knesset.

Le président de la Knesset, Amir Ohana, à droite, et son mari Alon Hadad, assistent à une cérémonie d’État le jour du YomHazikaron, le 23 avril 2023. (Crédit : Capture d’écran vidéo)

Maoz, qui a d’abord été vice-ministre au bureau du Premier ministre en charge d’une cellule  « identité juive », a quitté le gouvernement fin février, sans pour autant quitter la coalition. Il a écrit dans une lettre de démission au Premier ministre Benjamin Netanyahu dans laquelle il se disait « choqué de constater qu’il n’avait aucune intention sérieuse d’honorer l’accord de coalition » qui lui accordait l’autorité d’établir des programmes « d’identité juive » dans un nouveau bureau de l’Identité nationale juive.

Le président de la Knesset, Amir Ohana, lors de la cérémonie du 75e anniversaire du Jour de l’Indépendance, organisée au Mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La semaine dernière, le législateur a toutefois déclaré au site d’information haredi Kikar HaShabbat que « dans les semaines à venir, il est possible que je reprenne mon poste, avec tous les pouvoirs » qui lui avaient été promis.

« Des négociations sont en cours et elles ont bien avancé, à ma satisfaction. Nous devons encore finaliser certains détails… et j’espère vraiment que tout se passera bien et que je reprendrai mes fonctions », a-t-il déclaré.

Depuis qu’il a quitté son poste de ministre, Maoz a continué à soutenir la coalition, composée de factions de droite, d’extrême droite et ultra-orthodoxes, en tant que membre de la Knesset.

Le député, homophobe déclaré qui a fait des déclarations misogynes sur le rôle des femmes dans la société et sur les courants non orthodoxes du judaïsme, s’est vu promettre 20 employés pour son bureau, ainsi que 440 millions de shekels sur les deux premières années.

Il était également prévu, dans le cadre de l’accord de coalition, de lui confier le contrôle d’un département du ministère de l’Éducation qui supervise les prestataires de programmes externes pour les écoles publiques. Cette nomination a suscité l’indignation de la population et les condamnations des députés de l’opposition, des parents et de certaines autorités locales. Cette unité reste actuellement du ressort du ministère de l’Éducation.

Au cours de sa brève période à son poste de ministre, Maoz a tenté, en vain, de réintroduire les mentions « père » et « mère » sur les formulaires officiels du ministère et d’abandonner les mentions « parent 1 » et « parent 2 », plus progressistes, introduites par la coalition précédente.

Le député Avi Maoz, à gauche, et le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, après avoir signé un accord de coalition, le 27 novembre 2022. (Crédit : Likud)

Il a également tenté de modifier la politique de l’État en faveur d’un espace de prières mixtes au mur Occidental. En février, le gouvernement a déclaré à la Cour suprême qu’il avait encore toujours l’intention de rénover la section réservée aux prières non orthodoxes.

Maoz a décrié cette position, écrivant dans sa lettre de démission à Netanyahu qu’il cherchait « à préserver le caractère sacré du mur Occidental et à mettre fin aux actions visant à le diviser ».

La prière mixtes, ainsi que les étiquettes de filiation progressives, font partie de ce que Maoz a appelé « des procédures qui visent à changer nos concepts de base, en tant que peuple d’Israël et famille juive ».

Depuis son irruption sur la scène politique en 2019, la campagne du parti Noam s’est concentrée sur la préservation d’une structure familiale hétéronormative.

En plus de l’unité de programmation éducative externe, Maoz s’est vu promettre le contrôle de Nativ, l’organisation chargée de traiter l’immigration juive en provenance des anciens États soviétiques. Cette décision a également suscité la controverse, car Maoz est favorable à une limitation des critères d’admissibilité à l’immigration en Israël.

Selon la loi juive, le judaïsme est transmis par la mère, bien que la loi israélienne reconnaisse deux générations d’ascendance patrilinéaire, strictement à des fins d’immigration. Maoz est favorable à un durcissement de la loi du retour et a déclaré vouloir éliminer la « clause des petits-enfants », qui permet à de nombreux Juifs de pays soviétiques d’immigrer.

Maoz a également déclaré qu’il créerait un département « Conscience de l’État juif » sous l’égide du bureau de l’identité nationale juive, mais le mandat et les responsabilités de cette unité n’ont jamais été précisés.

Carrie Keller Lynn a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.