Mariages illégaux: le procureur général suspend l’interrogatoire du rabbin
Rechercher

Mariages illégaux: le procureur général suspend l’interrogatoire du rabbin

Clamant "Je ne suis pas un criminel", Dov Haiyun de Haïfa a été arrêté jeudi à l'aube par la police ; l'opposition dénonce l'emprise orthodoxe sur les mariages

Le rabbin Dov Haiyun (Facebook)
Le rabbin Dov Haiyun (Facebook)

Le procureur général Avichai Mandelblit a ordonné jeudi à la police de mettre fin à l’interrogatoire d’un rabbin massorti arrêté plus tôt dans la journée au sujet des cérémonies de mariage qu’il a célébrées en dehors des auspices du Grand Rabbinat d’Etat.

La police a frappé à la porte du rabbin Dov Haiyun dans la ville de Haïfa, dans le nord du pays, vers 5 heures du matin, pour l’interroger, à la suite d’une plainte déposée par un tribunal rabbinique local.

Haiyun, qui célèbre des mariages non orthodoxes en Israël depuis des décennies, a été libéré plusieurs heures plus tard, après s’être engagé à comparaître pour une autre série d’interrogatoires lundi.

Cependant, Mandelblit a ordonné à la police de le libérer en attendant d’en savoir plus sur les circonstances des délits présumés de Haiyun.

Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à une conférence à l’Institut Van Leer de Jérusalem le 2 juillet 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Après une première analyse de la question, le procureur général a ordonné à la police de ne pas assigner le rabbin Haiyun pour une enquête judiciaire avant de savoir si ses agissements portent atteinte ou non au droit pénal », a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué.

Haiyun a déclaré avoir été choqué par son arrestation et a ajouté qu’Israël devenait une théocratie orthodoxe.

« L’Iran est déjà là. Je ne suis pas un délinquant, pas un meurtrier, pas un criminel », a déclaré Haiyun lors d’interviews avec les médias israéliens. « Je suis stupéfait ».

« Il m’est difficile de penser à une chose si peu juive à la veille du 9 Av », a ajouté, Haiyun en se référant à la date hébraïque à laquelle le Second Temple a été détruit. Selon la tradition, c’est la haine entre juifs qui a conduit à sa destruction par les Romains en 70 de notre ère. Le jour de jeûne qui commémore cet événement tombe dimanche.

« La police a été contrainte de se transformer en outil entre les mains du rabbinat orthodoxe. C’est un triste jour pour la démocratie israélienne », a-t-il ajouté.

Les responsables politiques, pour la plupart des partis d’opposition, ont déploré le fait que Haiyun soit arrêté par la police et ont critiqué la mainmise orthodoxe sur le rabbinat.

Avi Gabbay, chef de la principale faction d’opposition, l’Union sioniste, a accusé le rabbinat de vouloir écraser ses concurrents.

« Nous ne sommes pas en Iran ici ! » a-t-il dit dans un communiqué. « La police ne peut pas être au service de rabbins qui ont peur de la concurrence. Soyez accueillant, respectez les femmes qui veulent obtenir un guet [acte de divorce], offrez des prestations aux gens au lieu d’envoyer la police ! Je demande au chef de la police de s’assurer que ce premier incident sera aussi le dernier. »

La dirigeante du parti d’opposition de gauche Meretz, la députée Tamar Zandberg, a déclaré qu’elle avait l’intention de demander au ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan de rendre des comptes.

« Depuis quand la police israélienne est devenue une police religieuse qui arrête les gens pour leur foi et qui célèbrent leur mariage selon leurs coutumes », a-t-elle demandé. « Ce qui est clair, c’est que cette démonstration de force n’arrêtera pas les dizaines de milliers de couples qui se marient chaque année en dehors du rabbinat et personne n’y parviendra. »

Le député d’opposition Yair Lapid, et dirigeant du parti Yesh Atid, a mis en garde sur la façon dont la détention de Haiyun serait perçue par les Juifs américains, dont la plupart ne sont pas orthodoxes.

« C’est de la coercition ultra-orthodoxe », a-t-il dit. « Sommes-nous devenus fous ? Pensez au monde juif. Que penseront les millions de Juifs des États-Unis lorsqu’ils se réveilleront ce matin et entendront qu’en Israël, leurs croyances et leur foi sont un délit criminel ? Sera-t-il dit de nous qu’Israël est devenu la seule démocratie au monde dans laquelle les Juifs n’ont pas la liberté de religion ? L’establishment religieux est convaincu qu’en contrôlant Netanyahu, il contrôle le pays. »

Le dirigeant de l’Union sioniste Avi Gabbay anime une réunion de faction à la Knesset le 16 juillet 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le député Yehudah Glick, membre religieux du parti au pouvoir, le Likud, a tweeté : « Il y a des choses qui ne sont pas censées se produire dans un État démocratique, en voici une. Inutile, dommageable, stupide. »

En revanche, le député Bezalel Smotrich, du parti sioniste religieux HaBayit HaYehudi, a déclaré que la loi doit être respectée.

« Le fait d’arrêter quelqu’un aux premières heures du jour est en effet une pratique policière inutile et nuisible. Mais – et c’est un grand mais – la loi est la loi et si quelqu’un la viole, il doit être jugé. Je soutiens le rabbinat et la police ».

« Laisser les mariages et le divorce entre les mains du Grand Rabbinat selon la Torah est important et essentiel pour que nous puissions rester un peuple unifié et pour que dans quelques générations nous puissions nous marier sans inquiétude » en ce qui concerne les mariages interdits par la loi religieuse. « L’exigence à courte vue de la changer est irresponsable et nous ferons tout pour l’empêcher », a-t-il déclaré.

Les « Rabbins pour les droits de l’homme » ont déclaré dans un communiqué : « En tant qu’organisation non confessionnelle de rabbins qui croient que le judaïsme a de nombreux visages, nous espérons qu’Israël reviendra à la raison et que le jour viendra où tous les chemins différents du judaïsme seront reconnus dans notre pays ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...