Rechercher

Médias arabes : frappe aérienne israélienne contre l’armée syrienne à la frontière

Sky News Arabic et des forces d’opposition indiquent des explosions près de Quneitra et la présence d’hélicoptères israéliens ; l’armée syrienne dément toute attaque

Hélicoptères Apache de l'armée de l'air israélienne. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Hélicoptères Apache de l'armée de l'air israélienne. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Des médias arabes et des forces d’opposition syriennes ont signalé samedi soir que l’armée de l’air israélienne avait mené des frappes près de la ville de Quneitra, située à la frontière israélo-syrienne.

Les frappes auraient visé les forces de l’armée syrienne présentes dans la région. Sky News Arabic a signalé des explosions et annoncé que des hélicoptères israéliens avaient été vus dans la zone.

Cependant, le média libanais Al Mayadeen a cité des responsables de l’armée syrienne qui ont démenti une telle attaque.

Il n’y aurait pas eu de victimes, et Israël n’a pas commenté cette information.

Jeudi, un missile Patriot a intercepté un drone syrien qui était entré dans l’espace aérien israélien. Selon l’armée, le missile a abattu avec succès le drone sur le plateau du Golan.

Photographie prise depuis Douma, ville tenue par les rebelles, de la zone de l'aéroport international de Damas après une explosion, attribuée à une frappe israélienne, le 27 avril 2017. (Crédit : Sameer Al-Doumy/AFP)
Photographie prise depuis Douma, ville tenue par les rebelles, de la zone de l’aéroport international de Damas après une explosion, attribuée à une frappe israélienne, le 27 avril 2017. (Crédit : Sameer Al-Doumy/AFP)

Mercredi, des médias arabes avaient indiqué qu’Israël avait attaqué une base aérienne de l’armée syrienne près de Damas.

Israël ne confirme pas officiellement ces frappes. Des responsables syriens ont cependant affirmé que l’Etat juif était responsable de l’attaque, qui aurait ciblé une cachette d’armes destinées au Hezbollah, groupe terroriste soutenu par l’Iran.

Même s’il n’a pas reconnu explicitement la responsabilité d’Israël, le ministre de Renseignements, Yisrael Katz, a déclaré que l’attaque était conforme à la politique israélienne d’empêcher des livraisons d’armes au Hezbollah.

L’AFP et Judah Ari Gross ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...