Rechercher

Meurtre de Tair Rada : pour un des juges, un nouveau procès est à envisager

Yoram Danziger, ex-juge de la Cour suprême impliqué dans l'affaire Rada, se demande si un avis majoritaire suffit pour décider d'une peine de prison à vie

Le juge à la Cour Suprême Yoram Danziger à la Cour suprême de Jérusalem lors d'une audience le 11 janvier 2017 (Crédit : Flash90)
Le juge à la Cour Suprême Yoram Danziger à la Cour suprême de Jérusalem lors d'une audience le 11 janvier 2017 (Crédit : Flash90)

Un ancien juge à la Cour suprême israélienne a indiqué vendredi qu’un nouveau procès était possible dans l’affaire d’un homme condamné à la prison à vie pour le meurtre d’une adolescente, il y a plus d’une décennie.

Les propos tenus par Yoram Danziger surviennent vingt-quatre heures après qu’il a été révélé qu’un cheveu trouvé sur le corps sans vie de Tair Rada n’appartenait pas à Roman Zadorov, condamné pour ce meurtre commis en 2006.

« Nous avons un système légal qui est bon, responsable et sérieux. En ce qui concerne un nouveau procès, je suis sûr qu’un nombre considérable de témoignages qui ont été livrés seront clairement rééxaminés », a déclaré Danzinger au cours d’un événement organisé à l’université de Tel Aviv.

Danzinger avait été le seul à s’opposer – contre deux autres magistrats – à la décision prise par la Cour suprême en 2015 de maintenir la condamnation de Zadorov. Il avait estimé à ce moment-là qu’il y avait suffisamment de « doute raisonnable » pour exonérer Zadorov.

Même s’il n’a pas directement évoqué le dossier, disant qu’il serait « inapproprié » de le faire en tant que juge de la Cour suprême à la retraite, Danzinger s’est demandé si une majorité seule était suffisante pour prononcer une peine de prison à vie, et si une telle condamnation n’exigeait pas l’unanimité.

« Dans notre loi pénale, il est possible avec une majorité d’envoyer un homme en prison pendant toute sa vie. Est-ce une conclusion satisfaisante ? Je n’en suis pas sûr. Est-ce qu’un avis majoritaire ne soulève pas une sorte de doute raisonnable concernant la culpabilité de l’accusé ? », s’est-il interrogé.

« Voulons-nous adopter la méthode prônée par le Rambam et selon laquelle il est préférable de libérer 99 criminels de prison, puis y mettre un innocent ? », a poursuivi Danzinger, se référant au savant juif médiéval et philosophe Maimonide.

Tair Rada (Capture d’écran YouTube)

L’affaire du meurtre de Tair Rada avait occupé une importante place au sein du débat public israélien, à la fois en raison de la brutalité de l’homicide, mais également parce que les avocats de Roman Zadorov et des milliers de personnes, insistent sur le fait qu’il a été piégé et accusé d’un acte qu’il n’a pas commis, et que l’auteur du meurtre est en réalité une femme, atteinte d’une maladie mentale, dont le nom est sous embargo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...