Rechercher

Michael Biton tempère son intention de boycotter les votes de la coalition

Le député rebelle Kakhol lavan est revenu sur sa position tout en précisant que de "grands fossés" subsistent entre lui et la ministre des Transports, Merav Michaeli

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le président de la commission des Affaires économiques de la Knesset, Michael Biton, dirige une réunion de la commission à la Knesset, le 7 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la commission des Affaires économiques de la Knesset, Michael Biton, dirige une réunion de la commission à la Knesset, le 7 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une semaine après avoir renouvelé son intention de boycotter la plupart des votes de la coalition, le député Kakhol lavan Michael Biton a tempéré lundi sa position en acceptant de voter avec la coalition pour approuver les subventions liées à Omicron, tout en soulignant que de « grands fossés » subsistent entre lui et la ministre des Transports Merav Michaeli sur l’avancée des revendications de Biton concernant les réformes des transports publics.

« Nous avons dû mettre de l’ordre dans les problèmes qui se sont développés au fil du temps avec la Commission des affaires économiques de la Knesset « , a déclaré Biton. Il a exprimé sa frustration face aux réformes des transports publics poussées par Michaeli qui ont échappé à sa commission.

Mais en ce qui concerne la question particulière des réformes du transport sur la table, « de grands fossés subsistent », a-t-il dit.

Biton n’a pas recommencé à voter avec la coalition, a précisé son porte-parole, cependant il votera pour les subventions destinées aux entreprises lésées lors de la vague Omicron du COVID-19 plus tôt cette année. Un porte-parole de Yamina, le député Abir Kara, qui a initié la législation, a dit qu’elle ne passera probablement pas en deuxième et troisième lecture aujourd’hui, suite aux réserves de l’opposition.

Depuis lundi dernier, Biton a renouvelé son boycott de la plupart des votes de la coalition en signe de protestation contre la réforme des transports. Hier après-midi, Biton et Michaeli se sont rencontrés pour la première fois pour discuter d’un moyen de résoudre ce casse-tête à un moment plus que sensible pour la coalition.

« La question de la périphérie et des communautés les plus pauvres est au centre de mes préoccupations », a déclaré Biton, expliquant qu’il n’est toujours pas disposé à accéder au plan de Michaeli visant à harmoniser les prix des transports publics en faveur d’un tarif unique dans tout Israël.

En revanche, Biton a affirmé avoir « renoncé à la question des remises » sur les abonnements de transport public, que la réforme de Michaeli a également éliminé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...