Moderna espère annoncer les résultats de son vaccin anti-Covid à la fin du mois
Rechercher

Moderna espère annoncer les résultats de son vaccin anti-Covid à la fin du mois

Le géant américain des biotechnologies, qui a conclu un contrat de vente avec Israël, pourrait demander une approbation d'urgence à la FDA début décembre

L'infirmière Carolyn Grausgruber administre au volontaire Wade Bardo une injection du vaccin développé par Moderna, dans le cadre d'un essai clinique, à New York, le 27 juillet 2020. (Crédit : AP Photo/Hans Pennink)
L'infirmière Carolyn Grausgruber administre au volontaire Wade Bardo une injection du vaccin développé par Moderna, dans le cadre d'un essai clinique, à New York, le 27 juillet 2020. (Crédit : AP Photo/Hans Pennink)

La firme américaine de biotechnologie Moderna a annoncé mercredi qu’elle communiquera prochainement les données sur l’efficacité et la sûreté du vaccin qu’elle a développé, deux jours après que la firme concurrente Pfizer a fait part du succès de son injection expérimentale.

Les données préliminaires sur l’efficacité d’un vaccin développé par Pfizer et BioNTech sont « la meilleure nouvelle scientifique de l’année », a affirmé à l’AFP le directeur général de la fédération internationale des groupes pharmaceutiques.

« Un vaccin qui a 90 % d’efficacité et qui est plutôt sûr, c’est une percée historique », s’est exclamé Thomas Cueni, le patron de l’International Federation of Pharmaceutical Manufacturers and Associations (IFPMA), dans un entretien mercredi.

Moderna, qui a accepté de fournir Israël en vaccins contre la Covid-19, a déclaré mercredi qu’elle pourrait demander une approbation en urgence à la Food and Drug Administration (FDA) dès début décembre après qu’elle aura communiqué les données sur l’efficacité et la sûreté de son vaccin, attendus à la fin du mois, selon l’agence de presse Reuters.

Son PDG Stephane Bancel a déclaré qu’il était trop tôt pour juger de l’efficacité du vaccin.

La troisième phase du vaccin de Moderna implique 30 000 personnes. La moitié d’entre eux ont reçu un placebo. Les experts disent avoir besoin de 151 cas pour formuler une analyse d’efficacité officielle, même si des analyses préliminaires seront effectuées après 53 et 106 cas.

Le premier patient enrôlé dans l’essai clinique du vaccin anti-COVID de Pfizer à la faculté de médecine de l’université du Maryland à Baltimore, le 4 mai 2020. (Autorisation : Faculté de médecine de l’université du Maryland via AP, File)

La FDA exige que les entreprises suivent au moins la moitié des volontaires de l’étude pendant deux mois pour rechercher les effets secondaires avant de demander à l’agence de certifier leur vaccin. C’est à peu près à ce moment-là que les effets secondaires sont apparus dans les études sur d’autres vaccins. Pfizer et Moderna prévoient tous deux d’atteindre ce stade de sécurité vers la fin du mois de novembre.

Les fabricants ont déjà commencé à stocker des doses de vaccin en prévision d’une éventuelle approbation, mais les premières doses seront rares et rationnées. Les premières personnes vaccinées devront faire l’objet d’un suivi de sécurité supplémentaire, car le gouvernement surveille les rares effets secondaires qui pourraient survenir lorsque les vaccins sont administrés à un nombre de personnes beaucoup plus important que ce que prévoyaient les études de recherche.

L’annonce faite lundi par Pfizer, qui a mis l’entreprise en bonne voie pour demander à la FDA une autorisation d’utilisation d’urgence fin du mois, a été saluée lundi par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a promis d’importer le vaccin en Israël.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...