Moscou proteste contre les propos d’un député dénigrant la Russie
Rechercher

Moscou proteste contre les propos d’un député dénigrant la Russie

Après l'emportement de Moshe Gafni qui a dit "qu'Israël est en train de devenir la Russie", l'ambassade du pays a critiqué une "propagande russophobe de longue haleine"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président du Comité des finances, Moshe Gafni, dirige une réunion à la Knesset à Jérusalem, le 6 septembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)
Le président du Comité des finances, Moshe Gafni, dirige une réunion à la Knesset à Jérusalem, le 6 septembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)

L’ambassade russe en Israël a exprimé mercredi son inquiétude après qu’un député ultra-orthodoxe a tenu des propos désobligeants sur le pays.

Lors d’une session de la Knesset qu’il présidait, le député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah) a déploré que l’enregistrement d’un discours qu’il avait prononcé lors d’une réunion a huis-clos ait fuité dans un média israélien. Dans sa diatribe, on l’entend dire « qu’Israël est en train de devenir la Russie ».

L’ambassade de Moscou à Tel Aviv a « noté avec inquiétude » les propos de Gafni concernant « des restrictions présumées imposées aux politiciens lorsqu’ils parlent avec leurs électeurs », a-t-elle fait savoir sur sa page Facebook. « Cela reflète manifestement un manque de vérité face à la démocratie vivante qui a été développée en Russie depuis 1991 ».

Décrivant de « faux stéréotypes » et une « propagande russophobe de longue haleine », l’ambassade a ajouté que Gafni, qui préside la puissante commission des Finances à la Knesset, était invité à se rendre en Russie quand il le désirerait pour voir « le niveau de liberté de l’activité politique là-bas ».

Le fait que les propos de Gafni interviennent au milieu de la campagne pour les élections présidentielles russes est « particulièrement heureux », a continué la publication, le député pouvant observer les 13 bureaux de vote russes en Israël ouvert aux 100 000 ressortissants du pays au sein de l’Etat juif.

Le président russe en exercice Vladimir Poutine devrait, selon les sondages, remporter un nouveau mandat, mais les critiques accusent Moscou d’intimidation et de marginalisation des autres candidats.

Selon un rapport publié mardi par Freedom House, la Russie n’est « pas libre », pas plus que ne le sont ses médias.

« Avec des forces de sécurité royalistes, un système judiciaire soumis, un environnement des médias contrôlé et une législature qui consiste en un parti au pouvoir avec des groupes d’opposition malléables, le Kremlin est en mesure de manipuler les élections et d’annihiler une opposition authentique », a écrit le think-tank.

Le président russe Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse dans sa résidence de Novo-Ogaryova près de Moscou, le 4 mars 2014 (Crédit : Alexey Nikolsky/AFP)

Dans l’enregistrement de Gafni qui a fuité, initialement diffusé par le site orthodoxe Kikar HaShabbat, on peut entendre Gafni lors d’une conférence du service d’urgence de United Hatzalah qui dit avoir conclu un accord avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu afin de former des centaines d’inspecteurs, actuellement chargés de la détention de migrants clandestins, au maintien de la fermeture des magasins pendant Shabbat.

Des centaines d’inspecteurs non juifs ont été formés pour imposer la fermeture des magasins pendant le Shabbat, a également déclaré Gafni. Il a également indiqué à son auditoire qu’il était satisfait que le soi-disant statu quo sur la religion soit en train de changer en faveur des ultra-orthodoxes.

Ses commentaires ont suscité des critiques féroces de la part des politiciens non-orthodoxes.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...