Des inspecteurs non juifs formés pour la fermeture des magasins le Shabbat
Rechercher

Des inspecteurs non juifs formés pour la fermeture des magasins le Shabbat

Le député ultra-orthodoxe Moshe Gafni a déclaré que le statu quo religieux changeait "pour le bien des ultra-orthodoxes"

Le président du Comité des finances, Moshe Gafni, dirige une réunion à la Knesset à Jérusalem, le 6 septembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)
Le président du Comité des finances, Moshe Gafni, dirige une réunion à la Knesset à Jérusalem, le 6 septembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)

Des centaines d’inspecteurs non juifs ont été formés pour imposer la fermeture des magasins pendant le Shabbat, a déclaré un député ultra-orthodoxe dans un enregistrement lors d’une réunion privée, a rapporté Hadashot lundi.

Moshe Gafni, du parti Yahadout HaTorah, a également déclaré à son auditoire qu’il était satisfait que le soi-disant statu quo sur la religion soit en train de changer pour le bien des ultra-orthodoxes.

Le statu quo religieux est une combinaison fragile de lois nationales et de règlements municipaux, façonnés sur plusieurs décennies, et il est supposé trouver un équilibre entre les besoins des communautés religieuses et laïques d’Israël.

Le 9 janvier, une loi controversée accordant au ministre de l’Intérieur le pouvoir de fermer les magasins le Shabbat a été adoptée à la Knesset par une majorité très mince, la coalition au pouvoir ayant réussi à surmonter ses divisions internes pour obtenir les votes nécessaires.

Une boutique de proximité ‘AM PM’ ouverte lors du Shabbat à Tel Aviv, le 7 janvier 2016 (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)

La loi accorde au ministre de l’Intérieur, actuellement le dirigeant de Shas, Aryeh Deri, le pouvoir de superviser et de rejeter les ordonnances locales relatives à la possibilité pour les entreprises de rester ouvertes le Shabbat, le jour juif de repos qui commence le vendredi soir et se prolonge jusque samedi soir.

Après l’adoption de la loi, Deri avait déclaré qu’il n’appliquerait pas la loi qui avait provoqué l’indignation parmi les communautés laïques.

Mais les propos enregistrés décrivent une réalité est différente.

Dans l’enregistrement, initialement diffusé par le site orthodoxe Kikar HaShabbat, on peut entendre Gafni lors d’une conférence du service d’urgence de United Hatzalah qui dit avoir conclu un accord avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu afin de former des centaines d’inspecteurs actuellement chargés à la détention de migrants clandestins au maintien de la fermeture des magasins pendant Shabbat.

Il a demandé à son auditoire de s’assurer que ce qu’il disait ne quitterait pas la salle, parce que cela pourrait « causer des problèmes, si les gens venaient à le savoir ».

Gafni a poursuivi : « Nous ne faisons pas que préserver le statu quo, nous faisons aussi des progrès sur l’observance du Shabbat. »

Il a indiqué : « Aujourd’hui, il n’y a pas de moshav [coopérative agricole] sans synagogue ; il y a des endroits avec des bains rituels où aucun juif ultra-orthodoxe n’a jamais mis les pieds. »

« Nous sommes présents dans des endroits où nous avons nos écoles, dans des endroits où nous n’avons jamais pensé pouvoir entrer … A Kadima [au centre d’Israël], à Nahariya [sur la côte nord] … avec 400 et 450 élèves qui n’ont aucun lien, et n’ont jamais eu aucun lien, avec le public ultra-orthodoxe », a-t-il dit.

Le ministre israélien de l’Intérieur, Aryeh Deri, visite les écoles dans la ville de Nahariya, dans le nord d’Israël, le 8 décembre 2016. (Yaacov Cohen / FLASH90)

Dans d’autres commentaires, Gafni a décrit comment, à la tête du puissant Comité des finances, il a pu annuler les réductions budgétaires prévues qui auraient affecté la communauté ultra-orthodoxe.

« Le Premier ministre m’a appelé jeudi soir. Il m’a dit : ‘Rabbi Gafni, je veux que vous nous aidiez à adopter le budget, que vous donniez votre accord’… Je lui ai dit : ‘Monsieur le Premier ministre, avec quoi voulez-vous que je sois d’accord ? Ces coupes concernent nos écoles, nos séminaires religieux … ?’ Puis il a dit : ‘Alors, que suggérez-vous ?’

« J’ai donc dit : « Je vous suggère d’inverser les réductions au shekel près, sinon [le budget] ne passera pas », et il en a été ainsi, et le budget a été adopté à l’unanimité. »

Après les négociations marathon qui ont duré toute la nuit, les ministres du gouvernement ont approuvé vendredi à l’unanimité le budget de l’État pour 2019 de 397,3 milliards de shekels (116,1 milliards de dollars), que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis qu’il assurerait la stabilité politique dont le gouvernement avait besoin pour durer jusqu’à la fin de son mandat à la fin de l’année prochaine.

La loi sur la fermeture du Sabbat des magasins n’affectera pas le bastion laïque de Tel Aviv, pour qui la Haute Cour d’Israël a récemment statué qu’il pourrait adopter ses propres règlements pour régir les magasins qui pourraient rester ouverts le Shabbat. Certains députés de la coalition avaient espéré inclure la ville balnéaire d’Eilat dans l’exemption, mais la proposition a été rejetée par les partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout Hatorah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...