Nasrallah remercie l’Iran pour son soutien contre « l’agression sioniste »
Rechercher

Nasrallah remercie l’Iran pour son soutien contre « l’agression sioniste »

Lors d'une réunion avec Zarif, le leader du Hezbollah a noté que le soutien de Téhéran a "amené des victoires". Le ministre iranien a promis d'appuyer "la résistance"

Sur cette photo diffusée par le bureau des relations avec les médias du Hezbollah, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à droite, rencontre le ministre des Affaires étrangères du Liban Mohammad Javad Zarif, à Beyrouth, au Liban, le 11 février 2019 (Crédit : Bureau des relations avec les médias du Hezbollah via AP)
Sur cette photo diffusée par le bureau des relations avec les médias du Hezbollah, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à droite, rencontre le ministre des Affaires étrangères du Liban Mohammad Javad Zarif, à Beyrouth, au Liban, le 11 février 2019 (Crédit : Bureau des relations avec les médias du Hezbollah via AP)

Le leader du groupe terroriste du Hezbollah a noté que Téhéran lui avait apporté son aide pour affronter « l’agression sioniste » au cours d’une rencontre avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au Liban, lundi.

Zarif a juré de continuer à soutenir le Hezbollah, qui a menacé de manière répétée d’utiliser son important arsenal de missiles pour cibler Israël pendant la réunion avec le leader Hassan Nasrallah à Beyrouth, a fait savoir la chaîne de télévision Al-Manar TV.

« Nasrallah a remercié la République islamique d’Iran et ses responsables et sa population pour ce qu’elle a offert au Liban, à la Palestine et aux mouvements de résistance et aux peuples dans la région dans la confrontation contre l’agression sioniste et le terrorisme takfiriste », a dit Al-Manar, selon une traduction assurée par le site NaharNet.

« Cette aide a entraîné des victoires dans de nombreux secteurs et sur de nombreux champs de bataille », a ajouté Nasrallah, qui a exprimé l’espoir que Téhéran maintiendrait son soutien « malgré toutes les conspirations et les pressions exercées en résultat de cela ».

Zarif a répondu en soulignant « le positionnement ferme de soutien au Liban et à son Etat, à son peuple et à sa résistance », se référant apparemment au Hezbollah.

L’Iran a une grande influence dans le pays par le biais du Hezbollah qui, aux côtés de partis alliés, détient la majorité au parlement. Israël a accusé l’Iran de tenter de transférer des missiles et d’autres armes au Hezbollah ainsi que des technologies pour des roquettes de précision. La République islamique financerait aussi le Hezbollah en lui versant des centaines de millions de dollars par an.

Israël a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie avec pour objectif de stopper le transfert d’armes au groupe terroriste.

Dans la matinée de lundi, Zarif a rencontré le ministre des Affaires étrangères du Liban, Gebran Bassil, qui a annoncé que son pays ne prendrait pas part à une conférence organisée en Pologne cette semaine, consacrée à la situation au Moyen-Orient et à l’Iran, citant la présence prévue du Premier ministre Benjamin Netanyahu à ce sommet.

La conférence de Varsovie, qui dure deux jours, commencera mercredi et elle est co-organisée par les Etats-Unis. 80 pays ont été invités, notamment l’Etat juif. L’événement est largement considéré comme ayant pour objectif d’isoler l’Iran, qui n’a pas été convié.

Des Iraniens visitent une exposition de l’equipement militaire à Téhéran, le 2 février 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

Les efforts visant à déjouer l’agression de l’Iran dans la région – et notamment ses tentatives d’ancrage militaire, ses récentes initiatives visant à moderniser son arsenal de missiles balistiques et ses ambitions nucléaires – devrait être au cœur de ce sommet, même si les organisateurs ont affirmé que le but de la conférence n’est pas de dénigrer l’Iran.

Netanyahu doit décoller mardi pour la capitale polonaise, où il rencontrera le vice-président américain Mike Pence et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

« En haut de l’agenda, il y a l’Iran – comment continuer à l’empêcher de s’implanter en Syrie, comment déjouer ses agressions dans la région et surtout, comment empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires », a commenté Netanyahu dimanche au cours de la réunion hebdomadaire de son cabinet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...