Nasrallah sur l’avion russe abattu par Damas : « C’est un mensonge israélien »
Rechercher

Nasrallah sur l’avion russe abattu par Damas : « C’est un mensonge israélien »

Le groupe terroriste chiite libanais a aussi affirmé qu'il restera en Syrie "jusqu'à nouvel ordre" ; le président russe a confirmé qu'Israël n'a pas abattu l'avion il-20

Un fichier image pris le 21 septembre 2015 montre un portrait de Hassan Nasrallah (en haut), le chef du mouvement du Hezbollah du Liban, et des portraits de membres tués au combat affichés dans une rue de la capitale syrienne, Damas. (Crédit : AFP PHOTO / JOSEPH EID)
Un fichier image pris le 21 septembre 2015 montre un portrait de Hassan Nasrallah (en haut), le chef du mouvement du Hezbollah du Liban, et des portraits de membres tués au combat affichés dans une rue de la capitale syrienne, Damas. (Crédit : AFP PHOTO / JOSEPH EID)

Le chef du mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah, allié du régime de Damas, a assuré mercredi que son organisation allait rester en Syrie « jusqu’à nouvel ordre », malgré le « calme » sur les lignes de front dans le pays en guerre.

Hassan Nasrallah a également dénoncé le « mensonge » d’Israël : l’Etat hébreu a justifié des frappes lundi soir en Syrie contre un site de l’armée syrienne en assurant que des systèmes entrant dans la fabrication d’armes étaient en passe d’être livrés au Hezbollah.

Le chef du Hezbollah s’exprimait à la veille de la célébration de l’Achoura, rite fondateur du chiisme observé par des millions de fidèles dans le monde. L’Achoura est célébrée au 10e jour du mois de Muharram, premier mois du calendrier musulman. Elle commémore la mort de l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et troisième imam du chiisme, tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid à Kerbala, dans le cadre de luttes de succession après la mort du prophète de l’islam.

« Nous allons rester là-bas même après l’accord d’Idleb, et le calme à Idleb », a martelé Hassan Nasrallah, évoquant lors d’une allocution télévisée l’initiative russo-turque concernant l’ultime grand bastion insurgé de Syrie.

« Nous allons rester jusqu’à nouvel ordre », a souligné M. Nasrallah. « Notre présence là-bas est liée à la nécessité et au consentement de la direction syrienne », a-t-il ajouté, alors que son mouvement intervient officiellement en Syrie depuis 2013.

Avec l’appui du Hezbollah, mais aussi surtout de la Russie et de l’Iran, le pouvoir de Bachar al-Assad a pu consolider son emprise sur près des deux-tiers du territoire, multipliant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes.

« Naturellement, le calme des lignes de front et le recul des menaces vont avoir un impact sur les effectifs présents », a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine (à droite) se serrent la main lors de la cérémonie du lancement de la construction de la première centrale nucléaire turque, le 3 avril 2018 (PHOTO AFP / ADEM ALTAN)

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont mis d’accord lundi soir pour créer une « zone démilitarisée » sous contrôle russo-turc à Idleb.

Les deux dirigeants ont ainsi éloigné la perspective d’une offensive du régime contre cette province du nord-ouest syrien.

« Avec l’accord d’Idleb, si tout se fait correctement, on peut supposer que la Syrie s’oriente vers un grand calme, et concrètement il n’y aura pas de lignes de front », a dit M. Nasrallah.

« Mensonge » d’Israël

Le Hezbollah a participé aux batailles contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) mais a également combattu les rebelles en Syrie.

Quelque 1 665 membres du groupe terroriste ont été tués en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le chef du Hezbollah a également fustigé les tirs de missiles israéliens menés lundi soir contre un site militaire du régime syrien dans la province de Lattaquié (nord-ouest).

Un avion de l’allié russe a d’ailleurs été abattu par erreur par la défense anti-aérienne de l’armée syrienne, qui a ouvert le feu pour intercepter ces missiles israéliens.

L’Etat hébreu a reconnu mardi ces frappes, mais a assuré que sur le site visé, des systèmes entrant dans la fabrication d’armes de précision étaient en passe d’être livrés au Hezbollah, pour le compte de l’Iran.

« C’est un mensonge israélien, ce n’est pas vrai », a martelé Hassan Nasrallah.

« L’Iran c’est un prétexte, le Hezbollah c’est un prétexte, la vraie cible c’est la Syrie », a-t-il poursuivi, accusant Israël de vouloir empêcher « l’émergence d’une armée syrienne, d’une véritable force militaire syrienne ».

Israël « cherche à empêcher la Syrie de se doter de capacités balistiques », a-t-il affirmé.

A LIRE : Poutine : « Israël n’a pas abattu notre avion »

Ces derniers mois, Israël a multiplié les frappes en Syrie contre le régime ou son allié iranien, l’Etat hébreu répétant qu’il ne permettrait pas à l’Iran de se servir de la Syrie comme tête de pont contre lui.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...