Netanyahu annonce l’ouverture d’une ambassade israélienne au Rwanda
Rechercher

Netanyahu annonce l’ouverture d’une ambassade israélienne au Rwanda

Depuis le Kenya, le Premier ministre affirme aussi vouloir un statut d’observateur à l’Union africaine

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Netanyahu, à gauche, avec le président rwandais Paul Kagame à Nairobi, au Kenya, le 28 novembre 2017 (Crédit : Haim Tzach / GPO)
Le Premier ministre Netanyahu, à gauche, avec le président rwandais Paul Kagame à Nairobi, au Kenya, le 28 novembre 2017 (Crédit : Haim Tzach / GPO)

Israël va ouvrir une nouvelle ambassade à Kigali, au Rwanda, et examine la possibilité de proposer des vols commerciaux directs vers le pays d’Afrique de l’Est, a annoncé le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi.

« Cela s’inscrit dans la politique de développement de la présence d’Israël en Afrique et de l’approfondissement de la coopération entre Israël et les pays africains », a déclaré Netanyahu après avoir rencontré le président rwandais Paul Kagame à Nairobi.

Actuellement, c’est l’ambassadeur israélien au Kenya qui traite les affaires liées au Rwanda.

Israël a récemment accepté de payer le gouvernement rwandais 5 000 dollars pour chaque migrant africain en Israël qu’il veut bien accepter, alors que l’état juif renforce ses efforts pour expulser principalement les populations soudanaises et erythréennes qui résident illégalement dans le pays.

« C’est ma troisième visite en Afrique en 18 mois et ma deuxième visite ici au Kenya », a-t-il déclaré lors des festivités dans un clip vidéo publié par son bureau.

« Nous croyons au futur de l’Afrique, nous aimons l’Afrique et j’aimerais non seulement coopérer sur une base individuelle avec chacun de vos pays, mais aussi avec l’Union Africaine », a-t-il ajouté.

Netanyahu, qui est également ministre des Affaires étrangères, cherche à développer des liens en matière d’affaires et de sécurité avec les pays africains et à obtenir leur soutien aux Nations unies.

Netanyahu est arrivé au Kenya pour une visite au pas de course afin de célébrer l’investiture du président Uhuru Kenyatta et pour une session marathon de rencontres bilatérales avec les dirigeants africains.

Netanyahu était assis à côté de Kenyatta – qui a remporté une élection contestée que les détracteurs considèrent comme ayant été truquée – et Kagame pour un déjeuner au palais présidentiel de Nairobi. L’événement, au cours duquel Netanyahu a exprimé quelques brèves remarques, a suivi l’investiture de Kenyatta dans le Stade Kasarani de la ville.

Pour des questions de sécurité, Netanyahu n’a pas participé à l’investiture, qui a été marquée par des manifestations et des violences.

Raila Odinga, le chef de l’opposition kenyane, a déclaré que la police avait abattu trois personnes lors des manifestations contre l’investiture de Kenyatta.

Cette année, le Kenya a tenu deux élections présidentielles, et les deux ont été entachées par des violences, avec des dizaines d’activistes politiques tués par la police.

Le premier tour de l’élection, le 8 août, a été invalidé par la Cour Suprême, après que les dirigeants de l’opposition se sont plaints que les résultats avaient été manipulés.

Kenyatta a remporé la deuxième élection le 26 octobre, dont certains observateurs disent qu’elle était également truquée. L’opposition du pays a boycotté le deuxième scrutin, ce qui a conduit le président à rassembler 98,25 % des voix exprimées. Le taux de participation était de 38 %.

En marge d’un déjeuner à Naïrobi, Netanyahu a également rencontré les présidents du Gabon, de l’Ouganda, de la Tanzanie, de la Zambie, du Sud Soudan, du Botswana, de la Namibie et le Premier ministre de l’Ethiopie.

Netanyahu a aussi mené des rencontres secrètes avec des nations africaines avec lesquelles Israël n’entretient pas de relations diplomatiques.

« Notre but est d’approfondir nos liens en Afrique en forgeant aussi des contacts avec les pays où nous n’avons pas pas de relations diplomatiques », a-t-il déclaré plus tard mardi, avant de monter à bord de l’avion pour Nairobi.
Au cours des deux dernières années, quatre pays africains ont ouvert des missions diplomatiques en Israël, et on invite d’autres pays à faire de même, a ajouté Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le président du Rwanda, Paul Kagame, à Kigali, au Rwanda, le 6 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

En juillet 2016, Netanyahu est devenu le premier Premier ministre israélien en fonction à visiter le Rwanda. Même s’il n’a passé que quelques heures à Kigali, Kagame l’a accueilli à l’aéroport avec une garde d’honneur pourvue de plus d’une centaine de soldats.

« Je suis très impressionné par le Rwanda, a déclaré Netanyahu lors d’une conférence de presse commune. C’est un pays vibrant. C’est un pays déterminé. Vous avez réalisé des choses incroyables. Et ces réussites sont plus impressionnantes que les horreurs que vous avez dû surmonter », a-t-il dit en référence au génocide rwandais.

Un an plus tard, Netanyahu a accueilli Kagame à Jérusalem.

« Être ici, c’est comme être à la maison, avait dit le président rwandais. Nous sommes heureux d’être reçus par d’excellents amis avec lesquels nous avons des liens depuis des années. Nous avons fait des choses ensemble qui comptent pour des gens des deux pays ».

Au cours des récentes années, le Rwanda a été un solide allié d’Israël, s’abstenant notamment de voter en 2014 pour une résolution proposant un état palestinien au Conseil de Sécurité des Nations unies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...