Netanyahu et ses assistants ont été des ‘partenaires actifs’ de l’équipe de Trump sur Jérusalem – média
Rechercher
Une 'coordination totale' rapportée entre Washington et Jérusalem

Netanyahu et ses assistants ont été des ‘partenaires actifs’ de l’équipe de Trump sur Jérusalem – média

Le Premier ministre et ses conseillers ont "encouragé, soutenu, rassuré" l'administration américaine alors que les Palestiniens ignoraient ce qu'il se passait, selon la chaîne Hadashot

Le président américain Donald Trump, à droite, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin du voyage de Trump, le 23 mai 2017 (Crédit : Coby Gideon / GPO)
Le président américain Donald Trump, à droite, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin du voyage de Trump, le 23 mai 2017 (Crédit : Coby Gideon / GPO)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et ses conseillers ont été des « partenaires actifs », travaillant en « coordination totale », du président américain Donald Trump et de son administration dans les semaines qui ont mené au discours attendu mercredi que prononcera le président américain et au cours duquel il devrait annoncer la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël ainsi que son intention de relocaliser l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, a fait savoir la chaîne israélienne Hadashot mardi soir.

L’appel téléphonique donné par Trump à Netanyahu mardi, lui livrant des informations sur son allocution prévue mercredi, n’était pas leur première conversation récente sur ce sujet hautement sensible, a fait savoir la chaîne Hadashot.

L’équipe de Netanyahu a « encouragé, soutenu [et] rassuré l’équipe de Trump sur les retombées probables », a fait savoir le reportage diffusé à la télévision, « et cette coordination totale est survenue alors que les Palestiniens ignoraient tout de cette initiative » jusqu’à très récemment. « Ils n’en avaient pas entendu parler ».

La Dixième chaîne, pour sa part, a indiqué que Netanyahu et l’ambassadeur israélien aux Etats-Unis Ron Dermer ont été tenus au courant des détails de ce que planifiait Trump et qu’ils ont tenu un rôle déterminant dans ce qu’il devrait se passer aujourd’hui.

Trump « a accepté l’argument israélien qui disait qu’il fallait séparer la question de la reconnaissance de Jérusalem du processus de paix. Le Premier ministre Netanyahu et l’ambassadeur Dermer sont parvenus à convaincre le président Trump qu’il s’agissait de redresser un tort historique », a fait savoir la Dixième chaîne (En fait, le candidat Trump, alors qu’il était en campagne électorale, avait promis de relocaliser l’ambassade de Tel Aviv à Jérusalem).

Ron Dermer, ambassadeur d’Israël auprès des Etats-Unis. (Crédit : Ron Sachs)

En réponse au président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a menacé d’une rupture des liens avec Israël suite à la reconnaissance attendue de Trump, le ministre des Renseignements Yisrael Katz a déclaré mardi : « Il n’y a pas de démarche plus correcte et qui se justifie davantage au niveau historique que de reconnaître aujourd’hui Jérusalem, qui est la capitale du peuple juif depuis plus de 3 000 ans, comme capitale d’Israël ».

Dans l’ensemble, toutefois, les reportages diffusés sur les chaînes de télévision ont fait savoir que Netanyahu avait demandé à ses ministres de ne pas s’exprimer sur la question avant le discours de Trump, mercredi. Et la Dixième chaîne a précisé que Trump avait spécifiquement demandé à Netanyahu de « faire profil bas » et de s’assurer que les ministres israéliens ne manifestent pas trop leur sentiment de « réjouissance » concernant l’initiative, craignant d’exacerber une situation déjà hautement tendue.

Netanyahu n’a fait aucun commentaire public sur le sujet mardi.

Cela fait des jours que les reportages diffusés à la télévision israélienne prédisent que Trump fera une déclaration reconnaissant Jérusalem en tant que capitale d’Israël et faisant état de son intention de relocaliser l’ambassade. Malgré les efforts des pays arabes et de la communauté internationale qui ont tenté de persuader Trump de changer d’avis avant son allocution de mercredi, la chaîne Hadashot a estimé, mardi soir, que « c’est fait ».

Les responsables américains ont indiqué mardi qu’ils s’attendaient à ce que Trump fasse une déclaration générique sur le statut de Jérusalem, « capitale d’Israël ». Ils ont ajouté qu’ils ne s’attendaient pas à ce que le président utilise la phrase « capitale indivisible », ce qui impliquerait la souveraineté israélienne sur Jérusalem-Est, qui n’est pas reconnue par les Nations unies.

Le reportage de Hadashot a expliqué que Trump pourrait également souligner l’importance de Jérusalem pour toutes les religions monothéistes ainsi que son désir de faire avancer les efforts de paix israélo-palestiniens – une ambition qui, a averti le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas cette semaine, serait anéantie si Trump devait effectivement livrer son discours.

David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Les reportages ont ajouté que Trump signera probablement la dispense reportant le déplacement de l’ambassade à Jérusalem pendant six mois – une exigence législative américaine – mais qu’il ne s’agit que d’une question strictement logistique et budgétaire dans la mesure où la relocalisation de l’ambassade prendrait des mois.

Les responsables américains ont annoncé que Trump offrira une grande latitude à David Friedman, ambassadeur des Etats-Unis en Israël, pour déterminer le moment approprié pour une telle initiative. Friedman s’était prononcé en faveur de ce déménagement et avait noté, avant sa confirmation, qu’il était impatient de travailler depuis Jérusalem.

L’armée israélienne, mardi soir, a élevé son niveau d’alerte en amont de possibles violences à Jérusalem et en Cisjordanie. Le gouvernement américain a demandé à ses employés d’éviter la Vieille ville de Jérusalem et la Cisjordanie jusqu’à nouvel ordre, anticipant de possibles flambées de violence palestinienne suite aux annonces à venir de Trump sur Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...