Netanyahu et Trump ont discuté de la Syrie avant le sommet avec Poutine
Rechercher

Netanyahu et Trump ont discuté de la Syrie avant le sommet avec Poutine

Les Etats-Unis et Israël partagent sont inquiets de la présence de l’Iran en Syrie ; Le Premier ministre a déclaré que le président restait engagé à garantir la sécurité d’Israël

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit qu’il avait parlé avec le président américain Donald Trump samedi au sujet de préoccupations sécuritaires liées à la Syrie et l’Iran à l’approche du sommet entre Trump et le président russe Vladimir Poutine.

S’exprimant au début de la rencontre hebdomadaire du cabinet dimanche, Netanyahu a aussi déclaré que Trump restait engagé à garantir la sécurité d’Israël.

« Hier, j’ai parlé avec le président américain Donald Trump, a-t-il dit. Nous avons discuté de questions sécuritaires et diplomatiques à la lumière des derniers évolutions dans la région, principalement au sujet de la Syrie et de l’Iran, bien sûr ».

Le Premier ministre a ajouté : « J’ai remercié le président Trump pour sa politique forte contre l’Iran parce que depuis que cette politique a été mise en place, nous avons vu un énorme effet sur – et à l’intérieur de – l’Iran. Le président a encore exprimé clairement son engagement à la sécurité d’Israël et sa volonté d’aider l’Etat d’Israël dans de nombreux domaines ».

Pendant l’appel téléphonique samedi, le dirigeant israélien a tenu Trump informé sur sa rencontre à Moscou mercredi dernier, où Netanyahu a dit à Poutine qu’Israël ne chercherait pas à renverser le président syrien Bachar Assad mais a demandé à Moscou de travailler pour faire partir les troupes iraniennes du pays.

Aussi bien les Etats-Unis qu’Israël sont préoccupés par la présence militaire croissante de l’Iran en Syrie, où il a fourni une aide cruciale aux forces d’Assad. La Russie, un soutien clé d’Assad, aurait accepté de retirer les troupes iraniennes de la région de la frontière mais leur permettrait de rester dans d’autres endroits de la Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine avec Benjamin Netanyahu, au Kremlin à Moscou le 11 juillet 2018. (Crédit : AFP/ Pool/Yuri Kadobnov)

« Nous ne ferons pas d’actions contre le régime Assad, et vous faites partir les Iraniens », a déclaré Netanyahu à Poutine selon l’agence de presse Reuters qui a cité un officiel israélien.

Un porte-parole du Premier ministre a démenti ce commentaire mais Netanyahu a déclaré le lendemain qu’Israël ne soutiendrait pas les efforts pour renverser Assad.

Des articles de journaux ont suggéré que pendant leur rencontre à Helsinki lundi, Poutine et Trump pourrait trouver un accord qui envisagerait le déploiement des forces du gouvernement syrien le long de la frontière israélienne et le retrait des forces iraniennes et leur allié du groupe terroriste libanais du Hezbollah de la zone.

La volonté d’Israël de laisser Assad au pouvoir fait écho à la position américaine. Israël a déclaré, à de nombreuses reprises, qu’il ne permettra pas à l’Iran, ou à ses alliés chiites, d’établir une présence militaire permanente dans la Syrie d’après-guerre.

Soldats israéliens observés à côté de chars près de la frontière israélo-syrienne sur le plateau du Golan le 10 mai 2018. (Basel Awidat/Flash90)

Les tensions sont fortes le long de la frontière depuis les derniers mois, avec Israël qui a lancé des attaques sur des cibles iraniennes en Syrie en représailles à des tirs de roquettes iraniens et des incursions de drones en Israël.

La Russie a prévenu qu’il n’était pas réaliste de s’attendre à un retrait total du pays de la part de l’Iran, mais il y a des signes d’un possible compromis entre Moscou et Jérusalem sur le sujet. Des hauts responsables israéliens ont dit que la Russie travaillait pour empêcher l’Iran de s’implanter militairement le long de la frontière nord d’Israël avec la Syrie, selon des articles de médias en hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...