Rechercher

Netanyahu voudrait s’exprimer aux côtés de Trump à Massada

L’équipe américaine hésiterait à accepter une proposition de discours commun devant la forteresse du désert de Judée

Vue aérienne de Massada. (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SAWikipedia)
Vue aérienne de Massada. (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SAWikipedia)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu voudrait prononcer un discours à Massada avec le président américain Donald Trump pendant la visite prochaine de ce dernier en Israël, a déclaré lundi un responsable israélien.

La délégation américaine qui organise la visite de Trump est réservée sur cette idée, selon les médias israéliens.

On ne sait pas si Netanyahu parlera avant ou après le président américain.

Le site d’information Walla a indiqué que le bureau du Premier ministre avait demandé que Netanyahu prononce un discours de cinq à sept minutes aux côtés du président américain. Pour l’instant, le Premier ministre doit simplement présenter Trump devant la forteresse du désert de Judée, selon Walla.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Trump sera en Israël les 22 et 23 mai.

Même si son discours à Massada sera certainement le point d’orgue de sa visite, Trump devrait aussi se rendre au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, ce qui ferait de lui le premier président en exercice à le faire.

Trump devrait aussi visiter le musée mémorial de l’Holocauste Yad Vashem, et rencontrer Netanyahu et le président Reuven Rivlin.

La semaine dernière, Trump a dit au quotidien Israël Hayom que pendant son séjour, il allait « discuter de plusieurs sujets régionaux de préoccupation mutuelle » avec Netanyahu.

« Nous allons discuter de plusieurs sujets régionaux de préoccupation mutuelle, dont le besoin de contrer les menaces posées par l’Iran et ses intermédiaires, et par l’Etat islamique et d’autres groupes terroristes. Nous allons également discuter des moyens de faire progresser une paix sincère et durable entre les Israéliens et les Palestiniens », a-t-il dit.

La visite de Trump a lieu alors que le président américain tente de relancer le processus de paix, figé depuis des années, entre Israël et les Palestiniens.

Le président américain Donald Trump avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Donald Trump avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le président, qui a déclaré que l’accord de paix israélo-palestinien était « l’accord ultime », a déclaré ce mois-ci, quand il accueillait Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, à la Maison Blanche, qu’il était prêt à jouer n’importe quel rôle nécessaire pour conclure un accord.

On ne sait pas encore si Trump utilisera son voyage dans la région pour dévoiler des projets spécifiques concernant les négociations de paix, mais la date de sa visite, qui coïncide avec Yom Yeroushalayim, quand Israël célèbrera les 50 ans de la conquête de la partie orientale de la ville pendant la guerre des Six Jours de 1967, a laissé supposer qu’il pourrait, à l’occasion de ce voyage, faire une annonce majeure concernant la ville.

Pendant sa campagne, Trump a promis à plusieurs reprises qu’il déplacerait l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, mais depuis qu’il a pris le pouvoir, il a semblé tourner le dos à cette promesse.

Dimanche, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a déclaré que Trump réfléchissait encore à ce déplacement, et qu’il voulait savoir si cette décision pouvait nuire ou être bénéfique au processus de paix.

Suite aux propos de Tillerson, Netanyahu a répondu que cela ferait progresser les efforts de paix, « en brisant le fantasme palestinien que Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...