Le Festival du cinéma français organisé à travers Israël du 18 au 30 mars
Rechercher

Le Festival du cinéma français organisé à travers Israël du 18 au 30 mars

L'évènement démarrera avec la projection du film "Donne-moi des ailes" de Nicolas Vanier et se terminera par "Les traducteurs", thriller de Régis Roinsard

L’affiche du Festival du cinéma français en Israël 2020.
L’affiche du Festival du cinéma français en Israël 2020.

Le Festival du cinéma français en Israël organise cette année sa 17e édition, du 18 au 30 mars 2020 – l’évènement aura bien lieu, a rapporté l’Institut français de Tel Aviv, malgré l’épidémie de coronavirus.

L’événement sera organisé dans les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya, Holon, Sderot, Beit HaTarbut-Savyon, Beit Yohanan-Netanya, Beit Nir-Zichron Yakov et dans les cinémas Lev (Tel Aviv, Lev Daniel, Lev Omer, Lev Even Yehuda)

Il démarrera avec la projection du film « Donne-moi des ailes » de Nicolas Vanier et se terminera par « Les traducteurs », thriller de Régis Roinsard, avec Lambert Wilson dans le rôle-titre.

Si l’acteur et réalisateur Nicolas Bedos devait venir présenter son film « La Belle Epoque », dans lequel jouent Fanny Ardant et Daniel Auteuil, sa venue a été annulée en raison des restrictions imposées par les autorités israéliennes liées à la crise du coronavirus. Le film a été nominé 11 fois aux César 2020, notamment dans les catégories « meilleur film » et « meilleur réalisateur », et en a rapporté trois – « actrice secondaire », « scénario original » et « décors ».

« Sol », avec Chantal Lauby et Camille Chamoux, de Jézabel Marques, sera également projeté. La réalisatrice franco-israélienne Keren Ben Rafael présentera elle son film « À cœur battant » (« The End of Love ») avec Judith Chemla. « Découvert au festival du film de Venise, le film raconte l’histoire d’un couple mis à rude épreuve par la distance : elle à Paris avec leur enfant, et lui à Tel Aviv, dans sa ville natale. Un film qui aura certainement une résonnance particulière pour beaucoup de spectateurs franco-israéliens. »

Parmi les autres films de la programmation : « J’irai où tu iras » de Géraldine Nakache ; « Un divan à Tunis » de Manele Labidi ; « Les éblouis » de Sarah Suco ; le documentaire « Le regard de Charles » de Marc Di Domenico ; « Tirez sur le pianiste » de François Truffaut ; ou encore le film d’animation « Dilili à Paris », César 2019 du « meilleur film d’animation », de Michel Ocelot.

À noter également les projections du dernier film d’Arnaud Desplechin, 7 fois nominé aux César ; de « Chambre 212 » de Christophe Honoré ; de « Trois jours et une vie » de Nicolas Boukhrief, ou encore de « La vie scolaire » de Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

La programmation intégrale et les dates des séances sont à retrouver sur le site du festival. Les films seront projetés en langue française et sous-titrés en hébreu. Un pass permettant l’accès illimité à tous les films du festival projetés à la cinémathèque de Tel Aviv sera proposé au tarif de 219 shekels (189 pour les retraités, les étudiants et les soldats). L’achat est disponible à la cinémathèque, sur Internet ou par téléphone au *6876. Les billets pour les séances sont disponibles sur le site du festival.

Soutenu par UniFrance Films, en charge de la promotion du cinéma français à l’étranger, et par la municipalité de Tel Aviv-Yafo, le festival est organisé par la société Eden Cinéma et l’Institut français d’Israël.

« Les objectifs de ce festival sont de permettre aux publics israélien et francophone en Israël de découvrir ou (re) découvrir le cinéma français contemporain en proposant une programmation éclectique de films récents ayant été salués par la critique ou plébiscités par le public », exprime le festival dans son communiqué. « La sélection des films proposés par le festival cette année rend compte de l’extrême diversité du cinéma français. Chaque film à sa manière traite par ailleurs de sujets dans l’air du temps, problèmes du quotidien et rapports humains, et reflètent véritablement les intérêts et inquiétudes de la société française actuelle. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...