Rechercher

Nouveaux heurts avec des Palestiniens armés lors de raids de Tsahal près de Jénine

L’armée affirme qu’aucun soldat n’a été blessé pendant l’opération, qui a permis l’arrestation de plusieurs suspects de terrorisme et la confiscation d’armes

Illustration : Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Illustration : Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Mardi, de nouveaux affrontements entre soldats israéliens et hommes armés palestiniens ont secoué la ville de Jénine, en Cisjordanie.

Des habitants de Jénine ont déclaré à l’AFP que de nouveaux combats avaient éclaté après les nombreuses fusillades de ces derniers jours.

Les militaires israéliens ont déclaré que les forces de l’ordre avaient procédé à des arrestations durant la nuit et au petit matin dans tout le nord de la Cisjordanie. Les soldats auraient essuyé des tirs d’hommes armés, qui ont également utilisé des bombes explosives contre eux. Les soldats auraient riposté, sans qu’aucun blessé ne soit à déplorer, selon les informations de l’Armée.

Il s’agissait de la quatrième journée d’opérations de grande ampleur dans la zone de Jénine, en réaction aux attentats perpétrés ces derniers jours en Israël par des terroristes parfois originaires de la région.

L’agence de presse officielle palestinienne Wafa a déclaré que des « affrontements avaient éclaté » entre de jeunes Palestiniens et des soldats israéliens « qui ont tiré à balles réelles et utilisé des grenades assourdissantes ainsi que des gaz lacrymogènes contre eux».

Les soldats israéliens ont interpelé quatre personnes originaires de Jénine et du village voisin d’al-Yamoun, a-t-elle précisé.

L’armée a déclaré que plusieurs suspects de terrorisme avaient été arrêtés et des armes confisquées. Un homme a également été interpelé à Naplouse, soupçonné d’avoir vandalisé le Tombeau de Joseph.

Des soldats israéliens déployés dans le nord de la Cisjordanie, le 12 avril 2022 (Crédit : Armée israélienne)

Citant des sources palestiniennes, la Douzième chaîne a signalé qu’un grand nombre de soldats avaient pris part à l’opération, dont certains ont perquisitionné la maison du terroriste responsable de la fusillade meurtrière de la semaine dernière, à Tel Aviv.

La famille du tireur, Raad Hazem, possède deux maisons dans la région, l’une dans le camp de réfugiés de Jénine et l’autre dans un village voisin.

Les forces de l’ordre israéliennes cherchaient à interpeller le père et le frère de Hazem, pour leur implication présumée dans l’attentat.

Fathi, le père de Hazem, a été officier des services de sécurité de l’Autorité palestinienne, à Jénine et a purgé une peine de prison pour raisons de sécurité. Il a félicité son fils pour les meurtres, refusant de déférer à une convocation des autorités israéliennes en vue d’un interrogatoire.

Dimanche, l’armée israélienne a déclaré que les soldats avaient, dans les environs de Jénine, ouvert le feu sur un véhicule à bord duquel se trouvaient deux des frères de Hazem, l’auteur de l’attentat qui a coûté la vie à trois Israéliens dans le centre-ville de Tel Aviv, la semaine dernière. Elle a précisé que l’intention des soldats était d’arrêter le véhicule, et non de tuer les occupants. La voiture a finalement accéléré et pris la fuite.

Un adolescent palestinien abattu par les soldats israéliens lors d’une opération visant à capturer des membres de la famille de Hazem est mort de ses blessures, lundi.

Les tensions ont fortement augmenté entre Israël et les Palestiniens ces dernières semaines, dans le sillage des attentats terroristes répétés qui ont endeuillé des villes israéliennes et fait 14 morts. L’armée a intensifié ses activités en Cisjordanie afin de réprimer cette spirale de violence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...