Odeh affirme que le Parti travailliste israélien a abandonné ses principes
Rechercher

Odeh affirme que le Parti travailliste israélien a abandonné ses principes

Pendant la conférence de J Street, le député arabe a affirmé que le parti de centre gauche n’était “pas une opposition du tout” au gouvernement de droite

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Ayman Odeh, député de la Liste arabe unie, pendant la conférence annuelle de J Street , à Washington, le 26 février 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ayman Odeh, député de la Liste arabe unie, pendant la conférence annuelle de J Street , à Washington, le 26 février 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

WASHINGTON – Devant un public de Juifs américains libéraux, Ayman Odeh, député israélien de la Liste arabe unie, a dénoncé sévèrement dimanche le Parti travailliste, l’accusant d’avoir trahi ses principes et de ne pas s’opposer à la coalition gouvernementale de droite du pays.

Il a appelé la gauche juive américaine à former une coalition avec sa propre union politique de partis majoritairement arabes et qui ne sont pas sionistes.

« Vous êtes venus ici aujourd’hui parce que nous savons que nous ne pouvons pas nous fier à l’opposition que nous avons, celle qui est prête à vendre ses valeurs en échange du pouvoir », a-t-il déclaré pendant la Conférence nationale 2017 de J Street à Washington.

Il a commencé son discours de 30 minutes au rassemblement annuel de l’association libérale en racontant les affrontements mortels du mois dernier entre les habitants du village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran et la police israélienne, qui venait exécuter une ordonnance judiciaire de démolition de maisons dans le village. Un habitant du village, Yaqoub Mousa Abu al-Qian, et un policier, Erez Levi, ont été tués.

La police et les politiciens, dont le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avaient affirmé qu’Abu al-Qian avait renversé délibérément avec son véhicule des policiers dans une attaque terroriste, mais l’enquête montrerait qu’al-Qian a été visé par des coups de feu des policiers avant que sa voiture n’accélère et ne renverse Levi.

Le dirigeant de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh, qui a été blessé lors d'une manifestation contre les démolitions de maisons dans la ville du Néguev d'Umm al-Hiran le 18 janvier 2017. Ici, il tient la balle entourée de mousse qui l'a blessé (Crédit : Autorisation de la Liste arabe unie)
Le dirigeant de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh, qui a été blessé lors d’une manifestation contre les démolitions de maisons dans la ville du Néguev d’Umm al-Hiran le 18 janvier 2017. Ici, il tient la balle entourée de mousse qui l’a blessé (Crédit : Autorisation de la Liste arabe unie)

Odeh était à Umm al-Hiran ce jour-là, le 18 janvier. Il avait été légèrement blessé par des balles en caoutchouc tirées par la police.

« Le Parti travailliste n’a rien fait pour empêcher de détruire Umm al-Hiran et laisse ses habitants sans abri, a-t-il déclaré. Il a abandonné les associations de défense des droits de l’Homme et des droits civiques aux attaques des partis de droite. Et il n’a fourni aucun leadership pour mettre fin à l’occupation et résister à l’agenda extrémiste du gouvernement de droite. »

« Ils se sont appelés le ‘camp sioniste’. La droite s’appelle le ‘camp national’. Nous, Arabes et Juifs ensemble, construisons un nouveau camp, un camp démocratique, qui a déjà commencé à montrer au monde à quoi ressemblait une opposition réelle, de principe, et forte », a-t-il continué.

« Le moment est venu pour une opposition réelle, qui a des principes, qui n’a pas peur, a-t-il déclaré. Une opposition menée par le Parti travailliste qui est une ombre de la droite n’est pas une opposition du tout. »

Odeh, qui dirige le parti Hadash, qui fait partie de la Liste arabe unie, a également cherché à lier Netanyahu au président américain Donald Trump. Les deux hommes sont très impopulaires auprès de ce public.

« En Israël, dans le monde entier, ici aux Etats-Unis, ceux qui sont au pouvoir ne se préoccupent que de leur propre pouvoir », a-t-il accusé.

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

« Trump et Netanyahu ont cimenté leur pouvoir de la même manière que les régimes l’ont fait dans l’Histoire : avec la langue de la peur et une haine qui [nous] consume lentement, en nous tournant les uns contre les autres au lieu de nous rappeler nos valeurs partagées et nos intérêts communs », a-t-il déclaré.

La sixième Conférence nationale de J Street, qui se déroule du 26 au 28 février, accueillera lundi plusieurs célèbres politiciens démocrates, dont le sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Le vice-président Mike Pence, le secrétaire à la Défense James Mattis et le secrétaire d’Etat Rex Tillerson ont été invités mais n’ont pas répondu à l’invitation, a indiqué J Street.

John Kerry et Joe Biden, qui était alors respectivement secrétaire d’Etat et vice-président, étaient présents pour la conférence de 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...